Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival MigrActions #7 (édition 2014) - 1er juillet
Claire Elzière chante Pierre Louki & Allain Leprest  (Théâtre de l'Opprimé, Paris)  du 23 juin au 7 juillet 2014

Ce sera à coup sûr l'événement de la rentrée : le retour d'Allain Leprest, trois ans après sa mort, avec une flopée de parutions diverses et variées. Avant le Jean Guidoni prévu chez Tacet en octobre, avant le projet JeHaN / Lionel Suarez (pas encore de date), la chanteuse Claire Elzière ouvrira le bal fin août, avec un disque chez Saravah. Quatorze chansons dont dix inédites, plus quatre reprises – choisies sur les albums produits dans les années 90 par Pierre Barouh (Voce a Mano & Quatre). Pour avoir entendu en avant-première ces nouveaux CD, on peut d’ores et déjà dire qu’ils cohabiteront sans heurts dans nos discothèques : chacun développe son propre univers musical, avec des optiques très différentes. Ils se complètent et – chose rare dans l’exhumation d’œuvres posthumes – surpassent même, par moments, les albums publiés par l’auteur de son vivant…

Claire Elzière chante Allain Leprest, donc… Ce n'est pas une surprise : depuis quelques années, la chanteuse a l’habitude de parsemer ses spectacles d’inédits mis en musique par son ami Dominique Cravic. Celui-ci, complice d'Henri Salvador (la guitare de Jardin d'Hiver, c'était lui), organisateur de rencontres fécondes entre chanson et jazz manouche (Les Primitifs du Futur, c'était lui aussi), n’avait signé jusque-là qu’un seul morceau dans la discographie de Leprest : "Quand J'étais Mort", sur l'album de 2009. Mais il l'a fréquenté assez longtemps, du temps où celui-ci habitait Ménilmontant, pour avoir sous le coude un certain nombre de textes, qu'il a donc mis en musique avant de les confier à sa chanteuse. Les leprestophiles compulsifs – qui, dans l’ombre, recensent tout ce qui touche de près ou de loin à leur idole – avaient déjà noté, depuis 2011, la création du "Sourd Qui Fait l’Aveugle" (re-titré "Entendez-Voir" sur disque), "La Libellule Noire" et "D'autres Choses Encore". Trois morceaux déjà rôdés sur scène, auxquels viennent donc s’ajouter sept autres inédits de haute tenue.

Il y a longtemps que l’on attendait le retour d'une interprète pour porter les mots d’Allain. Dernièrement, Francesca Solleville me faisait remarquer qu’en dépit de ses qualités, le spectacle hommage Où Vont les Chevaux Quand Ils Dorment (Romain Didier, Jean Guidoni, Yves Jamait) manquait cruellement de présence féminine. Alors que Leprest avait écrit de très belles choses pour elle-même ou Enzo Enzo, il semble que cette partie de son œuvre ait été oblitérée, pour se focaliser sur des choses un peu plus viriles… La perspective de voir une jeune femme reprendre le flambeau ne peut donc que nous réjouir, ajoutant à l’œuvre une rondeur et une sensualité qui lui faisaient défaut depuis quelques temps.

Claire Elzière est une belle brune à voix limpide, très à l'aise dans le répertoire réaliste, mais qui affiche aussi un goût prononcé pour les chansons absurdes interprétées à toute berzingue. On en a eu une illustration lundi dernier, dans ce petit Théâtre de l'Opprimé où elle donnait un avant-goût de son nouveau répertoire. A tout seigneur tout honneur : c'est Pierre Louki, son maître ès-chanson (deux albums de reprises et d'inédits déjà parus) qui ouvre la soirée, à travers une sélection de titres tous plus délirants les uns que les autres ("Charlotte ou Sarah", "La main du masseur", "ConVersations"), mis en musique par des pointures nommées Georges Brassens, Serge Gainsbourg, ou Louki lui-même. Néanmoins, le burlesque langagier de Louki n'exclut pas l'émotion : ainsi "Grand-Père", où un parent propriétaire d'une pendule inversée, rajeunit au lieu de vieillir, jusqu'à redevenir bébé et… disparaître sans être né ! Jolie façon d’évoquer la mort d’un être cher, l’humour servant ici à masquer les larmes.

Ce thème de l'horlogerie poétique est une transition rêvée pour entamer la partie Leprest du concert : Claire Elzière reprend "L'Horloger", paru en 1994 et hommage à Pierre Louki, justement, sur une musique d’Etienne Goupil. Un peu plus tard, elle reprendra le bouleversant "Sarment", offert jadis à Francesca Solleville sur une musique de Gérard Pierron – qui ne figure pas sur son album.

Arrivent les nouvelles chansons de Leprest : "Marabout Tabou" est une merveille, pièce maîtresse du disque – en tout cas sa mélodie la plus imparable. Allain Leprest, s'il a toujours été servi par des orfèvres en composition nommés Romain Didier, Richard Galliano ou Etienne Goupil, n'a pas souvent bénéficié de mélodies aussi "tubesques". Sa chanson, exigeante par nature – ce qui ne veut pas dire inaccessible – ne s'y prêtait pas, tenant la variété à distance. Dominique Cravic, qui a un "background" musical différent de celui des compositeurs habituels, ouvre l’œuvre à d’autres horizons : le disque de Claire Elzière – sur lequel figurent la plupart des Primitifs du Futur – est plus varié que tout ce qu’a pu enregistrer Leprest, qui restait peu ou prou dans une forme héritée de la grande chanson-cabaret des années 50-60. C’est un plaisir d’entendre cette poésie repeinte avec d'autres couleurs. Sur "Marabout Tabou", Cravic a tissé une ornementation métissée, darbouka et mandole soutenant une mélodie aux douces saveurs d'Orient. En concert lundi, avec seulement deux musiciens (Grégory Veux au piano, lui-même à la guitare, parfois soutenus par Mathilde Febrer en renfort au violon), il était évidemment difficile de reproduire la luxuriance des arrangements. Mais en dépit de ces carences, la chanson restait émouvante. Le texte est une ode à l'écriture, vue comme acte fraternel – de jolis mots mis bout à bout, susceptibles de rapprocher les gens. Et au milieu, ces vers autobiographiques ancrés dans le réel : "Je fus avant mon âge, je fus lointainement / Sur mon échafaudage, un peintre en bâtiment / On y apprend l’essentiel et de curieux mélanges / De bitume, de ciel, de nuage ou de fange".

