Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Faiseur de Théâtre
Théâtre Athénée-Louis Jouvet  (Paris)  mars 2014

Comédie dramatique de Thomas Bernhard , mise en scène de Julia Vidit, avec Amandine Audinot, Claudia Calvier-Primus, François Clavier, Étienne Guillot, Aurélien Labruyère, Nolwenn Le Du et Véronique Mangenot.

Thomas Bernhard n'aimait ni les tièdes ni les médiocres et, conséquence logique, son théâtre ne supporte ni la médiocrité ni la tiédeur. Julia Vidit en montant "Le Faiseur de Théâtre" l'a bien compris et s'est efforcée, avec succès, de ne pas encourir l'un ou l'autre de ces reproches.

Pour commencer, il lui fallait donner au personnage central de la pièce, le comédien Bruscon, une dimension d'une démesure extraordinaire. Quand François Clavier, qui l'incarne sans défaillance, entre sur scène, on a impression que ses jambes dissimulent des échasses tellement il a l'air d'une taille hors du commun.

Le voilà dès lors prêt à un quasi monologue, simplement entrecoupé de quelques propos de ses proches ou de l'aubergiste. Figure de style dominante de l'art théâtral de Bernhard, le soliloque lardé de vociférations trouve dans "Le Faiseur de Théâtre" un de ses sommets.

Comme à l'accoutumé, tout y passe contre l'Autriche et les élites artistiques, notamment celles qui s'occupent de l'art dramatique. Mais, chose plus spécifique, Bruscon utilise beaucoup de ses monologues pour une fois encore, peaufiner, voire transformer, la pièce qu'il joue et qu'il considère comme son œuvre majeure, "La Route de l'Histoire".

Ainsi, alors que dans la salle de l'auberge s'affairent à des tâches coutumières et domestiques l'aubergiste, sa femme et sa fille, tous trois en costumes colorés, pseudo-folkloriques et gentiment ridicules, Bruscon, à l'arrière du décor, dans la partie de l'auberge censée lui servir de scène, est lui aussi entouré de sa famille et lui aussi, finalement, en train de sombrer dans le ridicule.

Car, "La Route de l'Histoire" où se mêlent les figures anachroniques de Napoléon et de Churchill, de Metternich, de Marie Curie et d'Hitler, paraît, plus Bruscon en parle et en modifie les mots et le sens, à la fois grotesque et injouable.

Véritable conte qui va s'achever par un coup qu'on peut vraiment qualifier de "coup de théâtre", "Le Faiseur de Théâtre" peut se lire aussi comme la description clinique de la vie des comédiens errant de villes en villes, de salles improbables en auberges pleines de courant d'air.

Bruscon, tour à tour mégalo, dur avec les siens et conscient de l'hérésie absurde qui le contraint à se produire dans un monde a-culturel, ce "trou du cul du monde" qui s'appelle Utzbach, a le verbe haut et facile. Pourtant, cette tournée galère est pour lui comme un chemin de croix vers une crucifixion symbolique sans espoir de résurrection.

Julia Vidit n'a pas trahi ni la dent dure ni le désespoir amusé de Bernhard. François Clavier et toute la troupe qui l'entoure joue le grand Autrichien avec tout le respect qu'on lui doit et avec une pincée d'humour toujours présente à chaque moment de ce qui pourrait n'être qu'une longue et répétitive descente aux enfers en compagnie d'un comédien en pleine folie mégalomane.

Jamais, donc, on ne s'ennuiera dans cette version grandiose où tout s'ordonne vraiment pour faire du théâtre spectaculaire. Ainsi on saluera la scénographie de Thibault Fack, qui, peu à peu, transforme la scène de théâtre au second plan dans le décor de l'auberge en son élément central. Et l'on verra alors comment ce passage à la centralité va concourir à rendre épique et pathétique la fin du "Faiseur de Théâtre".

Pareillement, on ne pourra manquer d'apprécier la créativité des costumes de Valérie Ranchoux, notamment des livrées déguenillées à têtes d'oiseau que revêtent sur scène Bruscon et sa famille quand ils répètent ou tentent de jouer "La Route de la vie".

Travail intelligent, beau et original, cette version du "Faiseur de théâtre" permet de découvrir une œuvre de Thomas Bernhard moins monolithique que certains de ses textes les plus fameux. On n'y perd pas le fil de sa pensée revêche et obstinée, mais on y perçoit une autre dimension, celle d'un amoureux fou du théâtre et du faire théâtral, c'est-à-dire quelqu'un qui aime plus qu'il ne les pseudo-déteste les comédiens et les spectateurs.

Avec Julie Vidit qui n'a recherché qu'à se rapprocher de la vérité d'un écrivain complexe, apparaît un Thomas Bernhard plus apaisé que d'ordinaire sans que cela fasse contresens.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=