Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Roi Lear
Théâtre de la Ville  (Paris)  mai 2014

Drame de Shakespeare mis en scène par Christian Schiaretti, avec Serge Merlin, 
Pauline Bayle, Andrew Bennett, Magali Bonat, Olivier Borle, Paterne Boungou, Clément Carabédian, Philippe Duclos, Philippe Dusigne, Christophe Maltot, Mathieu Petit, Clara Simpson, Philippe Sire, Julien Tiphaine, Vincent Winterhalter  et Marc Zinga.

Du bruit, de la fureur, de l'action, des morceaux de bravoure. C'est un "Roi Lear" coloré, violent, bien raconté que Christian Schiaretti propose avec Serge Merlin dans le rôle-titre.

Pas question ici d'une relecture mais d'une lecture littérale dans laquelle c'est l'interprétation de chacun des protagonistes qui donne sens à l'ensemble. Qu'on connaisse parfaitement ou pas du tout le drame de Shakespeare, on en comprend d'emblée le propos : la condamnation du pouvoir absolu.

Aveuglé par la langue de bois qu'on lui déverse pour le flatter, le roi Lear fait seul le mauvais choix pour sa succession. Anticipant Montesquieu, Shakespeare pense que tout pouvoir corrompt et que le pouvoir absolu corrompt absolument.

D'où ce tourbillon vertigineux d'obsédés par le pouvoir qu'additionne le dramaturge anglais dans ce "péplum médiéval", mais Goneril et Régane, les filles de Lear, et Edmond le bâtard de Gloucester sont également mus par d'autres passions humaines (la soif de richesse, l'amour, la jalousie) qui viennent fragiliser leur quête irrationnelle de la souveraineté.

Pourquoi tout ça ? Pourquoi toute cette agitation alors que la mort est fatalement au bout du chemin ?

En plus de trois heures et demie denses, rythmées, fluides, l’errance de Lear et la souffrance de ses rares fidèles atteint la dimension d’une épopée. On ne s’ennuiera pas un instant dans ce grand spectacle qui évite toute grandiloquence malgré un décor grandiose de Fanny Garnet.

L’action se passe en effet à l’intérieur d’un grand pan de mur circulaire en bois, évoquant le Théâtre du Globe avec des ouvertures qui peuvent se rétracter, faisant office de portes et facilitant les nombreux déplacements des protagonistes.

Dans ce cadre ingénieux, bénéficiant des lumières de Julia Grand, se meuvent avec grâce des personnages qui flamboient dans des costumes magnifiques de Thibaut Welchin. Même en haillons, Lear et ses compagnons paraissent majestueux.

Reste à souligner l’interprétation. D’abord, celle tonitruante de Serge Merlin dont la colère ne connaît pas un instant de répit. Sans âge, malingre et aérien, il ressemble avant de renoncer au pouvoir à un Florent Pagny qui parlerait comme le général de Gaulle.

Puis, abandonné de presque tous, c’est un mélange de Robinson Crusoe et de l’abbé Faria attendant son Edmond Dantès qui hurle à mort. Cette interprétation sans nuances saisit le spectateur, quelle que soit sa réticence, et s’impose avec évidence.

En contrepoint, ses partenaires peuvent jouer avec plus de distance et de légèreté. On retiendra, entre autres, la prestation de Marc Zinga, très à l’aise dans le rôle du méchant Edmond de Gloucester ainsi que celle de Vincent Winterhaller donnant une dimension altière au fidèle duc de Kent.

Tous en ont en bouche la langue de Shakespeare que la traduction d’Yves Bonnefoy pousse vers la simplicité en s’épargnant de la surcharger d’un flot de mots poétiques.

Avec cette grande fresque populaire, Christian Schiaretti sert parfaitement Shakespeare et permet de la transmettre à tous les publics qui, ainsi, auront pu découvrir ce que signifie l’expression "grand spectacle théâtral".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=