Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Crème de la Crème
Kim Chapiron 

Réalisé par Kim Chapiron. France. Comédie dramatique. 1h30. (Sortie 2 avril 2014). Avec Thomas Blumenthal, Alice Isaaz et Jean-Baptiste Lafarge.

On avait dit tout le bien que l’on pensait de Kim Chapiron lors de la sortie de "Dog Pound", son précédent film, qui s’immergeait dans une prison pour jeunes de l’Amérique du Nord.

Son retour en France confirme qu’il est le cinéaste trentenaire à suivre. Dans "La Crème de la crème", il conserve la même énergie que dans son film américain et la communique à un sujet souvent casse-gueule dans le cinéma français : celui de la jeunesse "dorée".

Presque entièrement situé dans un campus d’une "business school", avec de nombreuses incursions dans les "soirées d’intégration" si importantes dans ces milieux de jeunes privilégiés, "La Crème de la crème" est digne des films américains qui traitent souvent de ce sujet et y rajoute une touche française, qu’on pourrait qualifier de "conscience sociologique".

Ici, le cinéaste et son scénariste, paradoxalement plus proches des thèses de Pierre Bourdieu que les films d’Emmanuel Bourdieu, content comment ses élèves doués, évaluant les paramètres nécessaires pour réussir, mettent en pratique des schémas sociologiques pour parvenir à leurs fins. Eux, au moins, et ce n’est pas le moindre paradoxe dans cet antre de l’ultra-libéralisme, croient à l’existence de la lutte des classes sous-tendue par la lutte pour des places dans l’élite.

Pour cela, les trois héros, qui forment une alliance assez inattendue et chantent "Les Gentils, les Méchants" de Michel Fugain, représentent chacun un type social français face à la "beaufitude" des jeunes bourgeois éméchés qui préfèrent hurler "Les Lacs du Connemara" de Michel Sardou. Le Versaillais, la fille de prolo et le jeune Juif laïc font équipe contre un monde cynique, où l’argent est roi, la jouissance toujours immédiate et primaire et la reproduction de la caste l’essentiel à défendre par tous les moyens.

Kim Chapiron excelle dans les scènes de fête où l’on sent que se désinhibe toute la barbarie tapie dans les profils lisses et policés de ces étudiants de bonne famille. Fort de son expérience américaine, il réussit quelque chose de rare dans un "film de jeunes" à la française : chacun de ses acteurs, qu’il ait un rôle important ou campe simplement une silhouette, est crédible. Ce qu’on reproche souvent au cinéma français est absent : les étudiants de Chapiron ne sont pas des caricatures et tous jouent bien.

En résulte un portrait assez complet de la jeunesse française vue sous le prisme d’une école de commerce.

Rythmé, jouant habilement et honnêtement sur les codes et les stéréotypes, "La Crème de la crème" de Kim Chapiron n’assène pas une leçon. On sait toujours qu’on navigue entre vérité et fiction, qu’il s’agit simplement que la convention cinématographique fournisse du sens, s’approche de la réalité qu’elle souhaite décrire.

Et le résultat est franchement réussi : la France de 2014 est là, synchro avec les héros de Chapiron. On n’oubliera pas Thomas Blumenthal en "Charles-de-Gaulle Étoile" et plein d’émotion face à la craquante Marine Sainsily. Quant à Alice Isaaz, qui forme avec Jean-Baptiste Lafarge un couple à la fois transgressif et fleur bleue, son regard si intense et si inquisiteur n’a pas fini de scruter les écrans français.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=