Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tom à la ferme
Xavier Dolan  avril 2014

Réalisé par Xavier Dolan. Canada/France. Drame. 1h42 minutes. (Sortie le 16 avril 2014). Avec Xavier Dolan, Pierre-Yves Cardinal, Lise Roy, Évelyne Brochu.

Xavier Dolan a 26 ans et déjà cinq films à son crédit, dont un à venir en sélection pour le prochain Festival de Cannes. C’est donc un surdoué que l’on va suivre devant et derrière la caméra de "Tom à la ferme".

Si l’on ne connaît pas encore son cinéma, on découvrira que ce tout jeune homme brille par son étonnante maturité cinématographique. Pas question ici d’épater par des effets gratuits, l’usage de la 3D ou un cynisme de "petit malin" prétendant avoir tout compris du monde qui l’entoure.

Non. À l’âge où les cinéastes de sa "génération" sont encore en train de sagement bricoler leurs premiers courts-métrages dans des écoles renommées, l’auteur de "Laurence Anyways" poursuit, lui, un chemin déjà bien tracé et débroussaillé.

Mais, après ses trois premiers films qui pouvaient se lire comme une trilogie autobiographique avec en fil rouge la recherche de l’identité sexuelle passée au prisme de l’homosexualité, "Tom à la ferme", tiré d’une pièce de Michel Marc Bouchard, est un "vrai" drame québécois.

Xavier Dolan et Tom, le personnage qu’il incarne, quittent Montréal pour se plonger dans un univers rural typiquement américain, un univers plein de sauvagerie, voire de bestialité, où les sentiments pour un veau qui naît ou une vache qui meurt peuvent être plus tendres que pour un étranger, un homosexuel ou une femme.

Dialectique entre l’amour et la barbarie, "Tom à la ferme" traite de l’intime dans un monde où les grands espaces voisinent avec une grande maison vide d’horizons dans laquelle le refuge ultime est une chambre close sur l’enfance.

Thriller au pays du malheur, le film confronte des personnages forts, enfermés dans leurs douleurs et leurs frustrations. Au milieu de tout ça, Xavier Dolan ressemble à une blonde héroïne d’Hitchcock. Il court à perdre haleine dans des champs de maïs, découvre des secrets et craint le pire en prenant une douche...

Dans cette atmosphère extrêmement pesante, on accepte sans problème la loi scénarique du film : Tom, jeune publicitaire projeté pour les obsèques de son compagnon mort dans la famille de celui-ci, décide d’y rester. Alors qu’il pouvait échapper au frère fruste et violent, à la mère qui refuse que son fils ait pu être homosexuel, le voilà qui trait les vaches et prend la place du mort.

S’en suit un film nerveux, tendu, menaçant, qui n’est pas sans rappeler le monde des "ploucs américains", celui qui peut à la fois nourrir des pièces à la "Tennessee Williams" et des films remplis de psychopathes dégénérés.

On retiendra la performance de Lise Roy, la "mère", de Pierre-Yves Cardinal, le "frère" qui font face à Xavier Dolan en ange blond qui pourrait sortir des "Enfants terribles" alors qu’il est plutôt confronté à l’univers de "Délivrance".

En quittant "Tom à la ferme" de Xavier Dolan, on aurait presque envie que le réalisateur reprenne le rôle pour de nouvelles aventures et crée une série comme Martine ou Caroline. Après "Tom à la ferme", pourquoi pas "Tom à la ville" ou "Tom à la montagne" ?

Xavier Dolan est évidemment un cinéaste d’avenir. Certains voudraient qu’il gagne en ambition. On souhaitera, au contraire, qu’il n’oublie pas la veine de "Tom à la ferme" où il montre de grandes qualités pour filmer le monde et les gens, et pas seulement pour s’enfermer dans un cinéma trop centré sur lui-même.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=