Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sous les jupes des filles
Audrey Dana  (juin 2014) 

Réalisé par Audrey Dana. France. Comédie. 1h56 (Sortie le 4 juin 2014). Avec Audrey Dana, Laetitia Casta, Isabelle Adjani, Vanessa Paradis, Audrey Floriot, Marina Hands, Sylvie Testud, Alice Belaïdi, Julie Ferrier, Géraldine Nakache et Alice Taglioni.

Le théâtre avait "Les monologues du vagin", le cinéma maintenant a "Sous les jupes des filles".

Dans les deux cas, on se demandera si cette plongée dans la sexualité féminine - curieusement plus puritaine sur l’écran que sur la scène - fait vraiment progresser la cause des femmes ou si elle ne permet pas, mine de rien, de mieux justifier la société phallocratique.

À première vue, ce film fait par une femme donne les beaux rôles aux femmes et renverse la routine cinématographique en affectant les hommes aux rôles de potiches ordinairement dévolus à leurs compagnes.

En y regardant de plus près, la loi habituelle reprend très vite le dessus : "la femme est faite pour l’homme comme le pommier la pomme" comme le chantait jadis Arletty. Après la révolte, il n’y a pas de révolution : la femme - la vraie, celle qui porte l’anneau sanctifiant son union - revient au foyer, redevient mère et épouse, alors que celles qui ont trop pêché reçoivent leurs justes récompenses : la ménopause ou le cancer du sein…

Comédie un peu lourde dans laquelle on entendra les gargouillis ventraux de Laetitia Casta, et même un intempestif et retentissant pet provenant également du fondement de l’ancien mannequin, "Sous les jupes des filles" n’est pas un film très qui joue librement avec le sexe. L’usage qui y est fait d’un vibromasseur de taille appréciable est très décevant d’un strict point de vue de cinéphile.

Audrey Dana est sans doute trop novice derrière la caméra pour oser franchir les limites du bon goût à la manière d’un Judd Apatow. Si le mot "règles" revient souvent dans la conversation, le phénomène menstruel ne débouche sur aucun gag et ne déclenche aucun quiproquo.

Une fois passée la déception de ne pas être devant une comédie frontale capable d’un rire gaillard et réjouissant pour parler avec appétit de sexe, on se consolera assez vite en appréciant cette belle ribambelle d’actrices. Rarement, par exemple, on a vu Isabelle Adjani s’accepter autant devant la caméra, au point de se moquer d’elle-même… et de parvenir à faire rire.

Si Audrey Dana ne va pas jusqu’au bout de ses personnages, elle sait bien les dessiner et elle réussit, ce qui n’est pas si fréquent dans le film dit "choral", à donner à chacune (et même à chacun) un vrai rôle au-delà des stéréotypes que l’on craignait de voir s’accumuler.

Au bout du compte, et c’est un compliment, "Sous les jupes des filles" d’Audrey Dana a quelque chose de "lelouchien". Du bon Lelouch où l’on sent une vraie camaraderie entre toutes ses comédiennes qui représentent deux ou trois générations et qui finissent dans une unanimité qui fait plaisir.

Si elle n’est pas allée jusqu’au bout de son sujet, et qu’elle manque parfois de subtilité au point qu’on pourrait croire qu’elle justifie finalement le déséquilibre actuel dans la "lutte des sexes", Audrey Dana livre une comédie pleine de vie qui ne donne jamais l’impression d’être un dialogue filmé. On appréciera la manière prometteuse qu’elle a de gérer les déplacements de ses nombreux personnages, de les inscrire avec discrétion dans un Paris jamais cliché.

"Sous les jupes des filles" d’Audrey Dana mérite mieux que de l’indulgence. On n’y hurle pas de rire, mais on y prend du plaisir, nonobstant quelques moments à vite oublier.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=