Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Maestro
Léa Fazer  juillet 2014

Réalisé par Léa Fazer. France. Comédie dramatique. 1h25 (Sortie le 23 juillet 2014). Avec Pio Marmaï, Michael Lonsdale, Déborah François, Alice Belaïdi, Micha Lescot, Dominique Reymond et Nicolas Bridet.

Voilà un film qui ne cède pas à la facilité de la mode des "biopics" et préfère l'art délicat de l'évocation pour ressusciter un cinéaste.

Cédric Rovère, le vieux maitre ès cinéma, ne ressemble pas physiquement à son presque homonyme Éric Rohmer.

L'aérien et longiligne papa des "Contes Moraux" et des "Comédies et Proverbes" n'a ni la barbe ni la solidité désormais fragile d'un Michael Lonsdale. Mais celui-ci, à son meilleur meilleur, retrouve la bienveillance amusée, la curiosité débonnaire de celui qui fut la pierre angulaire de la dite "Nouvelle Vague".

"Maestro" raconte le tournage du dernier film d'Éric-Cédric, "Les Amours d'Astrée et de Céladon". Cette adaptation d'un roman pastoral du XVIIe siècle, qui contait sur plus de 5000 pages les tendres amours de bergères et de bergers gaulois, fut l'ultime défi juvénile d'un homme totalement libre au pays du CNC et de l'avance sur recettes.

Projeté par un quiproquo dans ce cinéma à nul autre pareil, loin du bling bling dont il rêvait quand il a choisi ce métier, Henri, un jeune comédien ambitieux, prêt à tout pour réussir, va se laisser apprivoiser par le vieux jeune homme de la rue Pierre Ier de Serbie, se laisser conquérir par la beauté de sa démarche.

Léa Fazer a beaucoup travaillé avec Jocelyn Quiévrin, modèle du personnage d'Henri et, avant sa tragique disparition, a écrit avec lui le scénario de "Maestro" où il se souvient de sa participation aux "Amours d'Astrée et de Céladon".

Le spectateur "lambda", qui a peu pratiqué Rohmer, ou ne le connaît ni de nom ni de renom, s'identifiera à Henri et, comme lui, sera proche du fou-rire devant les méthodes rovériennes et la bizarrerie de jeu de ses éthérées comédiennes. Puis, peu à peu, il devrait commencer à comprendre qu'il est peut-être passé à côté de quelque chose.

Henri-Jocelyn, c'est ici Pio Marmaï, qu'on apprécie pour la première fois à une valeur plus juste et qui sait insuffler une part tragique à son personnage dont l'insolence est tempérée par son bonheur de séduire et d'être séduit, et sur lequel plane un destin bête de mort prématuré.

Film de facture classique, cherchant à convaincre plus qu'à proposer, "Maestro" reçoit pourtant par instants des éclats de grâce rohmérienne... On pense, par exemple, aux scènes où Pio Marmaï rend visite à Michael Lonsdale. Surtout, Léa Fazer redonne espoir à ceux qui n'osaient pas pensé qu'il puisse y avoir un "après-Rohmer".

Désormais, grâce à elle, on sera convaincu que son beau cinéma d'espiègle lettré ne s'évanouira pas complètement et qu'il connaîtra de nouveaux avatars.

Dans le film de Léa, on suppose qu'Éric aurait aimé les comédiens qu'elle a choisi pour être "rohmériens". On pense à Déborah François, à Micha Lescot et à un acteur décontracté dont on reparlera, Nicolas Bridet.

"Maestro" de Léa Fazer est un film qu'on est content d'aimer et qui donne furieusement envie de revoir "Les Amours d'Astrée et de Céladon".

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'articice culturel c'est sur Froggy que ca se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chappelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=