Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens
Théâtre 13/Seine  (Paris)  mai 2014

Création collective de Lucrèce Carmignac, Sandrine Brotteville, Amaury de Crayencour, Aimé Vandelattre, Sol Espeche, Paloma Camerini, Valentine Gérard, Suzy Vandelattre, Jade Herbulot, Maxime N’Golo, Alexis Lameda-Waksmann, Jesus Mendoza, Antonin Meyer, Jön Bricard, Thomas Poitevin, Pierre-Jean "P.J" Batay, Benjamin Tholozan et Christophe Paquette.

La troupe de danse contemporaine emmenée par le fameux chorégraphe Jön Bricard traverse une crise. Alors que la nouvelle création chorégraphique autour des improvisations des danseurs est en pleine répétition, l'argent vient à manquer, rendant les derniers ajustements compliqués.

En effet, comment travailler lorsque l'électricité de la salle de répétition est coupée et que le plateau se retrouve plongé dans le noir ? Une solution apparaît, se tourner vers le sponsoring. Mais les membres de la troupe se rendent vite compte qu'ils vont devoir répondre aux exigences de leur nouveau producteur, un chef d'entreprise canadien spécialisé dans la transformation de viande porcine.

"Le laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens" utilise, avec bonheur et gourmandise, le registre grotesque et caricatural pour souligner les difficultés à laquelle les troupes sont confrontées lors de la création des spectacles : problèmes d'égos, difficultés financières, doutes sur les choix artistiques, et par-delà tous ces aspects, les pressions extérieures au projet.

Dans cette pièce de théâtre chorégraphiée et traversée d'improvisations, écrite de manière collective par les acteurs de la Compagnie M42, chacun d'eux s'est inventé un personnage à la personnalité bien marquée, d'abord dans sa gestuelle, mais aussi dans son "traumatisme".

A cet égard, les monologues écrits par Thomas Poitevin font mouche. La succession d'interventions devant le micro par les danseurs pour raconter leur parcours artistique offre de beaux moments de rire.

Autour du thème de la danse, on saluera l'utilisation intelligente du plateau lors des scènes de répétition. En plus d'animer la scène, les longues diagonales ou horizontales montrent de manière évidente l'opposition entre la troupe et le producteur.

Parmi les acteurs, on soulignera la prestation de Valentine Gérard, dans le rôle de Suzy. Danseuse formée au Conservatoire Royal de Liège, son personnage donne une crédibilité à l'ensemble de cette troupe de danse, dont la plupart des membres ne disposent pourtant que d'un vocabulaire chorégraphique limité.

Bien que l'ensemble soit divertissant, on peut se demander néanmoins à quelle fin le comique est utilisé dans cette pièce. En effet, le personnage de Jön Bricard, interprété avec une délectation visible par Antonin Meyer, sorte de gourou chorégraphe, volontiers odieux avec ses danseurs, et peu avare d'explications vides et ampoulées, tend à moquer d'une certaine tendance de la création contemporaine.

On se souvient qu'il y a quelques années le Théâtre de la Ville, à Paris, avait lancé l'idée de proposer dans son programme annuel certaines chorégraphies sous la dénomination "inclassable" et non plus dans le registre "danse".

D'ailleurs, les amateurs de danse contemporaine savent bien qu'ils ont parfois affaire à des propositions absolument hermétiques de la part de certains chorégraphes, des pièces qui ne pourraient souvent pas voir le jour sans financement public. En choisissant de se moquer de ce type de spectacle, la caricature du sponsor privé qui exige que le nom de son entreprise apparaisse durant tout le spectacle en fond de scène ne perd-il pas de sa force de dénonciation ?

On retiendra donc d'abord les aspects comiques, chahuteurs et irrévérencieux de ce "laboratoire chorégraphique de rupture contemporaine des gens" qui, déjà par son titre, se moque d'un certain théâtre pompeux et maniéré.

 

Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=