Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Francos Gourmandes #3 (édition 2014) - vendredi 13 juin
TelDem Com'Unity - La Mine de Rien - Les Wampas - Skip The Use - Dub Inc.  (Tournus, Saône-et-Loire)  13 et 14 juin 2014

Quand la première édition des Francos Gourmandes eut lieu en 2012, avouons que cela avait provoqué un petit séisme en Bourgogne. Les ayatollahs des petits festivals et du "made in Burgundy" avaient sévèrement grogné, sans être pour autant écoutés... Version "gastronomique" des Francofolies de La Rochelle, les Francos Gourmandes, sises à Tournus (71), ont confirmé leur implantation en 2013 avec une deuxième édition réussie, pour se placer sous le signe de l'apaisement et du bon esprit pour ce troisième volet en deux actes (vendredi 13 et samedi 14 juin). Les finitions sont réussies : le site a été intelligemment repensé, l'organisation s'est affinée, et le public est au rendez-vous dès l'ouverture du site, preuve d'impatience et d'envie.

Tout commence avec TelDem Com'Unity, groupe d'électro dub que j'avais déjà aperçu et beaucoup apprécié lors d'un concert de rentrée à Dijon en 2012. Le choix est excellent : l'entrée en matière est douce et assurée, rythmée sans être brusque : il faut dire que les petits ont quand même de la bouteille et produisent une musique riche, tantôt chantée, tantôt instrumentale, aux origines diverses et convaincantes – essentiellement reggae et hip-hop. On félicite ces Dijonnais pour la qualité de leur live et l'entrain qu'ils ont su créer dès dix-huit heures... A tel point qu'ils s'en étonnent eux-mêmes au micro.

Couchée dans l'herbe sous un soleil de plomb, on écoute La Mine de Rien avec un intérêt réel. Venu de Lyon, existant depuis dix ans, et mené par le chanteur Yannick Chatelain – qui rappelle discrètement en début de set qu'il soutient les intermittents du spectacle, La Mine de Rien dispense du festif bien pensé, agréable, sans être trop répétitif ni élémentaire. Soyons clairs : le charisme du groupe est essentiellement endossé par Ghislain Paillard, saxophoniste de son état, dont la maestria est à couper le souffle. Le groupe alterne des morceaux vifs et intimistes, et le tout est très convaincant, dans sa sincérité et sa qualité technique et scénique : une belle découverte !

Juste avant que monsieur Wampas déboule sur scène, des intermittents du spectacle investissent le plateau, banderole à la main et douleur au cœur. Le discours est virulent, ouvertement anti-gouvernemental, se veut justement prophétique, mais le public ne sait pas s'il doit applaudir ou siffler...

Wampas chante toujours un peu faux, mais on l'aime avant tout parce qu'il est le roi de la scène et du no limit. La petite mèche que les deux groupes précédents avaient allumée, Wampas finit de la brûler par les deux bouts, en mettant le feu et sur la scène et dans le public. On le connaît : ça monte sur les retours, ça se désape à souhait et ça se déhanche dans un pantalon moulant disco doré, ça lance son micro (je félicite le technicien qui gère ces frasques !), ça lance une botte de foin dans le public et ça chevauche une chaise pour slamer. C'est fou, c'est délirant, à tel point que le public ne sait pas toujours s'il faut en rire ou en pleurer. Personnellement, je reste fascinée par son énergie et sa capacité au grand n'importe quoi que peu d'artistes se permettent en live. On ne voit pas le set passer... Jusqu'à ce qu'une foultitude de donzelles endiablées montent sur la scène dans un grand foutoir terminal.

Un aligot, et ça repart.

Du coup, il fallait bien que Skip The Use assure la relève et se place à la hauteur du délire wampasien. Mat Bastard, moins sautillant qu'à l'ordinaire mais toujours aussi survolté, n'a encore pas démérité. Pas une minute de répit dans ce set entrecoupé d'interventions loufoques et libertaires du chanteur, à l'accent toujours aussi surprenant. Le dialogue avec le public est certain, mais je suis prête à parier que les petites piques ironiques qui ont suivi le ban bourguignon (déclaration d'amour régionale !) n'ont pas plu à tous les puristes... La setlist est variée, et propose les titres tant attendus, comme "Ghost" ou "Cup of Coffee". Vu que c'est la sixième fois que je les couvre... Je trouve certains titres un peu ressemblants, mais ça ne tient qu'à moi.

On a passé une tellement bonne journée qu'on décide lâchement de sécher Dub Inc., de peur de ne pas finir sur une bonne note...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Avec des si de La Mine de Rien
La chronique de l'album Rock'n'Roll part 9 des Wampas
La chronique de l'album Sauvre le monde des Wampas
Les Wampas en concert au Festival des Terre-Neuvas de Bobital 2004
Les Wampas en concert à l'Olympia (29 octobre 2003)
Les Wampas en concert au Festival Garorock 2006 (samedi)
Les Wampas en concert au Festival des terre-Neuvas 2006 (Vendredi)
Les Wampas en concert au Festival de Saint Nolff 2006 - Fichez nous la paix !
Les Wampas en concert à La Cigale (29 mai 2007)
Les Wampas en concert à For the rock 2 (août 2007)
La vidéo de For the rock par Les Wampas
La chronique de l'album eponyme de Skip The Use
Skip The Use parmi une sélection de singles (octobre 2011)
Skip The Use en concert au Festival Art Rock 2010
Skip The Use en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Skip The Use en concert au Splendid (jeudi 29 mars 2012)
Skip The Use en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Skip The Use en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - samedi
Skip The Use en concert à Main Square Festival 2012 - Samedi
Skip The Use en concert au Festival Art Rock 2013 - vendredi, samedi et dimanche
Skip The Use en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Vendredi
Skip The Use en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Dimanche
Skip The Use en concert au Festival Jardin du Michel #10 (édition 2014)
Skip The Use en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Jeudi
Skip The Use en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Vendredi 3

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Les Francos Gourmandes
Le Facebook du Festival Les Francos Gourmandes

Crédit photos : Sophie Hébert


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=