Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Francos Gourmandes #3 (édition 2014) - vendredi 13 juin
TelDem Com'Unity - La Mine de Rien - Les Wampas - Skip The Use - Dub Inc.  (Tournus, Saône-et-Loire)  13 et 14 juin 2014

Quand la première édition des Francos Gourmandes eut lieu en 2012, avouons que cela avait provoqué un petit séisme en Bourgogne. Les ayatollahs des petits festivals et du "made in Burgundy" avaient sévèrement grogné, sans être pour autant écoutés... Version "gastronomique" des Francofolies de La Rochelle, les Francos Gourmandes, sises à Tournus (71), ont confirmé leur implantation en 2013 avec une deuxième édition réussie, pour se placer sous le signe de l'apaisement et du bon esprit pour ce troisième volet en deux actes (vendredi 13 et samedi 14 juin). Les finitions sont réussies : le site a été intelligemment repensé, l'organisation s'est affinée, et le public est au rendez-vous dès l'ouverture du site, preuve d'impatience et d'envie.

Tout commence avec TelDem Com'Unity, groupe d'électro dub que j'avais déjà aperçu et beaucoup apprécié lors d'un concert de rentrée à Dijon en 2012. Le choix est excellent : l'entrée en matière est douce et assurée, rythmée sans être brusque : il faut dire que les petits ont quand même de la bouteille et produisent une musique riche, tantôt chantée, tantôt instrumentale, aux origines diverses et convaincantes – essentiellement reggae et hip-hop. On félicite ces Dijonnais pour la qualité de leur live et l'entrain qu'ils ont su créer dès dix-huit heures... A tel point qu'ils s'en étonnent eux-mêmes au micro.

Couchée dans l'herbe sous un soleil de plomb, on écoute La Mine de Rien avec un intérêt réel. Venu de Lyon, existant depuis dix ans, et mené par le chanteur Yannick Chatelain – qui rappelle discrètement en début de set qu'il soutient les intermittents du spectacle, La Mine de Rien dispense du festif bien pensé, agréable, sans être trop répétitif ni élémentaire. Soyons clairs : le charisme du groupe est essentiellement endossé par Ghislain Paillard, saxophoniste de son état, dont la maestria est à couper le souffle. Le groupe alterne des morceaux vifs et intimistes, et le tout est très convaincant, dans sa sincérité et sa qualité technique et scénique : une belle découverte !

Juste avant que monsieur Wampas déboule sur scène, des intermittents du spectacle investissent le plateau, banderole à la main et douleur au cœur. Le discours est virulent, ouvertement anti-gouvernemental, se veut justement prophétique, mais le public ne sait pas s'il doit applaudir ou siffler...

Wampas chante toujours un peu faux, mais on l'aime avant tout parce qu'il est le roi de la scène et du no limit. La petite mèche que les deux groupes précédents avaient allumée, Wampas finit de la brûler par les deux bouts, en mettant le feu et sur la scène et dans le public. On le connaît : ça monte sur les retours, ça se désape à souhait et ça se déhanche dans un pantalon moulant disco doré, ça lance son micro (je félicite le technicien qui gère ces frasques !), ça lance une botte de foin dans le public et ça chevauche une chaise pour slamer. C'est fou, c'est délirant, à tel point que le public ne sait pas toujours s'il faut en rire ou en pleurer. Personnellement, je reste fascinée par son énergie et sa capacité au grand n'importe quoi que peu d'artistes se permettent en live. On ne voit pas le set passer... Jusqu'à ce qu'une foultitude de donzelles endiablées montent sur la scène dans un grand foutoir terminal.

Un aligot, et ça repart.

Du coup, il fallait bien que Skip The Use assure la relève et se place à la hauteur du délire wampasien. Mat Bastard, moins sautillant qu'à l'ordinaire mais toujours aussi survolté, n'a encore pas démérité. Pas une minute de répit dans ce set entrecoupé d'interventions loufoques et libertaires du chanteur, à l'accent toujours aussi surprenant. Le dialogue avec le public est certain, mais je suis prête à parier que les petites piques ironiques qui ont suivi le ban bourguignon (déclaration d'amour régionale !) n'ont pas plu à tous les puristes... La setlist est variée, et propose les titres tant attendus, comme "Ghost" ou "Cup of Coffee". Vu que c'est la sixième fois que je les couvre... Je trouve certains titres un peu ressemblants, mais ça ne tient qu'à moi.

On a passé une tellement bonne journée qu'on décide lâchement de sécher Dub Inc., de peur de ne pas finir sur une bonne note...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Avec des si de La Mine de Rien
La chronique de l'album Rock'n'Roll part 9 des Wampas
La chronique de l'album Sauvre le monde des Wampas
Les Wampas en concert au Festival des Terre-Neuvas de Bobital 2004
Les Wampas en concert à l'Olympia (29 octobre 2003)
Les Wampas en concert au Festival Garorock 2006 (samedi)
Les Wampas en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Vendredi)
Les Wampas en concert au Festival de Saint Nolff 2006 - Fichez nous la paix !
Les Wampas en concert à La Cigale (29 mai 2007)
Les Wampas en concert à For the rock 2 (août 2007)
La vidéo de For the rock par Les Wampas
La chronique de l'album eponyme de Skip The Use
Skip The Use parmi une sélection de singles (octobre 2011)
Skip The Use en concert au Festival Art Rock 2010
Skip The Use en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Skip The Use en concert au Splendid (jeudi 29 mars 2012)
Skip The Use en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Skip The Use en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - samedi
Skip The Use en concert à Main Square Festival 2012 - Samedi
Skip The Use en concert au Festival Art Rock 2013 - vendredi, samedi et dimanche
Skip The Use en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Vendredi
Skip The Use en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Skip The Use en concert au Festival Jardin du Michel #10 (édition 2014)
Skip The Use en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Jeudi
Skip The Use en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Vendredi 3

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Les Francos Gourmandes
Le Facebook du Festival Les Francos Gourmandes

Crédit photos : Sophie Hébert


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=