Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le dernier jour du jeûne
Théâtre Amandiers-Nanterre  (Paris)  mars 2014

Tragi-comédie écrite et mise en scène par Simon Abkarian, avec Simon Abkarian, Ariane Ascaride, David Ayala, Marie Fabre, Cyril Lecomte, Judith Magre, Océane Mozas, Clara Noël, Chloé Réjon et Igor Skreblin.

Au soleil de la Méditerranée, dans un quartier populaire où tout le monde se connaît, le dernier jour du jeûne coïncide avec une demande en mariage. Il y a aussi une jeune fille d’habitude enjouée, devenue étonnamment mutique depuis quelques semaines.

La pièce démarre avec une structure très classique : les personnages viennent se présenter un par un dans un décor (magnifique travail de Noëlle Ginefri Corbel) composé de blocs blancs sur roulette qui évoquent les habitations méditerranéennes.

Puis soudain tout s’accélère. Le soleil attise les paroles et les révélations. Les idées se confrontent. Et le temps de cette journée particulière, les femmes, guidées par la prophétique tante Sandra, "’avocate", tenteront de sortir du joug des hommes. Mais difficile d’aller contre des siècles de tradition qui pèsent sur ces personnages archétypaux et bavards.

Avec "Le Dernier jour du jeûne", second volet d’un cycle démarré avec "Pénélope ô Pénélope", Simon Abkarian réalise un spectacle aussi abouti que brillant, aussi drôle que poignant, qui nous fait passer en un instant ces presque trois heures de spectacle dont on sort sous le charme.

Il y a d’abord un texte, très écrit qui joue avec les mots (voire les bons mots) et dit des choses essentielles sur l’état du monde et la condition des femmes. Il y a ensuite de magnifiques comédiens, bien dirigés, qui s’emparent de ces répliques truculentes, cinglantes ou émouvantes de la meilleure façon possible.

Pour cette belle galerie de portraits, Simon Abkarian a réuni une distribution magnifique. Les femmes ont de très beaux rôles dans ce spectacle et c’est tant mieux car elles sont toutes sensationnelles.

Il y a d’abord l’exceptionnelle Judith Magre qui dans le personnage de Sandra trouve un rôle à la mesure de sa classe magistrale, prononçant chaque phrase avec gourmandise et malice. Quel bonheur de spectateur !

Il y a évidemment Ariane Ascaride dans le rôle de Nouritsa la mère, la "chef du quartier" qui règne sur sa petite tribu avec poigne et générosité. Avec sa faconde habituelle, elle rayonne sur le plateau et donne la mesure à ses camarades.

Chloé Réjon est une Astrig (celle qui va se marier) volcanique et rebelle. Océane Mozas (Zina, sa sœur ainée) est puissante et grave. Marie Fabre compose une Vava (la mère du prétendant) haute en couleurs. Elle est hilarante.

Enfin, Clara Noël éblouit une nouvelle fois par son talent. Elle est aussi drôle (et crédible) en Elias, l’ado dans toute sa splendeur que bouleversante en Sophia, victime du viol dont l’ombre planera sur toute la seconde partie de la pièce.

Chez les hommes, Cyril Lecomte est un Aris (le prétendant) absolument réjouissant. Fanfaron naïf, il est aussi un amoureux maladroit. Toutes ses scènes sont un régal.

David Ayala (Minas le boucher) joue ce personnage aussi grotesque qu’inquiétant et pathétique avec une éloquence à la Pagnol. Igor Skreblin est Xénos l’étranger, personnage complexe et touchant. Enfin, Simon Abkarian (Theos) règne sur le quartier en «parrain» dont la rudesse ne peut masquer une profonde tendresse.

Tous ces personnages ont en commun d’aimer parler. C’est le Sud alors forcément ça cause fort et ça se chamaille. Les paroles viendront délivrer des peurs et des différents, émanciper ces femmes éprises de liberté.

Simon Abkarian offre avec cette ample fresque méridionale, tragi-comédie sur fond de crise financière, un merveilleux moment de théâtre mis en scène avec virtuosité.

Un petit bijou à ne pas rater.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=