Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Fiancés de Loches
Théâtre du Palais Royal  (Paris)  juin 2014

Comédie musicale conçue par Jacques Mougenot d'après l'oeuvre éponyme de Georges Feydeau, mise en scène de Hervé Devolder, avec Christine Bonnard, Charlotte Filou, Clara Hesse, Claudine Vincent, Adrien Biry-Vicente, Arnaud Denissel, Fabrice Fara, Patrice Latronche et Franck Vincent.

Voilà un spectacle idéal pour la période estivale et un bienvenu divertissement en ces temps de rigueur et de morosité hexagonales.

Encore un Feydeau, diront les pisse-vinaigre et les rabat-joie, ce rassurant fédérateur de publics appelé en rescousse de manière récurrente pour les fins de saison difficiles. Et bien ils auront tort.

En effet, loin de jouer les secouristes, les deux maîtres d'oeuvre, Jacques Mougenot et Hervé Devolder, comédiens et metteurs en scène qui connaissent leurs classiques et ne sont pas des perdreaux de l'année, présentent un spectacle épatant, truculent et jubilatoire totalement abouti et gorgé d'énergie roborative, d'hilarité imparable et de bonne humeur contagieuse.

De surcroît, sortant des blockbusters mis à toutes les sauces du célèbre vaudevilliste, ils ont choisi une partition méconnue, "Les Fiancés de Loches", dont ils ont procédé à l'adaptation en gommant les petites faiblesses d'une oeuvre de jeunesse et, surtout, en la transposant dans le registre de l'opérette-vaudeville.

Laissant l'oeuvre dans son "jus" et le contexte de la fameuse Belle Epoque, Jacques Mougenot a sensiblement, et à bon escient, resserré et rafraîchi le texte original et, s'inspirant de l'esprit de ce temps, a troussé d'inénarables couplets aussi charmants que désopilants que Hervé Devolder a joliment mis en musique.

Les fiancés de Loches ne sont pas deux mais trois : c'est en famille que les Gevaudan débarquent à Paris tous frais émoulu de leur province mus par le désir de convoler en justes noces hors pays mais leur quête matrimoniale tourne au désastre et leur virée parisienne se solde par un retour au bercail la queue entre les jambes (sic).

Car dans l'immeuble de l'agence matrimoniale siège également un bureau de placement pour domestiques auquel s'adresse régulièrement le docteur Saint-Galmier pour demander du personnel pour son établissement de soins pour névropathes. Inutile de préciser le triple quiproquo qui va se déployer en trois actes que Feydeau orchestre autour de trois déclinaisons de la fracture sociale, maîtres/domestiques, parisiens/provinciaux et fous/sains d'esprit, sur toile de fond moliéresque en fustigeant les Diafoirus des nouvelles sciences psychiatriques.

Hervé Devolder, qui n'est pas un lymphatique, signe une mise en scène branchée sur haut voltage en forme de folle farandole scandée par les chansons et les pas de danse chorégraphiés par Catherine Arondel.

Dans un décor ad hoc, des panneaux en fond de scène conçus par le scénographe Jean-Michel Adam et inspirés du graphisme qui présidait aux affiches de la Belle Epoque, et les costumes croquignolets sur le mode de "l'habit qui fait le moine "confectionnés par Jean-Daniel Vuillermoz avec la collaboration de Stéphanie Testu pour les coiffures et postiches, une distribution judicieuse et émérite dispense un excellent spectacle.

Les comédiens-chanteurs, tous aguerris à la comédie musicale, sont accompagnés en direct par les musiciens Marianne Devos au violon, Benoît Dunoyer de Segonzac à la contrebasse et Hervé Devolder au piano postés derrière le décor, ce qui participe au charme et à la vivacité de leur prestation. Et ils s'en donnent à coeur et à choeur joie.

Fabrice Fara et Patrice Latronche, respectivement agent recruteur et agent matrimonial, sont drôles à souhait avec un soupçon de loufoquerie.

Le trio de bourgeois ridicules formé par le bellâtre-médecin obséquieux, Arnaud Denissel, sa vieille fille de soeur, Claudine Vincent, et sa vraie fiancée plus futée qu'elle ne le laisse croire, Clara Hesse, est hardiment campé.

Quant aux trois pieds nickelés, Eugène, l'apothicaire bonhomme, gaillardement incarné par Franck Vincent, Alfred, le maigrichon migraineux, qui va comme un gant à Adrien Biry-Vicente, et Laure, la dodue rosière, irrésistible sus les traits et le talent de Christine Bonnard, s'il est mené par le bout du nez, il n'en mène pas moins la danse. Et à propos de danse, leur entrée en scène sur l'air de la bourrée lochoise constitue une incroyable scène d'anthologie.

Un vaudeville en serait pas un vaudeville sans l'incontournable personnage archétypal de la cocotte. Piquante, physique mutin et tempérament explosif, Charlotte Filou fait merveille dans le rôle de la coquette cocotte du docteur prénommée Michette.

En conséquence, rire garanti et succès assuré !

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=