Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fat Supper - Détroit
L'Aéronef  (Lille)  mercredi 14 mai 2014

Que d'attente, que d'attente !

Le retour de Bertrand Cantat sur scène se sera longtemps fait attendre, surtout depuis la sortie cet hiver du premier album de Détroit. Cerise sur le gâteau, le combo a invité les géniaux Fat Supper à ouvrir le bal sur une bonne partie de la tournée. L'impatience s'impatiente elle-même, tant l'affiche est belle. D'ailleurs, l'Aéronef affiche complet depuis plusieurs mois, à l'instar du reste de la tournée.

Il s'agit probablement de la tournée rock la plus motivante que la France ait connu depuis longtemps, loin du teenage rock parisien dont seuls les BB Brunes semblent avoir survécu. Des faux punks de Skip The Use qui n'ont quand même pas grand chose à raconter, à part que la cigarette et l'alcool c'est mal (en oubliant que si Iggy Pop et Johnny Rotten étaient des garçons modèles, on se serait bien fait chier dans les années soixante-dix). Loin des gênants Shaka Ponk, qui sont pourtant le backing band studio de Détroit. Et surtout loin des consternants Fauve, qui brassent un vent aussi rigolo qu'un pet.

Enfin, une tournée rock, digne de ce nom, avait de nouveau lieu et qui plus est sans promo !

Il est 20h, et les charismatiques Rennais de Fat Supper s'élèvent sur scène. Fat Supper est très clairement le groupe de rock pur le plus intéressant du moment. La prestation fut donc plus que convaincante et retient l'attention d'un public difficile, ayant hâte de retrouver Bertrand Cantat.

La set list est composée de morceaux issus de leurs deux premiers efforts dont récemment l'EP Flat Slupper, qui envoit sévèrement du pâté dans le boulgour ! On retrouve avec joie les implacables "Twisted", "Surrogate", "Step back" ou encore "Every Nobody" (qui sera d'ailleurs brutalement interrompu par l'organisation en fin de set), ainsi que des morceaux inédits qui n'augurent que du bon pour l'avenir du combo. A (re)découvrir sans modération.

Détroit arrive sur scène et instaure une ambiance de feu avec des morceaux pourtant peu joyeux ("Ma muse", "Horizon"), réarrangés de fort belle manière pour le live. De plus, la voix de Bertrand Cantat est incroyable, intacte !

Si cette tournée du duo Cantat / Humbert est si attendue, c'est parce que leur premier effort est plus que convaincant. Le concert commence donc de fort belle manière.

Puis le groupe enchaîne avec "Des visages et des figures" de Noir Désir et les choses se gâtent assez rapidement... Mais ne nous méprenons pas, cela ne veut pas dire que musicalement l'affaire ne tient pas la route. Au contraire, le groupe composé de cinq musiciens (Bruno Green, Guillaume Perron et Nicolas Boyer) est très bien.

Mais, passons à la première personne, je suis venu voir un concert de Détroit, pas de Noir Désir, et furent jouer ce soir plus de morceaux de ces derniers.

Je n'ai pourtant rien contre Noir Désir, bien au contraire, et je n'ai pas toujours boudé mon plaisir. "Tostaky", qui déclenchera une hystérie collective proche de l'émeute, malgré son final disco franchement dispensable, en est le meilleur exemple. En revanche, "Le vent nous portera" et sa belle odeur de merguez m'a vraiment fait regretter l'édition 2003 de la fête de l'humanité. D'autres classiques font leur apparition : "Lazy", "A ton étoile", "Comme elle vient", "Fin de siècle", et écrasent à mon sens des morceaux récents comme la judicieuse tentative trip-hop de "Sa majesté". Quitte à être incohérent, j'ai du coup regretté "Un jour en France", nécessaire en cette période.

Dans le numéro 560 (avril 2014) de Rock & Folk, Bertrand Cantat en répétition dit ceci : "Si on reprend du Noir Dés', il y en aura qui diront : "Comment peuvent-ils le reprendre ?" Si on ne le fait pas, on va nous dire : "Mais pourquoi ?". Il n'y a pas de fin à tout ça."

On ne peut qu'acquiescer, mais le dosage est maladroit, et délaisse des morceaux du disque comme le très bon "Terre Brûlante", et surtout j'aurais tellement aimé voir Cantat reprendre "Avec le temps". Seul. Acapella. Mais bon, peut-être n'est-il pas encore temps. La tournée évolue et évoluera encore, et n'en est finalement qu'au stade des retrouvailles.

Il serait intéressant de voir la deuxième partie dans les zéniths prévus en automne, après l'étape festival, où le groupe ne sera pas en terrain conquis puisque qu'appartenant à des programmations éclectiques. Car à l'Aéronef, ce fut un retour triomphal. Oui, les visages et les figures étaient ravis. Finalement, n'est-ce pas ici le but de cette affaire rock'n'roll ?

Quant à Bertrand, il semble plus épanoui que jamais par ses nouveaux horizons, de nouveau en route vers la joie. On ne saurait être plus content pour lui. Et puis Fat Supper, c'était tellement bien !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Fat Supper
La chronique de l'album Tied & True de Detroit Cobras
La chronique de l'album Horizons de Détroit
Détroit en concert au Festival de Dour 2004 (jeudi)
Détroit en concert au Fil (samedi 12 avril 2014)
Détroit en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - vendredi
##Bertrand Cantat#

En savoir plus :
Le site officiel de Détroit
Le Facebook de Détroit
Le Bandcamp de Fat Supper
Le Facebook de Fat Supper

Crédits photos : Olivier Ryckebusch


Sam Nolin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=