Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tom à la ferme
Xavier Dolan  avril 2014

Réalisé par Xavier Dolan. Canada/France. Drame. 1h42 minutes. (Sortie le 16 avril 2014). Avec Xavier Dolan, Pierre-Yves Cardinal, Lise Roy, Évelyne Brochu.

Xavier Dolan a 26 ans et déjà cinq films à son crédit, dont un à venir en sélection pour le prochain Festival de Cannes. C’est donc un surdoué que l’on va suivre devant et derrière la caméra de "Tom à la ferme".

Si l’on ne connaît pas encore son cinéma, on découvrira que ce tout jeune homme brille par son étonnante maturité cinématographique. Pas question ici d’épater par des effets gratuits, l’usage de la 3D ou un cynisme de "petit malin" prétendant avoir tout compris du monde qui l’entoure.

Non. À l’âge où les cinéastes de sa "génération" sont encore en train de sagement bricoler leurs premiers courts-métrages dans des écoles renommées, l’auteur de "Laurence Anyways" poursuit, lui, un chemin déjà bien tracé et débroussaillé.

Mais, après ses trois premiers films qui pouvaient se lire comme une trilogie autobiographique avec en fil rouge la recherche de l’identité sexuelle passée au prisme de l’homosexualité, "Tom à la ferme", tiré d’une pièce de Michel Marc Bouchard, est un "vrai" drame québécois.

Xavier Dolan et Tom, le personnage qu’il incarne, quittent Montréal pour se plonger dans un univers rural typiquement américain, un univers plein de sauvagerie, voire de bestialité, où les sentiments pour un veau qui naît ou une vache qui meurt peuvent être plus tendres que pour un étranger, un homosexuel ou une femme.

Dialectique entre l’amour et la barbarie, "Tom à la ferme" traite de l’intime dans un monde où les grands espaces voisinent avec une grande maison vide d’horizons dans laquelle le refuge ultime est une chambre close sur l’enfance.

Thriller au pays du malheur, le film confronte des personnages forts, enfermés dans leurs douleurs et leurs frustrations. Au milieu de tout ça, Xavier Dolan ressemble à une blonde héroïne d’Hitchcock. Il court à perdre haleine dans des champs de maïs, découvre des secrets et craint le pire en prenant une douche...

Dans cette atmosphère extrêmement pesante, on accepte sans problème la loi scénarique du film : Tom, jeune publicitaire projeté pour les obsèques de son compagnon mort dans la famille de celui-ci, décide d’y rester. Alors qu’il pouvait échapper au frère fruste et violent, à la mère qui refuse que son fils ait pu être homosexuel, le voilà qui trait les vaches et prend la place du mort.

S’en suit un film nerveux, tendu, menaçant, qui n’est pas sans rappeler le monde des "ploucs américains", celui qui peut à la fois nourrir des pièces à la "Tennessee Williams" et des films remplis de psychopathes dégénérés.

On retiendra la performance de Lise Roy, la "mère", de Pierre-Yves Cardinal, le "frère" qui font face à Xavier Dolan en ange blond qui pourrait sortir des "Enfants terribles" alors qu’il est plutôt confronté à l’univers de "Délivrance".

En quittant "Tom à la ferme" de Xavier Dolan, on aurait presque envie que le réalisateur reprenne le rôle pour de nouvelles aventures et crée une série comme Martine ou Caroline. Après "Tom à la ferme", pourquoi pas "Tom à la ville" ou "Tom à la montagne" ?

Xavier Dolan est évidemment un cinéaste d’avenir. Certains voudraient qu’il gagne en ambition. On souhaitera, au contraire, qu’il n’oublie pas la veine de "Tom à la ferme" où il montre de grandes qualités pour filmer le monde et les gens, et pas seulement pour s’enfermer dans un cinéma trop centré sur lui-même.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=