Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ndidi
Interview  (Par téléphone)  jeudi 13 mars 2014

Artiste envoûtante, Ndidi dévoile un chant profond, honnête, en puisant dans l'essence même de la musique et de son pouvoir de partage et d'émotion.

Au lendemain de la sortie de son dernier album Dark Swing, Ndidi nous a accordé cette interview.

Tu as commencé au chant en reprenant les grands noms du blues comme John Lee Hooker, Robert Johnson... Le blues est donc ta première inspiration ?

Ndidi : Oui, en effet j'ai commencé en tant que chanteuse de blues, j'ai décidé à l'époque d'écrire et de faire du blues car je chantais sur la douleur du Monde.

Au fil de tes albums, on remarque une évolution de ta musique qui s'inspire de différents styles : folk, rock, world music. Les autres genres musicaux paraissent donc autant importants pour toi que le blues l'est ?

Ndidi : En effet, j'aime tous les styles de musique, on trouve en chacune des musiques quelque chose qui nous touche. Personnellement, je suis très influencée par la forme la plus basique de la musique, le roots, le blues, la folk, cette musique même dont ceux qui la chantent s'inspirent mutuellement et qui transmet un réel message, à la gloire de l'univers et de la Terre, c'est celle-là qui me touche le plus.

Ton prénom signifie "patience" en igbo (dialecte nigérian), est-ce à ton image ?

Ndidi : Ah aujourd'hui je peux dire que je le suis, maintenant que je suis plus âgée. Quand j'étais plus jeune, j'étais vraiment impatiente. Mais non, je suis patiente et calme, je travaille dans ce domaine depuis de nombreuses années maintenant, et je continue, donc je pense que c'est beaucoup de patience, mais c'est vrai que pour les petites choses... Je n'ai pas le temps (rires).

Dans quel état d'esprit te trouves-tu quand tu composes et écris ? Car tes chansons semblent très personnelles et honnêtes.

Ndidi : Oui, tout à fait, quand j'écris je pense juste à mes expériences, aux situations que j'ai vécues. "Dark Swing" est particulier car j'ai vraiment écrit sur des choses très personnelles. Dans mon précédent album, le travail d'écriture a plus été une interprétation de situations qui m'étaient proches ou d'histoires que les gens proches de moi vivaient. Donc ça n'a pas toujours été autant personnel que lors de ce dernier album.

Quelle est la signification du nom de ton dernier album : "Dark Swing"?

Ndidi : "Dark Swing" est le nom d'une des chansons de l'album, lorsque nous avons cherché un nom pour l'album, ce titre est venu tout naturellement car les thèmes abordés peuvent être assez sombres, mais il y a toujours une lueur à la fin de chaque titre, on le retrouve musicalement, ça oscille, d'où le terme swing, l'équilibre entre l'obscurité et la lumière.

Pour ce dernier album, tu as pour la première fois enregistré avec la collaboration d'un autre artiste, Joel Shearer (producteur et songwriter). Comment as-tu vécu cette expérience ?

Ndidi : C'était plutôt difficile, j'ai beaucoup appris, ce qui est super, à l'avenir je n'hésiterais pas à renouveler l'expérience. Mais je dois savoir être claire sur certaines limites, il est très difficile quand, en tant qu'artistes, on se réunuit pour collaborer sur le projet d'un seul d'entre nous, ici en l'occurrence c'était mon projet. Loin d'être évident cette expérience était très enrichissante, maintenant avec l'expérience je saurais où tracer une limite et où je ne dois pas.

Bien que cette expérience fut apparemment un réel challenge, parfois difficile, Joe Shearer semble avoir apporté une nouvelle dimension à ta musique.

Ndidi : Oui bien sûr, musicalement c'était très enrichissant, c'est un compositeur fantastique et c'était un réel plaisir de travailler avec lui pour mettre en forme des mélodies, des sons, des ambiances. Lorsque deux personnes se réunissent dans un projet de création, il peut y avoir une belle fusion, ce qui a été le cas, mais aussi chacun doit pouvoir connaître son rôle dans la créativité d'autant plus dans mon cas où je dévoile des choses très personnelles dans ma musique.

Dans Dark Swing, tu as fait deux reprises : "Yer So Bad" de Tom Petty et "Sugar Man" de Sixto Rodriguez, ces choix étaient une évidence pour toi ?

Ndidi : Oui, ces chansons étaient parfaites pour moi. Je suis une fan inconditionnelle de Tom Petty, "Yer So Bad" était vraiment super à reprendre et me correspond beaucoup, et "Sugar Man" est une chanson magnifique. J'étais très heureuse de faire ces reprises.

Tu as déjà collaboré avec Robin Foster sur un de ses titres ("Pick Your God or Devil") avec Dave Pen (Archive), cette collaboration est-elle toujours possible ?

Ndidi : Je pense, et j'espère, que nous collaborerons à nouveau dans l'avenir. En ce moment, chacun a son projet perso qui nous occupe beaucoup, mais nous gardons en tête de nous réunir une nouvelle fois.

Il y a deux jours tu as joué au Sunset Sunside à Paris, étais-tu anxieuse de présenter pour la première fois ton album au public ?

Ndidi : Non, je me sentais vraiment bien, jouer en live est ma passion, c'est là que je me sens le mieux, c'est très excitant, et j'aime donner une interprétation différente de mes chansons chaque soir en fonction du public, de l'ambiance... La scène est vraiment ce que j'aime par-dessus tout, c'est là que je suis la plus heureuse, là je deviens impatiente !

D'autres concerts prévus ces prochains jours ?

Ndidi : Oui, je joue en Autriche et en Allemagne en avril, au Divan du Monde à Paris le 30 avril où j'espère qu'il y aura du monde car ça va être fun et spécial pour l'occasion.

Retrouvez Ndidi
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Move Together de Ndidi O
La chronique de l'album Dark Swing de Ndidi
Une 2ème chronique de l'album Dark Swing de Ndidi

En savoir plus :
Le site officiel de Ndidi
Le Myspace de Ndidi
Le Facebook de Ndidi

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Séb.T         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

NDidi (24 février 2014)
Ndidi O (30 avril 2009)
Ndidi O (30 avril 2009)


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=