Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Christ selon l'Afrique
Calixthe Beyala  (Editions Albin Michel)  février 2014

A l'image de sa couverture multicolore, tout est chamarré et luxuriant dans "Le Christ selon l'Afrique", dernier roman en date de Calixthe Beyala, à commencer par sa percutante et truculente langue imagée héritée de la parole africaine riche en métaphores qui teintent le prosaïque de poéticité.

Nonobstant cette exubérance scripturale, elle ne livre pas une carte postale pittoresque mais un roman concentrique qui, à partir d'une histoire individuelle, celle d'une pétulante jeune fille prénommée Boréale qui a vingt ans, l'âge de tous les possibles, aborde la condition de la femme africaine, s'élargit à la vie d'un quartier populaire et procède ainsi jusqu'à tracer une véritable radioscopie politique de l'Afrique.

Car Calixthe Beyala est une femme engagée au franc-parler virulent qui fait état sans ambages d'opinions et convictions qui ne sont pas sans susciter des controverses qui sont étayées et illustrées dans ses romans.

Ses sujets de prédilection que sont notamment les effets négatifs de la mondialisation dont l'uniformisation des esprits, le néo-libéralisme qui érige l'argent en valeur suprême et but ultime, la condition et le droit des femmes face au phallocratisme de l'homme africain, l'éloge du matriarcat comme acteur essentiel du développement et de la survie du continent africain et l'attachement aux traditions qui n'est pas antinomique avec une modernité tempérée et adaptée aux paticularités culturelles, sont donc présentes dans cet opus.

De surcroît, celui-ci aborde la question du sacré dans un pays "où chacun fait boutique avec la foi" et qui, s'éloignant de l'animisme originel, a troqué le culte des ancêtres pour l'idolatrerie des religions monothéistes importées et imposées.

Boréale, qui n'a connu ni l’esclavage ni la colonisation, nourrit des rêves générationnels devenus universels pour la jeunesse mondiale qui se résument en quelques mots : être libre, riche et célèbre.

Mais elle vit à Kassalafam, le quartier pauvre de Douala ("un foutoir, l'antichambre du codéveloppement") et, ayant abandonné tôt ses études, elle travaille comme "boyesse" auprès d'une expatriée blanche, ces nouveaux "colons" qui viennent en Afrique pour bénéficier du miracle de la multiplication des pains qui résulte du taux de change avec la monnaie locale.

Elle vit encore avec sa mère, une mère célibataire qui lui préférait sa soeur aînée, plus belle à qui était promis un destin de reine mais que "ceux qui la courtisaient n'emmenaient pas plus loin que la banquette arrière de leur voiture de luxe" avant qu'elle ne disparaisse soudainement, et qui reporte sur elle - qui ressemble à son père haï "comme deux crachats d'une même personne" - ses rancunes et frustrations de femme abandonnée.

Une mère qui n'hésite pas, sous couvert du respect de la tradition d'entraide féminine familiale, à la transformer en marchandise - devenir la mère porteuse rémunérée pour une tante stérile non pas en manque de maternité mais, mariée sur le tard à un ancien haut fonctionnaire avec une confortable retraite assurée, par crainte de voir qu"une attrape-couilles ne lui enlève l'hostie de la bouche en pondant un bâtard à son époux" - qui serait une manne pécuniaire. Car elle aussi veut devenir riche, acheter un magasin et faire fortune dans les affaires.

Ce qui n'entre pas dans le "plan de carrière" utopique de Boréale qui "refuse d'entrer dans cette macaquerie et de s'embourber dans ce marigot du négrille". Mais vivre neuf mois à lambiner "aux frais de la princesse" est tentant. Car Boréale est "une mer de contradictions" comme l'Afrique.

Et Calixthe Beyala en fait la figure métaphorique de ce continent "christique" ; "L'Afrique c'est Jésus. Elle meurt pour que le reste de l'humanité vive". Et il faut reconnaître que sa peinture de la capitale camerounaise ressemble au Temple biblique dont les "marchands" sont des prédicateurs de tous poils, vrais illuminés et prêcheurs intéressés, les élus qui "pilotent le pays dans le sens de leur enrichissement personnel" et les affairistes "qui ont érigé la corruption au rang des beaux arts".

