Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce SZA
(Top Dawg Entertainement)  avril 2014

Comme Solange (True, paru chez Terrible Records), Kelela (Cut 4 Me, paru chez Fade to Mind) ou Frank Ocean (découvert chez Odd Future) auparavant, SZA participe à la redynamisation d'une musique R'n'B ayant vielli trop rapidement. Et si le renouveau du genre passe souvent par une instrumentalisation plus électronique, on commence à reconnaître ici et là, des techniques de production volontairement maintenues dans des milieux "indie" (loin des distorsions nocives d'un univers plus "mainstream"). Cette génération, nourrie avec des perfusions de streaming, surprend de par son alliance hétéroclite de genres et d'influences et est portée par des labels indépendants.

Ainsi, chez SZA, nouvellement signée chez les mauvais garçons de Top Dawg Entertainment (TDE), on repèrera des sonorités lo-fi, des nappes de synthés flottant du côté des années 80/90, mais aussi tout un éventail de constructions sonores, prises entre un jazz sensuel et des mélodies pop assumées.

Sur papier, le premier album de SZA, sobrement intitulé Z pourrait s'apparenter à un brouillon mal dégrossi. Alors qu'à l'oreille chaque pièce du puzzle s'emboîte les unes aux autres à la perfection, répondant à une équation simpliste et imparable : celle du rythme.

Suave et sensuel, celui-ci devient un exercice de style et un équilibre qu'elle maintient à des hauteurs hallucinantes. Laissant son art culminé vers des strates aériennes sur des titres comme "Babylone" (en featuring avec le rappeur Kendrick Lamar), ou "Green Mile" où son songwritting aiguisé ("Killed a small boy once, never told anyone") trace une seconde lecture plus intelligente à ses productions attractives. Par ailleurs, si l'album ne signera aucun véritable up-tempo, il offrira néanmoins des pistes tel que "Sweet November" et son rythme nostalgique et classieux, conséquence directe de ses caresses vocales et d'une construction "jazzy" vieille école.

Et comme SZA cite volontiers Yukimi Nagano, voix de Little Dragon comme influence, on lui adjoindra également Eryka Badu. En effet, sur des titres comme "HiiiJack", sa voix se teintera de la même chaleur, une fausse retenue sous-entendant tout autant la passion que la menace ("Sometimes, I kill you in my mind") comme pour mieux répondre aux besoins des saccades des synthés. Mouvement houleux, sur lequel elle semble flottée et c'est presque sans surprise qu'on y découvre à la production, un autre embusqué participant au renouveau du genre, en la personne de Toro Y Moi.

Parfois éthéré ("Omega") ou laboratoire d'une pop dynamique ("Julia"), Z s'offre donc un panorama varié, dessinant à l'artiste un profil musical affûté à grands coups de vidéos YouTube. Car ne vous y trompez pas : à tout juste 24 ans, Solana Rome, de son vrai nom, nous prouve qu'elle est un enfant du siècle qui ne se bornera aucunement aux limites créées jadis par ses aînés. Furetant d'un genre à l'autre, SZA fait de son premier album un prisme condensant toutes ses influences (appelons cela son arc-en-ciel artistique) en un son unique. Pas de rayon X ici, mais plutôt un rayon Z, un large faisceau lumineux qui ne laissera pas vos oreilles indifférentes.

 

En savoir plus :
Le site officiel de SZA
Le Soundcloud de SZA
Le Myspace de SZA
Le Facebook de SZA


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=