Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Low
The great destroyer  (Rough trade / PIAS)  janvier 2005

L'album rock de Low . Quoi de pire aurait il pu arriver au parcours quasi impeccable du trio slow-core du fin fond du Minnesota.

Malgré un coffret rétrospective un peu fourre-tout sorti l'année dernière (A Lifetime of Temporary Relief), le groupe restait une valeur sure en enchaînant les albums classieux dont le classique Trust fut le dernier maillon irréprochable en 2002.

Un changement de label de Kranky vers Sub Pop pourrait facilement expliquer les libertés que prend le groupe avec ses exigences passées, mais on ne peut pas en vouloir à Alan Sparhawk et ses amis de vouloir sortir du schéma intimiste sur lequel ils avaient construit tout leur succès… on ne peut que regretter que la magie ait singulièrement disparue lors de cette transition.

Comme il est difficile de dire du mal de groupes pour lesquels on garde une sympathie forgée sur la platine et la scène, on ne s'attardera pas trop sur les déceptions de cet album, elle est pourtant bien là.

La couleur power-rock de la première face de l'album laissera en effet peu d'espace vital aux compositions excitantes. Si certains titres comme "Monkey" fonctionnent honnêtement – l'efficacité n'a sans doute jamais fait partie du vocabulaire naturel de Low –, d'autres côtoient une écriture bas de gamme incompréhensible dans la discographie du combo : mainstream sans fraîcheur.

On peut sans malhonnêteté trouver un premier coupable dans la personne de David Fridmann, dont la production surgonflée a pu faire des merveilles par le passé chez certains groupes, mais se révèle totalement inadaptée au registre intimiste de Low ; on se le rappelle, le groupe poussait en effet à ses débuts la vanité jusqu'à prétendre occuper la place du groupe le plus lent et silencieux de la sphère du rock indépendant us. La luxuriance de la production de cette première partie de l'album noie sans recours l'âme et la grâce du songwriting classieux du groupe.

Il serait pourtant regrettable de reposer trop vite la galette dans son étagère car la bonne surprise est que la deuxième face nous réconcilie avec le groupe. Sans se braquer sur un certain systématisme dans la construction, les titres se répondent l'un l'autre et fonctionnent ainsi comme un véritable mini concept album.

Les textes plus narratifs que par le passé incarnent une maturité habitée qui avec recul mais sans nostalgie apportent un regard intriguant entre déception et foi (le titre de leur coffret fait écho à cette impression). La flamme jusqu'au-boutiste de "When I Go Deaf" répond ainsi aux regrets pesants de "Death of a Saleman" (petite perle de l'album). Les morceaux "Pissing", "Broadway" et "When I go Deaf" vont jusqu'à exploiter comme dans un exercice de style oumupien la même construction pour l'habiller de sentiments contradictoires.

On peut enfin relativiser cette déception par le fait que clairement ce nouvel album est destiné au live. Je peux nager en pleine science-fiction mais il parait crédible que le succès croissant du groupe l'ait forcé à passer dans des salles de plus en plus grandes et a ainsi eu tendance à faire évoluer sa musique.

On se rappelle ainsi avec peine de la première partie de Radiohead qu'avait effectuée Low aux arènes de Nimes, le cadre démesuré littéralement rock-arena voyait toute la justesse du groupe s'évanouir hors des cocons intimistes dans lesquels on se plaisait à les retrouver.

Pour ce qui est du présent les concerts de Low fonctionnent ainsi sur une nouvelle corde, la guitare d'Alan prenant d'avantage ses aises dans un registre tout à fait convaincant sans être révolutionnaire (calme – tempête) qui font que leurs concerts restent des dates phares à ne pas laisser passer. Cela reste surtout lorsque les anciens titres sont joués ("Two Steps" , "Lullabye" ! ) qu'on se rappelle alors que les prestations du groupe appartenaient auparavant à une toute autre dimension.

Si chose inédite chez Low, l'album est clairement imparfait et décevant, la deuxième moitié de l'album vaut a elle seule de s'y intéresser sans appréhension, notamment pour ceux qui découvriront ainsi le groupe.

Le meilleur conseil : les rencontrer en concert et se ruer sur les précédents albums.

 

Loopkin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=