Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Faiseur
Théâtre des Abbesses  (Paris)  mars 2014

Comédie dramatique de Honoré de Balzac, mise en scène de Emmanuel Demarcy-Mota, avec Serge Maggiani, Valérie Dashwood, Sandra Faure, Jauris Casanova, Philippe Demarle, Sarah Karbasnikoff, Gérald Maillet, Charles-Roger Bour, Walter N’Guyen, Stéphane Krähenbühl, Pascal Vuillemot, Gaëlle Guillou et Céline Carrère.

Quand le commerce n'était pas encore le marché, que la bourse ne connaissait pas les traders, que les prêteurs privés et les usuriers n'avaient pas été éradiqués par les banquiers, l'argent était déjà, et toujours, le nerf de la guerre.

À défaut de capital, donc de fortune personnelle, de réel esprit d'entreprise, par incompétence, mauvaise fortune ou dilettantisme, et surtout par refus de s'astreindre à occuper un emploi rémunéré, il fallait emprunter pour vivre de ses rentes sans rentes.

Tel est le cas de Mercadet, personnage-titre d'une comédie intitulée "Mercadet le faiseur" signée Honoré de Balzac, dont l'oeuvre théâtrale reste marginale au regard de la Comédie humaine, qui, sous la réputation d'hommes d'affaires, vit confortablement d'expédients en pratiquant un affairisme éhonté depuis belle lurette jusqu'au jour où, surendetté, il est acculé par ses créanciers à la faillite, pis à l'infamante banqueroute qui constitue un délit pénal passible d'emprisonnement.

Pour y remédier, il conclut le mariage de sa fille avec un beau parti riche à millions qui, en réalité, se trouve être, à son image, un escroc doublé d'un fieffé menteur. Arroseur arrosé, il doit plonger à dans le cercle infernal, et non vertueux, du mensonge dont le plus spécieux est celui de l'hypothétique retour d'un associé fantôme qui serait multimillionnaire nommé... Godeau.

A partir de cette intrigue initiale de comédie domestique, Balzac a élaboré une comédie satirique percutante truffée de savoureux aphorismes sur la dette, revêtant une édifiante résonance contemporaine, qui brosse un portrait au vitriol du capitalisme financier.

Et il y traite de front la dialectique du débiteur et du créancier qui régit tous les rapports humains et du mensonge érigé dans une société dépourvue de transcendance en principe social, qui constitue le ressort actantiel de la partition, à travers une extraordinaire galerie de personnages qui offrent une belle palette de jeu aux comédiens.

Une pépite théâtrale dans laquelle Balzac se paie le luxe d'un habile faux coup de théâtre à renversement, qui n'a pas échappé à Emmanuel Demarcy-Mota qui monte donc "Le Faiseur" pour la Troupe du Théâtre de la Ville, dont il assure la direction. Optant pour le registre du vaudeville hybridé avec l'opéra-bouffe, il un divertissement intelligent et roboratif totalement réussi.

Sur scène, dans une étonnante scénographie de Yves Collet qui s'est inspiré de l'attraction foraine des montagnes russes, qui sied à la métaphore de la fluctuation des cours boursiers comme aux revers de fortune, par ailleurs cohérente avec la dramaturgie interne de la pièce, pour concevoir un dispositif de trois plateaux articulés juxtaposés, treize comédiens se déplacent de manière aussi funambulesque que chorégraphique dans une surprenante fluidité compte tenu de certaines raideurs de la pente.

Et ils chantent le tube inoxydable, et de circonstance, "Money, Money, Money" du groupe Abba lors des intermèdes qui scandent la partition animée par des trios choraux : ceux des créanciers trop gourmands pris à leur propre piège, Sarah Karbasnikoff, Charles-Roger Bour et Walter N'Guyen, et celui des domestiques, Gaëlle Guillou, Céline Carrère et Pascal Vuillemot, créanciers de leurs maîtres et qui ne veulent pas partir en abandonnant l'arriéré de gages préférant devenir prêteurs de leurs petites économies pour que la machine continue à fonctionner en misant sur un possible rétablissement.

Et puis il y a les figures libres avec le propriétaire (Stéphane Krähenbühl), l'ami (Gérald Maillet), le prétendant (Philippe Demarle) qui tourne autour du foyer Mercadet. Celui-comporte deux couples. Le couple des amoureux contrariés (Sandra Faure désopilante et Jauris Casanova parfait en amoureux maladroit) et Monsieur et Madame Mercadet.

Valérie Dashwood est une élégante et virevoltante épouse et dans le rôle-titre, après avoir récemment incarné le dernier des frères Lehman dans "Chapitres de la chute", Serge Maggiani rempile dans la "course à l'échalote" pour camper de manière magistrale un faiseur cynique et matois, sans scrupule ni état d'âme, maître es-mensonges qui louvoie habilement dans ce beau panier de crabes en jouant de toutes les ficelles, du bluff à la spéculation en passant par la victimisation.

Emmanuel Demarcy-Mota dirige allègrement ce petit monde "en équilibre instable" qui fait trois petits tours et puis s'en va après avoir entrainé le public dans une folle comédie humaine.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=