Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce SZA
(Top Dawg Entertainement)  avril 2014

Comme Solange (True, paru chez Terrible Records), Kelela (Cut 4 Me, paru chez Fade to Mind) ou Frank Ocean (découvert chez Odd Future) auparavant, SZA participe à la redynamisation d'une musique R'n'B ayant vielli trop rapidement. Et si le renouveau du genre passe souvent par une instrumentalisation plus électronique, on commence à reconnaître ici et là, des techniques de production volontairement maintenues dans des milieux "indie" (loin des distorsions nocives d'un univers plus "mainstream"). Cette génération, nourrie avec des perfusions de streaming, surprend de par son alliance hétéroclite de genres et d'influences et est portée par des labels indépendants.

Ainsi, chez SZA, nouvellement signée chez les mauvais garçons de Top Dawg Entertainment (TDE), on repèrera des sonorités lo-fi, des nappes de synthés flottant du côté des années 80/90, mais aussi tout un éventail de constructions sonores, prises entre un jazz sensuel et des mélodies pop assumées.

Sur papier, le premier album de SZA, sobrement intitulé Z pourrait s'apparenter à un brouillon mal dégrossi. Alors qu'à l'oreille chaque pièce du puzzle s'emboîte les unes aux autres à la perfection, répondant à une équation simpliste et imparable : celle du rythme.

Suave et sensuel, celui-ci devient un exercice de style et un équilibre qu'elle maintient à des hauteurs hallucinantes. Laissant son art culminé vers des strates aériennes sur des titres comme "Babylone" (en featuring avec le rappeur Kendrick Lamar), ou "Green Mile" où son songwritting aiguisé ("Killed a small boy once, never told anyone") trace une seconde lecture plus intelligente à ses productions attractives. Par ailleurs, si l'album ne signera aucun véritable up-tempo, il offrira néanmoins des pistes tel que "Sweet November" et son rythme nostalgique et classieux, conséquence directe de ses caresses vocales et d'une construction "jazzy" vieille école.

Et comme SZA cite volontiers Yukimi Nagano, voix de Little Dragon comme influence, on lui adjoindra également Eryka Badu. En effet, sur des titres comme "HiiiJack", sa voix se teintera de la même chaleur, une fausse retenue sous-entendant tout autant la passion que la menace ("Sometimes, I kill you in my mind") comme pour mieux répondre aux besoins des saccades des synthés. Mouvement houleux, sur lequel elle semble flottée et c'est presque sans surprise qu'on y découvre à la production, un autre embusqué participant au renouveau du genre, en la personne de Toro Y Moi.

Parfois éthéré ("Omega") ou laboratoire d'une pop dynamique ("Julia"), Z s'offre donc un panorama varié, dessinant à l'artiste un profil musical affûté à grands coups de vidéos YouTube. Car ne vous y trompez pas : à tout juste 24 ans, Solana Rome, de son vrai nom, nous prouve qu'elle est un enfant du siècle qui ne se bornera aucunement aux limites créées jadis par ses aînés. Furetant d'un genre à l'autre, SZA fait de son premier album un prisme condensant toutes ses influences (appelons cela son arc-en-ciel artistique) en un son unique. Pas de rayon X ici, mais plutôt un rayon Z, un large faisceau lumineux qui ne laissera pas vos oreilles indifférentes.

 

En savoir plus :
Le site officiel de SZA
Le Soundcloud de SZA
Le Myspace de SZA
Le Facebook de SZA


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=