Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Computer Chess
Andrew Bujalski 

Réalisé par Andrew Bujalski. Etats-Unis Comédie. 1h32. (Sortie 9 avril 2014). Avec Patrick Riester, Willey Wiggins, Myles Paige, Robin Schwartz, Gerald Peary et Gordon Kindlmann.

Andrew Bujalski. Retenez ce nom. Soit c’est celui de quelqu’un qui ne restera que pour "Computer Chess", un film vraiment culte parce qu’il ne ressemble à rien et l’assume avec l’impassibilité de son humour ravageur. Soit c’est celui d’un réalisateur qu'on n'arrêtera plus.

Tout commence mal dans un noir et blanc crasseux bien digne d’un documentaire vidéo passant tard à la télé avant l’ère de la couleur.

Et puis, on se gratte la tête avec consternation : est-ce qu’il va vraiment falloir suivre pendant 92 minutes une espèce de convention informatique des années 1980 dans laquelle des fabricants d’ordinateur vont proposer des programmes de jeux d’échecs pour qu’une machine gagne enfin contre l’homme sans le trucage du fameux automate qui, en fait, contenait un joueur nain ?

Qui a eu l’idée de retrouver ces images ? À l’ère des tablettes, pourquoi se replonger dans la préhistoire informatique ? Surtout en s’attardant sur des zozos pas très passionnants bidouillant leurs drôles d’engins d’avant le minitel ?

Soudain, au bout d’un sacré bout de temps si l’on n’a pas eu la chance d’avoir été prévenu par un chroniqueur de Froggy’s Delight, on commence à douter : ce documentaire est trop bizarre.

Pourquoi, alors qu’on est censé suivre les préparatifs des informaticiens qui vont devoir faire s’affronter leurs machines, avant que la gagnante ne s’attaque à son tour à un champion d’échecs, la caméra d’Andrew Bujalski s’en désintéresse et se retrouve à filmer une bande de zigotos, genre secte new age, de plus en plus impliquée dans la narration.

Outre ce "groupe de rencontres" à la recherche d’une vérité transcendantale, on découvre aussi régulièrement à l’écran un personnage à la fois en dedans et en dehors du petit monde des programmateurs, un personnage de squatteur qui répond au nom improbable de "Michael Papageorge"…

Allez, on se lance et l’on n’a désormais plus peur de se ridiculiser : "Computer Chess" d’Andrew Bujalski n’est pas un documentaire datant des années 1970-1980, ou même un montage récent d’images d’époque. Non, il s’agit d’une fiction qui prend la forme d’un documentaire télé du siècle dernier et qui, à la manière de ce qu’on voyait sur les petits écrans quand ils l’étaient encore, s’amuse à recréer une ambiance "vintage" saugrenue.

Dans "Computer Chess", on sera confronté à une vérité que l’on se refusait à formuler : les années 1980 ont plus de trente ans. Tout ce qui faisait modernité à l’époque est désormais kitsch, vieillot, complètement suranné. Les machines qui ont mené au monde d’aujourd’hui sont de la vieille quincaillerie dont on rira et qui feront rejaillir bien des nostalgies.

"Computer Chess" d’Andrew Bujalski peut aussi se voir comme une œuvre originale, bourrée d’effets non spéciaux, qui aurait plu à tous les pince-sans-rire pré ou post-surréalistes. Un amateur d’échecs comme Marcel Duchamp ou de machines aberrantes comme Raymond Roussel se retrouverait dans le bébé de Bujalski.

Dans sa catégorie, dont il risque d’être longtemps l’unique prototype, "Computer Chess" est un chef-d’œuvre.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=