Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le coeur battant
Robert Minervini  (juin 2014) 

Réalisé par Robert Minervini. Italie/Belgique/Etats-Unis. Documentaire. 1h41 (Sortie le 25 juin 2014).

Depuis une dizaine, Roberto Minervini, documentariste italien, s'attache principalement à décrire l'Amérique profonde, qu'il aime et dans laquelle il sait s'immerger.

"Le cœur battant" devrait mieux faire connaître un travail aux confins du documentaire et de la fiction, un travail d'une grande acuité sur les êtres et pourtant capable de montrer sans démontrer.

Cette plongée dans une famille "ultra-chrétienne", vivant dans son propre monde avec pour seule fenêtre sur l'extérieur la vente de ses fromages de chèvre, ne s'accompagne d'aucun jugement moral, d'aucune volonté de fustiger, même gentiment, les "Carlson" et leurs douze enfants élevés en autarcie dans le respect strict des valeurs bibliques.

La où d'autres prononceraient des mots qui tuent comme "secte", Robert Minervini décrit avec douceur un monde où circule de l'amour. Il suffit de regarder l'affiche choisie pour le film : Sara Carlson, une des jeunes adolescentes de la famille, porte sur ses épaules un petit chevreau.

Tête baissée, yeux clos, elle a quelque chose d'une jeune Jeanne d'Arc texane. Pleine de volonté et enfermée dans ses pensées contradictoires, elle dégage un sentiment de beauté paysanne pure, celui d'un état choisi - ou accepté - plutôt que subi.

Souvent Robert Minervini va la saisir, ainsi que ses sœurs, dans la nature et dans des atours qui en feront une beauté curieusement proche de celles des tableaux de Dante Gabriel Rosetti et des Pré-Raphaélites anglais.

C'est là une autre de ses grandes qualités : Minervini évite le réalisme banal sans pour autant chercher à tout prix l'originalité. Si "Le cœur battant" a tant de force, c'est qu'on y sent une pensée pas un simple regard de circonstances. Ainsi, il part lui-même en guerre contre le "pitch" que l'on risque de faire de son film : Sara serait "amoureuse" de Colby, le garçon de son âge de la ferme voisine de la sienne, qui, lui, pratique le rodéo.

Saisissant contraste que ces deux familles perdues dans un Texas paumé, qui cohabitent dans un univers de bocage "westernien" avec de part et d'autre des jeunes en éveil qui auraient pu justement tomber amoureux dans un film de John Ford.

Ici, l'amour n'est qu'une vague curiosité mal définie qui, effectivement, peut être la cause de la "crise d'identité" qui conduit Sara à se confier à sa mère. Que les âmes sensibles, ou plutôt insensibles à toute parole d'apaisement où Dieu rôde, s'éloignent quand commence cette scène édifiante.

Tout, à l'image de cette discussion, provoque émotion et interrogation dans le film de Minervini. Son récit au plus près des vies, comptable des naissances d'enfants ou de biquettes, montre toutes les contradictions de ces gens paisibles qui communient dans le culte des armes à feu. Avec ces filles et leurs belles robes blanches du siècle passé et ces garçons qui domptent des chevaux, on a l'impression que l'esprit pionnier s'est arrêté dans cette communauté pré-capitaliste hors du temps.

Œuvre d'une grande beauté formelle, montée par Marie-Hélène Dozo qui contribua largement à la réussite des premiers films des Dardenne, "Le cœur battant" de Robert Minervini est un voyage presque anthropologique chez les derniers Américains élevés sans le cynisme des Simpson.

On peut ne pas aimer le monde réactionnaire qu'ils incarnent, trouver que Sara subit tous les jours un endoctrinement liberticide, on ne peut qu'aimer la démarche d'un cinéaste qui tente de les comprendre et qui a su montrer leur réalité ambigüe sans trahir leur confiance.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=