Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Aglavaine et Sélysette
Théâtre de la Colline  (dParis)  mai 2014

Comédie dramatique de Maurice Maeterlinck, mise en scènede Célie Pauthe, avec Bénédicte Cerutti, Judith Morisseau, Karen Rencurel, Manuel Vallade et Joséphine Callies (en alternance Lune Vidal).

Pour éviter quelques rires gras, des toussotements intempestifs et quelques claquements de fauteuil inutiles, il faut rappeler que Maurice Maeterlinck, s’il est avec Ibsen, Tchekhov, Strindberg, l’un des pères du théâtre moderne, est sans doute celui dont l’univers reste le plus mystérieux.

Par son refus de parler d’une manière frontale de son époque, son abstraction, sa volonté d’exprimer des sentiments intemporels, son goût pour les ambiances poétiques, son lyrisme, son amour d’un langage pur, les prénoms bizarres de ses personnages, il peut encore étonner, surprendre, voire agacer. Il a, sur certains, l’effet qu’a le cinéma muet sur d’autres.

Trop éloigné du réel, trop chargé en partis pris dont on a perdu le sens, il peut mettre mal à l’aise et provoquer le ricanement. Et pourtant, une fois accepté son monde rempli de mort et d’amour, de beaux sentiments qui deviennent obscurs à force d’être évidents, on ne peut qu’être gagné par la magie de ses mots et l’intégrité de ses personnages.

Peu jouée, "Aglavaine et Sélysette" est une pièce qui rassemble beaucoup de ses thématiques. Le couple formé par Sélysette et son mari Méléandre vit isolé dans un château. Aglavaine, la belle-sœur de Sélysette vient les rejoindre. Désormais veuve, elle va sans le vouloir briser l’harmonie du couple, où chacun, à sa manière, va tomber amoureux d’elle.

Un trio qui s’aime, dans le monde commun, cela aboutit à un drame scabreux. Chez Maeterlinck, c’est l’occasion de plus d’amour, d’un amour si fort qu’il ne peut pas déboucher sur un crime, mais sur la plus haute forme du suicide : le sacrifice.

Théâtre littéraire conçu pour être joué dans le dépouillement, "Aglavaine et Sélysette" est l’occasion d’entendre une langue française à la fois d’une grande beauté et d’une grande simplicité même si les phrases contiennent souvent de subjonctifs passés.

Économe dans son expression, Maeterlinck fait dire beaucoup à ses personnages et dans sa mise en scène rigoureuse, Célie Pauthe restitue parfaitement le long cheminement de la pensée des trois aimants. Attentive à tous les détails, elle ne s’autorise aucun temps mort. S’appuyant sur l’élégance des lumières de François Fauvel, elle inscrit le drame de Maeterlinck dans l’architecture géométrique épurée sans être austère de Marie La Rocca.

Cette dialectique entre la pénombre et la lumière, posée dans des lieux vides, est d’autant plus efficace que ces murailles ou ces escaliers enserrent les personnages dans un monde irréel où il n’y a de place que pour le bonheur ou la tragédie. Peu à peu, c’est la douleur presque janséniste de Sélysette qui emporte tout.

Judith Morisseau tire le personnage vers celui d’une femme-enfant qui noie son désarroi de femme dans le donjon de ses rêves adolescents. À ses côtés, Bénédicte Cerutti campe une Aglavaine fière et distante, plus réactive qu’active, et Manuel Vallade est un Méléandre hypersensible très vite vaincu par l’enchaînement des faits qui le dépassent.

Quand s’achève "Aglavaine et Sélysette", on sent les acteurs légèrement sonnés. Comme le public, ils sont encore pour un moment KO dans les mots et l’imaginaire de Maeterlinck.

Cette pièce, d’une force peu commune, méritait bien d’être réveillée.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=