Autre inédit joué ce soir-là : "Entendez-Voir", pour lequel Dominique Cravic saisit son ukulélé. Cette fois, la configuration instrumentale réduite est plus appropriée. On suit les pérégrinations d’un sourd obligé, pour faire la manche, de jouer l'aveugle – parce qu'un handicap voyant (si l’on peut dire) émeut plus qu’une tare invisible. La fable est drôle, et Mathilde Febrer torture son crincrin pour y ajouter du grinçant. C'est réussi et le public apprécie. Pour les aficionados de Leprest, cette chanson illustre aussi le work-in-progress qui le faisait revenir à des textes après de longues périodes de maturation : "Entendez-Voir" s'est ainsi longtemps appelé "Le Sourd qui fait l'aveugle", passant par plusieurs musiques et divers états. Leprest en a donné une version brinquebalante avec La Bande à Paulo, en 2001 à Wazemmes – enregistrée sur une maquette détenue par quelques happy few. Entre ces deux versions, beaucoup de changements. Ainsi, le narrateur n’est plus le sourd qui fait l’aveugle, mais une tierce personne, modifiant (si l’on peut dire) l’optique du texte. La chanson y gagne, devenant moins cynique – dans la précédente mouture, myope rimait avec philanthrope, qui rimait lui-même avec salope, ce qui n’était pas du meilleur goût.

Plus lumineux, "D'autres Choses Encore" inventorie ces petits riens qui font les grands moments. Alors que dans "Marabout Tabou", le réel (peintre en bâtiment) s’immisçait dans la poésie, c’est l’inverse qui se produit ici – Senghor et Césaire font irruption à une terrasse, rompant la douce monotonie du quotidien. On retrouve dans le texte ce don pour faire sonner extraordinairement les mots de tous les jours, qui caractérise le meilleur Leprest. Cela peut paraître béat, mais cette litanie de belles choses, soulignée par une belle mélodie nostalgique, met du baume au coeur. Sur un thème voisin, on peut rapprocher la chanson du "Pourtant La Vie" de Ferrat / Aragon 95, description enjouée de ces choses qui font le sel d’une existence.

Dernière nouveauté ce soir-là, "Vie d'ange, vie d'ordure" n’est pas la meilleure du lot. La faute à un titre trop ouvertement déconneur, et à une dialectique simpliste. Leprest a beau déployer de brillantes associations d'idées pour suggérer la dualité existentielle, où l’individu en général (et l’artiste en particulier) passe en un rien de temps du bon gars au salaud... ce n'est pas d'une originalité folle. La mise en musique est intéressante, mais le rendu sur disque un peu "light". En concert, par contre, elle prend une autre ampleur : le piano est plus présent, les riffs du refrain ressortent mieux. L’interprétation toute en solennité de Claire Elzière y est peut-être aussi pour quelque chose – alors que sur disque, les maniérismes vocaux de Sansévérino (invité le temps d’un duo) sont une invitation à la rigolade, qui atténue le propos.

Après cette partie consacrée à Leprest, Claire Elzière revient à un tour de chant plus varié, proposant un songbook au goût très sûr, pioché aussi bien chez les sommités (Barbara, Ferré) que chez les confidentiels-gagnant-à-être-connus (Sarclo, Bel Hubert), sans oublier les "collègues de bureau" (Bïa, de l’écurie Saravah, via une adaptation de Chico Buarque). Et puisqu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, elle reprend aussi le "Manteau Gris", qu’elle avait gravé sur l’album Tribal Musette des Primitifs du Futur, ainsi qu’un texte dont elle est l’auteur, "Tout ça n’a plus d’importance".

En conclusion : on ne dira jamais assez la nécessité d’aller se frotter au "live", pour apprécier la chanson d’expression. Contrairement à l’a priori habituel sur la tradition "rive gauche", il est possible d’associer des textes forts à des musiques grandioses. Claire Elzière, très précise sur les mots tout en gardant une voix parfaitement mélodieuse (ce n'est pas évident : certaines chanteuses ont parfois tendance à sacrifier la prosodie pour faire des vocalises, tandis que d’autres collent tellement au texte qu’elles en oublient la musicalité), parvient à cet équilibre haut la main – malgré une sono chaotique en début de concert.

Elle sera à l’Européen le 27 septembre, pour le lancement (en fanfare) de son album Claire Elzière chante Allain Leprest, qui sortira le 25 août chez Saravah – on en reparlera.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Claire Elzière chante Allain Leprest de Claire Elzière
Claire Elzière en concert à L'Européen (samedi 27 septembre 2014)
Claire Elzière en concert à L’Européen (mardi 16 juin 2015 )

En savoir plus :
Le site officiel de Claire Elzière
Le Myspace de Claire Elzière
Le Facebook de Claire Elzière
Le site officiel du Festival MigrActrions
Le Facebook du Festival MigrActrions

Crédits photos : Festival MigrActions
avec l'aimable autorisation du Festival MigrActions


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=