Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A la recherche de Vivian Maier
Charlie Siskel et John Maloof  (juillet 2014) 

Réalisé par Charlie Siskel et John Maloof. Etats-Unis. Documentaire. 1h24 (Sortie le 2 juillet 2014).

Après "Sugar Man", qui sortait de son néant le chanteur Sixto Rodriguez, voilà "A la recherche de Vivian Maier"  qui élève au niveau des plus grands photographes une inconnue, une nounou pleine de lubies, une "street photographer" qui ne prenait même pas la peine de développer les milliers de photos que lui inspiraient ses promenades dans les rues de Chicago.

John Maloof, co-auteur du film, est un fouinard, un petit malin génial qui, par le plus grand des "hasards" (on mettra beaucoup de guillemets dans cette histoire) est tombé, un jour "béni" de 2007 sur un lot de pellicules et d'objets ayant appartenu à Vivian Maier. Et, dès lors, saisi par ce qu'il découvre en développant les photos en sa possession, il n'a plus eu de cesse que de reconstituer la vie et l'oeuvre de cette femme "hors du commun".

Qu'une artiste aussi douée n'ait jamais exposé - voire développé - ses photos, voilà un sacré mystère qu'il s'agissait de résoudre... Et Maloof l'a "fait" ! Il a remonté toutes les pistes à sa disposition, et grâce à une succession "incroyable" de "chances", il a imbriqué une à une les pièces de son puzzle pour faire le portrait de Vivian Maier.

"A la recherche de Vivian Maier" est un documentaire d'une qualité exceptionnelle, qui met dans une joie indescriptible tant on est heureux d'en savoir plus sur cette nounou photographe dont on voit les sublimes photos dignes de Diane Arbus, d'Elliott Erwitt ou d'Irving Penn et de Weegee. Car Vivian n'a pas de style propre mais fusionne "opportunément" celui de tous les grands photographes américains

Chapeau donc à John Maloof, à son flair, à sa ténacité et à son grand talent qui lui ont permis de ne mettre que cinq ou six ans pour tout savoir de l'existence de Vivian, et pour en faire une artiste exposée dans les plus grandes galeries et dont les tirages s'achètent plusieurs milliers de dollars ou d'euros pièce...

C'est presque trop beau, non ?

Quand on ajoute que Vivian Maier est morte opportunément en 2009, avant que Maloof ne retrouve sa trace et n'interroge nombre des enfants devenus grands dont elle s'était occupée, on trouvera peut-être la mariée trop belle.

Et viennent alors bien des questions : pourquoi, par exemple, dans le générique final découvre-t-on qu'un certain nombre de ces grands enfants retrouvés portent le nom du co-réalisateur Charles Siskel ? Quand on se souvient que celui-ci est le producteur de "Bowling for Columbine" de Michael Moore et de "Religulous" de Larry Charles (également réalisateur de "Borat"), on se demande si on n'est pas devant un canular.

Et l'on s'interroge aussi sur les moyens d'une nounou de pouvoir photographier autant et de pouvoir garder ses monceaux de photos non développées dans un garde-meuble. De plus, Vivian Maier avait pour coutume de s'auto-photographier : quel sens donner à cette démarche déraisonnable sinon d'authentifier son travail et ainsi de dissiper les soupçons que certains auraient sur son existence ?

Est-on devant une vraie mystification ou simplement devant une fausse biographie d'un vrai personnage ? Ne serait-on pas plutôt devant un exercice à la Perec qui part d'une vérité pour construire un vrai beau mensonge ?

Vivian Maier aurait bien existé, gardé des enfants, fait des photos et des films, mais John Maloof a enjolivé et nourri le mythe. Il aurait ainsi pu attribuer, ou faire attribuer, des photos réussies prises dans la rue par des amateurs à une entité générique qui les regrouperait sous le nom de Vivian Maier

On est en plein mystère. Un mystère qui sera balayé d'une main par ceux qui croiront mordicus que la version que donne Maloof dans son film est cohérente et ne mérite aucune contestation. C'est tout le plaisir d' "A la recherche de Vivian Maier" que d'ouvrir ou pas la boite de Pandore du vrai et du faux.

On en saura sans doute plus sur Vivian Maier dans les années à venir. "A la recherche de Vivian Maier" de John Maloof et Charles Siskel n'en aura que plus d'intérêt.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=