Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A la recherche de Vivian Maier
Charlie Siskel et John Maloof  (juillet 2014) 

Réalisé par Charlie Siskel et John Maloof. Etats-Unis. Documentaire. 1h24 (Sortie le 2 juillet 2014).

Après "Sugar Man", qui sortait de son néant le chanteur Sixto Rodriguez, voilà "A la recherche de Vivian Maier"  qui élève au niveau des plus grands photographes une inconnue, une nounou pleine de lubies, une "street photographer" qui ne prenait même pas la peine de développer les milliers de photos que lui inspiraient ses promenades dans les rues de Chicago.

John Maloof, co-auteur du film, est un fouinard, un petit malin génial qui, par le plus grand des "hasards" (on mettra beaucoup de guillemets dans cette histoire) est tombé, un jour "béni" de 2007 sur un lot de pellicules et d'objets ayant appartenu à Vivian Maier. Et, dès lors, saisi par ce qu'il découvre en développant les photos en sa possession, il n'a plus eu de cesse que de reconstituer la vie et l'oeuvre de cette femme "hors du commun".

Qu'une artiste aussi douée n'ait jamais exposé - voire développé - ses photos, voilà un sacré mystère qu'il s'agissait de résoudre... Et Maloof l'a "fait" ! Il a remonté toutes les pistes à sa disposition, et grâce à une succession "incroyable" de "chances", il a imbriqué une à une les pièces de son puzzle pour faire le portrait de Vivian Maier.

"A la recherche de Vivian Maier" est un documentaire d'une qualité exceptionnelle, qui met dans une joie indescriptible tant on est heureux d'en savoir plus sur cette nounou photographe dont on voit les sublimes photos dignes de Diane Arbus, d'Elliott Erwitt ou d'Irving Penn et de Weegee. Car Vivian n'a pas de style propre mais fusionne "opportunément" celui de tous les grands photographes américains

Chapeau donc à John Maloof, à son flair, à sa ténacité et à son grand talent qui lui ont permis de ne mettre que cinq ou six ans pour tout savoir de l'existence de Vivian, et pour en faire une artiste exposée dans les plus grandes galeries et dont les tirages s'achètent plusieurs milliers de dollars ou d'euros pièce...

C'est presque trop beau, non ?

Quand on ajoute que Vivian Maier est morte opportunément en 2009, avant que Maloof ne retrouve sa trace et n'interroge nombre des enfants devenus grands dont elle s'était occupée, on trouvera peut-être la mariée trop belle.

Et viennent alors bien des questions : pourquoi, par exemple, dans le générique final découvre-t-on qu'un certain nombre de ces grands enfants retrouvés portent le nom du co-réalisateur Charles Siskel ? Quand on se souvient que celui-ci est le producteur de "Bowling for Columbine" de Michael Moore et de "Religulous" de Larry Charles (également réalisateur de "Borat"), on se demande si on n'est pas devant un canular.

Et l'on s'interroge aussi sur les moyens d'une nounou de pouvoir photographier autant et de pouvoir garder ses monceaux de photos non développées dans un garde-meuble. De plus, Vivian Maier avait pour coutume de s'auto-photographier : quel sens donner à cette démarche déraisonnable sinon d'authentifier son travail et ainsi de dissiper les soupçons que certains auraient sur son existence ?

Est-on devant une vraie mystification ou simplement devant une fausse biographie d'un vrai personnage ? Ne serait-on pas plutôt devant un exercice à la Perec qui part d'une vérité pour construire un vrai beau mensonge ?

Vivian Maier aurait bien existé, gardé des enfants, fait des photos et des films, mais John Maloof a enjolivé et nourri le mythe. Il aurait ainsi pu attribuer, ou faire attribuer, des photos réussies prises dans la rue par des amateurs à une entité générique qui les regrouperait sous le nom de Vivian Maier

On est en plein mystère. Un mystère qui sera balayé d'une main par ceux qui croiront mordicus que la version que donne Maloof dans son film est cohérente et ne mérite aucune contestation. C'est tout le plaisir d' "A la recherche de Vivian Maier" que d'ouvrir ou pas la boite de Pandore du vrai et du faux.

On en saura sans doute plus sur Vivian Maier dans les années à venir. "A la recherche de Vivian Maier" de John Maloof et Charles Siskel n'en aura que plus d'intérêt.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=