Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Fiancés de Loches
Théâtre du Palais Royal  (Paris)  juin 2014

Comédie musicale conçue par Jacques Mougenot d'après l'oeuvre éponyme de Georges Feydeau, mise en scène de Hervé Devolder, avec Christine Bonnard, Charlotte Filou, Clara Hesse, Claudine Vincent, Adrien Biry-Vicente, Arnaud Denissel, Fabrice Fara, Patrice Latronche et Franck Vincent.

Voilà un spectacle idéal pour la période estivale et un bienvenu divertissement en ces temps de rigueur et de morosité hexagonales.

Encore un Feydeau, diront les pisse-vinaigre et les rabat-joie, ce rassurant fédérateur de publics appelé en rescousse de manière récurrente pour les fins de saison difficiles. Et bien ils auront tort.

En effet, loin de jouer les secouristes, les deux maîtres d'oeuvre, Jacques Mougenot et Hervé Devolder, comédiens et metteurs en scène qui connaissent leurs classiques et ne sont pas des perdreaux de l'année, présentent un spectacle épatant, truculent et jubilatoire totalement abouti et gorgé d'énergie roborative, d'hilarité imparable et de bonne humeur contagieuse.

De surcroît, sortant des blockbusters mis à toutes les sauces du célèbre vaudevilliste, ils ont choisi une partition méconnue, "Les Fiancés de Loches", dont ils ont procédé à l'adaptation en gommant les petites faiblesses d'une oeuvre de jeunesse et, surtout, en la transposant dans le registre de l'opérette-vaudeville.

Laissant l'oeuvre dans son "jus" et le contexte de la fameuse Belle Epoque, Jacques Mougenot a sensiblement, et à bon escient, resserré et rafraîchi le texte original et, s'inspirant de l'esprit de ce temps, a troussé d'inénarables couplets aussi charmants que désopilants que Hervé Devolder a joliment mis en musique.

Les fiancés de Loches ne sont pas deux mais trois : c'est en famille que les Gevaudan débarquent à Paris tous frais émoulu de leur province mus par le désir de convoler en justes noces hors pays mais leur quête matrimoniale tourne au désastre et leur virée parisienne se solde par un retour au bercail la queue entre les jambes (sic).

Car dans l'immeuble de l'agence matrimoniale siège également un bureau de placement pour domestiques auquel s'adresse régulièrement le docteur Saint-Galmier pour demander du personnel pour son établissement de soins pour névropathes. Inutile de préciser le triple quiproquo qui va se déployer en trois actes que Feydeau orchestre autour de trois déclinaisons de la fracture sociale, maîtres/domestiques, parisiens/provinciaux et fous/sains d'esprit, sur toile de fond moliéresque en fustigeant les Diafoirus des nouvelles sciences psychiatriques.

Hervé Devolder, qui n'est pas un lymphatique, signe une mise en scène branchée sur haut voltage en forme de folle farandole scandée par les chansons et les pas de danse chorégraphiés par Catherine Arondel.

Dans un décor ad hoc, des panneaux en fond de scène conçus par le scénographe Jean-Michel Adam et inspirés du graphisme qui présidait aux affiches de la Belle Epoque, et les costumes croquignolets sur le mode de "l'habit qui fait le moine "confectionnés par Jean-Daniel Vuillermoz avec la collaboration de Stéphanie Testu pour les coiffures et postiches, une distribution judicieuse et émérite dispense un excellent spectacle.

Les comédiens-chanteurs, tous aguerris à la comédie musicale, sont accompagnés en direct par les musiciens Marianne Devos au violon, Benoît Dunoyer de Segonzac à la contrebasse et Hervé Devolder au piano postés derrière le décor, ce qui participe au charme et à la vivacité de leur prestation. Et ils s'en donnent à coeur et à choeur joie.

Fabrice Fara et Patrice Latronche, respectivement agent recruteur et agent matrimonial, sont drôles à souhait avec un soupçon de loufoquerie.

Le trio de bourgeois ridicules formé par le bellâtre-médecin obséquieux, Arnaud Denissel, sa vieille fille de soeur, Claudine Vincent, et sa vraie fiancée plus futée qu'elle ne le laisse croire, Clara Hesse, est hardiment campé.

Quant aux trois pieds nickelés, Eugène, l'apothicaire bonhomme, gaillardement incarné par Franck Vincent, Alfred, le maigrichon migraineux, qui va comme un gant à Adrien Biry-Vicente, et Laure, la dodue rosière, irrésistible sus les traits et le talent de Christine Bonnard, s'il est mené par le bout du nez, il n'en mène pas moins la danse. Et à propos de danse, leur entrée en scène sur l'air de la bourrée lochoise constitue une incroyable scène d'anthologie.

Un vaudeville en serait pas un vaudeville sans l'incontournable personnage archétypal de la cocotte. Piquante, physique mutin et tempérament explosif, Charlotte Filou fait merveille dans le rôle de la coquette cocotte du docteur prénommée Michette.

En conséquence, rire garanti et succès assuré !

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=