Au premier degré chronique pétulante d'une vie de quartier avec sa galerie de portraits hauts en couleurs et archétypaux des maux dénoncés portée par une langue inventive et savoureuse, cet opus au dénouement inattendu constitue également une belle fable moderne dans laquelle Calixthe Beyala pose des questions essentielles pour l'avenir de l'Afrique.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 juin 2021 : Culture à gogo

Avant la pause estivale (toute relative), on ne chôme pas sur Froggy's Delight. Avant d'attaquer le sommaire de la semaine, voici le replay de la Mare Aux Grenouilles #29 mais aussi celui de l'interview de Half Bob et Raymonde Howard pour leur Bd-Disque "the Year Loop Broke". Merci de votre soutien !

Du côté de la musique :

Rencontre avec Alice Animal à l'occasion de son CONCERT (oui oui) au Festival Poly'sons de Montbrison
"Since 1966" de Jean Philippe Fanfant
"Sentimental" de Johnny Mafia
"Nowhere land" de Karkara
"Peache of mine " de Laura Prince
"Dominique Pagani 5/5 et La Ritournelle" de Listen In Bed
"Cyclotimic songs" de Marc Sarrazy & Laurent Rochelle
"Kaboom" de Michel Meis 4tet feat. Theo Ceccaldi
"Secret place" de Noé Clerc Trio
"Gerry (music inspired by the motion picture)" de Ô Lake
"Countdown" de Simon Moullier
"Sous la peau" de Versari
et toujours :
"Cavalcade" de Black Midi
"Years in marble" de Raoul Vignal
"Damnatio Memoriae" de Syd Kvlt
"(n) Traverse Vol. 1" de Warren Walker
"Schubert, Symphonie N°5 & Haydn, Symphonie N°99" de Concentus Musicus Wien & Stefan Gottfried
"After the rain" de Indolore
"Dominique Pagani 4/5", avant dernier volet thématique de Listen in Bed
"Amore, disamore" de Olivier Longre
"Oslo tropique" de Oslo Tropique

Au théâtre :

les nouveautés :
"Tout le monde ne peut pas être orphelin" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Et c’est un sentiment qu’il faut déjà que nous combattions je crois" au Théâtre Paris-Villette
"Pelléas et Mélisande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Powder Her Face" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Aux poings" au Théâtre de la Tempête
"Je suis le vent" au Théâtre de la Bastille
"La Veilleuse, cabaret holographique" au Centquatre
les reprises :
"Soeurs" au Théâtre de la Colline
"Un Poyo rojo" au Théâtre du Rond-Point
"Sherlock Holmes et le mystère de la vallée de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Matthieu Penchinat - Que fuis-je ?" au Théâtre du Marais

Expositions :

les nouveautés :
"Dans les têtes de Stéphane Blanquet" à la Halle Saint-Pierre
"Victor Hugo - Dessins - Dans l'intimité du génie" à la Maison de Victor Hugo
"Augustin Rouart - La peinture en héritage" au Petit Palais
déjà à l'affiche :
"L'Empire des sens de Boucher à Greuze" au Musée Cognacq-Jay
"Pierres précieuses" au Muséeum national d'Histoire naturelle
"Elles font l'abstraction" au Centre Pompidou
"Peintres femmes, 1780-1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Moriyama – Tomatsu : Tokyo "à la Maison Européenne de la Photographie
"Tempêtes et Naufrages - De Vernet à Courbet " au Musée de la Vie romantique
"Edition Limitée - Vollard, Petiet et l’estampe de maîtres" au Petit Palais
"Divas - D'Oum Kalthoum à Dalida" à l'Institut du Monde Arabe
"L'Heure bleue de Peder Severin Krøyer " au Musée Marmottan
"Dali, l'énigme sans fin" à l'Atelier des Lumières
"Gaudi, architecte de l'imaginaire" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Médecin de nuit" d'Elie Wajeman
"Seize printemps" de Suzanne Lindon
"Josée, le tigre et les poissons" de Kotaro Tamura
"Il n'y aura plus de nuit" d'Eléonore Weber
Ciné en Bref avec :
"The Father" de Florent Zeller
"Adieu les cons" d'Albert Dupontel
"Promising Young Woman" d'Emerald Fennell
"ADN" de MAïwenn
"L'Etreinte" de Ludovic Bergery
"Garçon chiffon" de Nicolas Maury

Lecture avec :

"De la guerre" de Jean Lopez
"Hamnet" de Maggie O Farrell
"Les heures furieuses" de Casey Cep
et toujours :
"Minuit à Atlanta" de Thomas Mullen
"Les pièces manquantes" de Manon Gauthier
"Le roman des damnés" de Eric Branca
"La fille à la porte" de Veronica Raimo

Du côté des jeux vidéos :

Des streams tous les jours à 21H sur la chaine twitch de Froggy's Delight.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=