Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Roi Lear
Théâtre de la Ville  (Paris)  mai 2014

Drame de Shakespeare mis en scène par Christian Schiaretti, avec Serge Merlin, 
Pauline Bayle, Andrew Bennett, Magali Bonat, Olivier Borle, Paterne Boungou, Clément Carabédian, Philippe Duclos, Philippe Dusigne, Christophe Maltot, Mathieu Petit, Clara Simpson, Philippe Sire, Julien Tiphaine, Vincent Winterhalter  et Marc Zinga.

Du bruit, de la fureur, de l'action, des morceaux de bravoure. C'est un "Roi Lear" coloré, violent, bien raconté que Christian Schiaretti propose avec Serge Merlin dans le rôle-titre.

Pas question ici d'une relecture mais d'une lecture littérale dans laquelle c'est l'interprétation de chacun des protagonistes qui donne sens à l'ensemble. Qu'on connaisse parfaitement ou pas du tout le drame de Shakespeare, on en comprend d'emblée le propos : la condamnation du pouvoir absolu.

Aveuglé par la langue de bois qu'on lui déverse pour le flatter, le roi Lear fait seul le mauvais choix pour sa succession. Anticipant Montesquieu, Shakespeare pense que tout pouvoir corrompt et que le pouvoir absolu corrompt absolument.

D'où ce tourbillon vertigineux d'obsédés par le pouvoir qu'additionne le dramaturge anglais dans ce "péplum médiéval", mais Goneril et Régane, les filles de Lear, et Edmond le bâtard de Gloucester sont également mus par d'autres passions humaines (la soif de richesse, l'amour, la jalousie) qui viennent fragiliser leur quête irrationnelle de la souveraineté.

Pourquoi tout ça ? Pourquoi toute cette agitation alors que la mort est fatalement au bout du chemin ?

En plus de trois heures et demie denses, rythmées, fluides, l’errance de Lear et la souffrance de ses rares fidèles atteint la dimension d’une épopée. On ne s’ennuiera pas un instant dans ce grand spectacle qui évite toute grandiloquence malgré un décor grandiose de Fanny Garnet.

L’action se passe en effet à l’intérieur d’un grand pan de mur circulaire en bois, évoquant le Théâtre du Globe avec des ouvertures qui peuvent se rétracter, faisant office de portes et facilitant les nombreux déplacements des protagonistes.

Dans ce cadre ingénieux, bénéficiant des lumières de Julia Grand, se meuvent avec grâce des personnages qui flamboient dans des costumes magnifiques de Thibaut Welchin. Même en haillons, Lear et ses compagnons paraissent majestueux.

Reste à souligner l’interprétation. D’abord, celle tonitruante de Serge Merlin dont la colère ne connaît pas un instant de répit. Sans âge, malingre et aérien, il ressemble avant de renoncer au pouvoir à un Florent Pagny qui parlerait comme le général de Gaulle.

Puis, abandonné de presque tous, c’est un mélange de Robinson Crusoe et de l’abbé Faria attendant son Edmond Dantès qui hurle à mort. Cette interprétation sans nuances saisit le spectateur, quelle que soit sa réticence, et s’impose avec évidence.

En contrepoint, ses partenaires peuvent jouer avec plus de distance et de légèreté. On retiendra, entre autres, la prestation de Marc Zinga, très à l’aise dans le rôle du méchant Edmond de Gloucester ainsi que celle de Vincent Winterhaller donnant une dimension altière au fidèle duc de Kent.

Tous en ont en bouche la langue de Shakespeare que la traduction d’Yves Bonnefoy pousse vers la simplicité en s’épargnant de la surcharger d’un flot de mots poétiques.

Avec cette grande fresque populaire, Christian Schiaretti sert parfaitement Shakespeare et permet de la transmettre à tous les publics qui, ainsi, auront pu découvrir ce que signifie l’expression "grand spectacle théâtral".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 10 octobre 2021 : la petite lorgnette de la culture

C'est reparti pour un tour, on vous prépare des choses pour la fin d'année avec les amis du Village Pop mais aussi dans le look de votre site préféré. En attendant, voici le replay de la MAG34 et bien entendu le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Glow on" de Turnstile
"9" de 21 Grammes
"Satellite" de Fabulous Sheep
"55" de Heimlich
"Schubert : Sonates pour piano D840 & D960" de Jean Marc Luisada
"Mixology" de Katerina Fotinaki
"Love Letters" la nouvelle émission de Listen In Bed qui cause de Metronomy
"Awé !" de Samy Thiébault
"Diaporama" de Stéphanie Acquette
"Mumbo Jumbo" de Dragon Rapide
"La nuit des stéphanois" au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"Mary's Ideas : Umlaut Big Band plays Mary Lou Williams" de Umlaut Big Band
"From dreams to dust" de The Felice Brothers
"A bright interval" de Sweet Gum Tree
Rencontre avec Marianne Piketty autour de son disque "Vivaldi l'âge d'or"
"Fracture" saison 3 émission 2 de Listen In Bed
"En suspens" de Daniel Jea
"Chaleur digitale" de Collateral

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Pour ne pas finir comme Roméo et Juliette" au Théâtre des Abbesses
"A.I.R." au Théâtre La Flèche
les reprises :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Portrait de Raoul" au Monfort Théâtre
"Accusé.e" au Théo Théâtre
"Mon meilleur copain" à la Comédie de Paris
"Jos Houben - L'art du rire" à La Scala
"Mathieu Penchinat - Qui fuis-je ? " au Théâtre du Marais
"Machine de Cirque" à La Scala
les autres spectacles à l'affiche
et le théâtre dans son salon avec des captations intégrales en streaming gratuit
"Acqua Alta" au Théâtre national de Chaillot
"Est-ce que j'ai une gueule d'Arletty ?" au Théâtre du Petit Montparnasse

Expositions :

"Jean-Michel Othoniel- Le Théorème de Narcisse" au Petit Palais
"Soutine/de Kooning, la peinture incarnée" au Musée de l'Orangerie
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Vernon Subutex 1" de Hannes Rossacher
"Tu ne tueras pas" de Krzysztof Kieslowski
"Un Condé" de Yves Boisset
"L'Ange exterminateur" de Luis Bunuel
"A Fish swimming upside down"de Eliza Petkova
"Hadewijch" de Bruno Dumont

et en salle un documentaire "Leur Algérie" de Lina Soualem

Lecture avec :

Les conquérants de la steppe, d'Attila au khanat de Crimée, Ve-XVIIIe siècle" de Arnaud Blin
"Le jardin des monstres" de Lorenza Pieri
"Kérozène" de Adeline Dieudonné
"En automne" de Karl Ove Knausgaard
"Danton et Robespierre, le choc de la révolution" de Loris Chavanette
"Danseurs sur le rivage" et "Dem" de William Melvin Kelley
et toujours :
"Venise" de Elisabeth Crouzet-Pavan
"Sur l'île noire" de Sonja Delzongle
"Rien à déclarer" de Richard Ford
"Le chat, le général et la corneille" de Nino Haratischwilli
"L'unique goutte de sang" de Arnaud Rozan
"Apocalypse Show, quand l'Amérique s'effondre" de Anne-Lise Melquiond

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=