Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'origine du monde
Théâtre de la Colline  (Paris)  juin 2014

Comédie écrite et mise en scène par Lucia Calamaro, avec Daria Deflorian, Federica Santoro et Daniela Piperno.

"L'origine du monde" écrite et mise en scène par la comédienne, auteur et metteuse en scène italienne Lucia Calamaro constitue une partition magistrale tant au plan de l'écriture et de la dramaturgie que de l'approche ontologique de la vacuité existentielle et, d'une certaine façon, de l'héroïsme à supporter sinon triompher de la banalité du quotidien.

Placé sous les belles augures picturales du fameux tableau de Courbet mais également des natures mortes de Giorgio Morandi, ce dernier ayant sans doute également inspiré la scénographie minimaliste de Marina Haas, la partition tragi-comique en trois actes de Lucia Calamaro est sous-titrée "Portrait d'un intérieur", au double sens du parcours introspectif d'une femme et ce, au sein du territoire qui lui est traditionnellement dévolu, celui de la sphère domestique, qui constitue son ancrage dans le réel.

Avec une acuité d'entomologiste, une remarquable écriture non exempte de poésie qui puise dans la langue du quotidien, sans toutefois verser dans ni dans le vulgaire ni dans la subculture, d'une belle puissance dramaturgique et pétrie humour ironique, elle explore et interroge l'identité féminine à travers un croisement de focales que sont la sexuation sociétale, la quête existentielle et un état psychotique qu'est la mélancolie à travers une triade familiale plurigénérationnelle.

"Femme mélancolique au frigo", le premier opus, procède à l'identification d'une femme en crise : femme au foyer, Daria, la quarantaine, traverse une phase dépressive qui la maintient recluse à son domicile où elle passe son temps à soliloquer sur le sens de la vie et de son existence cherchant en vain des réponses au fond de son réfrigérateur, dans les brefs non-échanges avec sa fille et adolescente et les non-réponses de son psychanalyste.

A la lueur de la seule de la lumière du frogo, le jeu subtil de Daria Deflorian et la juste ubiquité de Federica Santoro font merveille.

Ordonné autour d'une machine à laver et d'une armoire-penderie, respectivement symbole d'inféodation domestique et de tensions entre l'intérieur et l'extérieur, le deuxième volet intitulé "Certains dimanches en pyjama", opus totalement jubilatoire, est articulé autour du personnage de la grand-mère, figure du principe de réalité, campée de manière épatante par Daniela Piperno.

Celle-ci, qui a su s'accommoder des vicissitudes du quotidien au prix d'une résignation qui tient du consentement philosophique ("l'ennui quand on ne s'y noie pas c'est la vie"), est parvenue à la célébration de l'épiphanie existentielle symbolisée par le torchon de cuisine, a su canaliser ses névroses en dispensant des conférences sur la phénoménologie de l'intimité bourgeoise.

Elle se livre à une critique virulente du comportement doloriste de sa fille, dont elle reconnaît la nature mélancolique congénitale mais blâme sa complaisance victimaire, au demeurant encouragée par l'attitude compassionnelle de sa petite fille. Daria ne doit son salut - temporaire - qu'à son sens de l'humour et de l'autodérision.

Mais ses interrogations perdurent et tente un dernier recours auprès du gourou des âmes pour constater "Le silence de l’analyste". Car s'il pose des questions, il ne donne jamais de réponses et la possible réconciliation avec soi-même et la vie se trouve, peut-être, autour de la vaisselle faite à l'évier avec sa fille adulte qui essuie.

L'écriture est intelligente et travaillée, la direction d'acteur au cordeau, le jeu des comédiennes magistral.

Tout est net, précis et sans bavure. Encore une pépite à mettre au crédit du théâtre transalpin.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=