Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Dom Juan
Théâtre 14  (Paris)  mars 2014

Comédie dramatique de Molière, mise en scène de Arnaud Denis, avec Arnaud Denis, Jean-Pierre Leroux, Alexandra Lemasson, Vincent Grass, Eloïse Auria, Jonathan Bizet, Julie Boilot, Loïc Bon, Gil Geisweiller et Stéphane Peyran.

Après quelques escapades d'interprète, Arnaud Denis, revient à la mise en scène avec sa compagnie Les Compagnons de la Chimère et le "Dom Juan" de Molière sans renoncer pour autant au jeu puisqu'il s'y distribue dans le rôle-titre.

L'opus entreprend de dénoncer les vices du 17ème siècle que sont le libertinage et l'hypocrisie, notamment dans sa variante de la fausse dévotion, qui seraient les deux déclinaisons janusiennes d'un même "perversion" de l'esprit, l'une à l'encontre de l'homme et de la société, l'autre à celle de Dieu, à travers le châtiment infligé à Dom Juan, "un grand seigneur méchant homme" libre penseur hérétique et vil séducteur.

Et il ressort à la comédie dite "à grand spectacle" en ce qu'il fait intervenir des effets spéciaux pour matérialiser l'intervention du surnaturel car le châtiment dispensé par une justice immanente et expéditive revêt la forme d'une punition divine.

Dans sa note d'intention, Arnaud Denis qualifie la pièce d'"oeuvre subversive, obscène et sublime" et de "messe noire" qui met l'homme face à sa conscience et adopte donc un point de vue baroque qui sied à la construction mosaicienne de la partition riche en scènes de genre qui mélange les registres, du comique au pathétique en passant par le tragique, et les styles, du noble lyrique au patois paysan.

Il a opté pour un décor schématique mais fortement symbolique conçu par Edouard Laug, constitué par des arches noires, qui évoquent tant les portiques d'un cloître que des voûtes sépulcrales et sont animées par les appropriées projections vidéo de Sébastien Sidaner, avec un judicieux recours au procédé de l'hologramme pour animer la statue du commandeur, et les jeux de lumière de Laurent Béal pour signifier les différents lieux où se déroule l'intrigue.

En costumes d'inspiration 17ème siècle confectionnés par Virginie Houdinière, la troupe, avec mention spéciale pour Eloïse Auria et Stéphane Peyran dans la désopilante scène de comédie pure de la dissension amoureuse des promis plébéiens, dispense un spectacle de très bonne facture.

Les deux principaux protagonistes que sont Dom Juan et son valet Sganarelle, interprétés par Arnaud Denis et Jean-Pierre Leroux, qui, nonobstant leur immense talent, portent et emportent la partition de manière intelligente et subtile.

En effet, le choix de confier le rôle du valet à Jean-Pierre Leroux n'est pas anodin. Son âge, qui le dispose à être davantage une figure paternelle qu'un compagnon générationnel, et son jeu qui ne tend jamais ni à la bonhommie ni à la compréhension même servile, servent magnifiquement la situation et le personnage aux péroccupations bassement matérialistes, ce qui apporte une tournure novatrice à la fameuse dialectique du maître et du valet.

Malgré ses timides exortations à la tempérance, Sganarelle, témoin de turpitudes qu'il réprouve et confident rémunéré, compte parmi les premiers à condamner Dom Juan et à estimer méritée la punition qu'il appelle de ses voeux pour conforter ses propres certitudes.

Ses apartés constituent autant d'arguments d'un réquisitoire sans appel et Jean-Pierre Leroux asseoit magnifiquement le paradoxe qui fait de ce petit esprit réactionnaire et superstitieux un censeur sans vertu.

Dans le rôle de Dom Juan, Arnaud Denis, jeune trentenaire qui bénénéficie de bienfaits dont la nature n'a pas été prodigue et d'une formation solide au métier de comédien, notamment auprès de Jean-Laurent Cochet, est éblouissant.

Et non pas pour des considérations primaires sur le "rôle de l'emploi" mais pour son éloquence sensible et la finesse avec laquelle il cerne la personnalité de Dom Juan, ce précurseur du héros qui verra le jour avec le romantisme noir, et en restitue, de manière clairvoyante, les failles.

Qu'il soit un "petit marquis" poudré et enrubanné qui endosse le chamarré costume d'apparat du libertin ou un faux repenti qui revêt l'austère soutane tartuffienne, Dom Juan est en représentation et affiche l'attitude de provocation ostensible caractéristique du pervers polymorphe qui est sa première victime.

Incapable de s'investir dans un projet ou de s'engager dans une relation au nom de la liberté avec majuscule, mortifié de ne pouvoir accéder à un destin glorieux alors qu'il nourrit une ambition de conquérant à la manière de Alexandre le Grand, il est rongé par une vacuité métaphysique qu'il tente vainement de combler, que ce soit par l'accumulation insatiable des conquêtes féminines ou du défi lancé à la figure qu'elle soit celle de son géniteur ou celle de Dieu.

En l'espèce, Dom Juan n'est pas un jouisseur épicurien ni un prédateur sexuel, son discours lénifiant de séducteur n'abusant que les crédules coeurs de midinette dont le mot mariage est un sésame assuré, mais un immature tourmenté qui prolonge l'état pubertaire de révolte contre l'ordre établi, et Arnaud Denis l'incarne dans son insondable douleur : une parole suffit pour qu'un voile obscurcisse sa mine et fige son regard.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 26 mai 2024 : On prépare le summer brain

Le summer brain, c'est comme le summer body mais pour les gens qui préfèrent en avoir dans la caboches plutôt qu'épater la galerie avec leurs pectoraux. Chez Froggy's on essaie de fournir de la matière grise depuis plus de 20 ans ! et n'oublez pas, vendredi 26 c'est la MAG #86 en direct sur notre TV !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"L'écho des brasiers" de Arbas
"Can't kill me twice" de Blue Deal
"Pasticcio, Paris 1801" de Ensemble Hexaméron
"Venta rumba" de Ezéchiel Pailhès
"I wanna be like you" de Florian Noack
"Le futur est génial" de Jules & Jo
"Bach - Cello suites" de Thomas Jarry
La saison des festivals commencent :
- More Women On Stage #3 avec Jeanne Added, Venin Carmin, Fallen Lillies...
- Rock In The Barn #15 avec Unschooling, JC Satan, Johnnie Carwash ...
et toujours :
"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Du cinéma avec :

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=