Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Winter Sleep
Nuri Bilge Ceylan  août 2014

Réalisé par Nuri Bilge Ceylan. Turquie. Comédie dramatique. 3h16 (Sortie le 6 août 2014). Avec Haluk Bilginer, Melisa Sozen, Demet Akbag, Ayberk Pekcan, Serhat Mustafa Kilc, Nejat Isler, Tamer Levent, Nadir Sanbacak, Mehmet Ali Nuroglu et Emirhan Doruktutan.

Un homme en manteau noir à la belle carrure et à la crinière blanche regarde le paysage somptueux constitué par les montagnes de tuf de Cappadoce.

De dos, immobile, il semble happé par la majesté de cet univers minéral immuable et intangible inscrit dans la grandeur de la nature et l'éternité du monde face à la finitude de l'homme.

Les premières images de "Winter Sleep" du réalisateur turc Nuri Bilge Ceylan, qui s'est vu décerner la Palme d'or au Festival de Cannes 2014, évoquent le célèbre tableau intitulé "L’homme contemplant une mer de brume", parfois "Aube dans les montagnes", du peintre Caspar David Friedrich, figure majeure de la peinture romantique allemande, qui symbolise l'introspection et traduit le paysage mental de l'homme solitaire entretenant un certain culte du "moi" et son aspiration à l'impossible.

Elles entrent en résonance avec un poème souvent attaché à cette oeuvre, "Le vallon" de Alphone de Lamartine ("Repose-toi, mon âme, en ce dernier asile" , "ce calme avant-coureur de l'éternelle paix") et également avec la musique de Schubert, leur contemporain, dont un des mouvements d'une sonate tardive scande la dramaturgie par ses déclinaisons romantiques de la mélancolie à la souffrance, de la tension à la tristesse.

Avec le zoom de la caméra centrée sur la tête de l'homme qui s’achève par un fondu au noir, est révélée l'essentielle des nombreuses thématiques abordées par une partition filmique placée sous l'égide de Tchekhov, Doistoievski, Shakespeare - quelles autres meilleures références pour un cinéaste dont l'ambition assumée est "de raconter l'âme, l'aventure et la nature humaine" - et Voltaire, et saupoudrée de philosophie camusienne : celle de la désillusion.

Nuri Bilge Ceylan et son épouse Ebru Ceylan, co-auteurs du scénario et des dialogues peaufinés, d'une rare densité et dépourvus de tout verbiage, se sont inspirés de l'archétype du personnage tchekhovien soumis à l'insoutenable pesanteur du quotidien et au tragique existentiel du quotidien pour brosser le portrait d'un homme, proposer une étude de caractères et disséquer un huis-clos familial et conjugal sur toile de fond de fracture sociale, appréhendée sous l'angle naturaliste et la vision dostoievskienne de la grandeur du peuple, doublée d'une perspective de lutte des classes.

Au début de l'hiver de sa vie, après avoir mis fin à sa carrière d'artiste, une carrière de comédien de théâtre qui s'est confronté aux grands textes, et non d'acteur qui se serait "commis" dans des séries télévisées, tel Ulysse, Aydin revient dans son village natal vivre le reste de son âge.

Il y exploite le patrimoine immobilier légué par son père dont la gestion courante est assurée par un régisseur, quelques maisons louées et un petit hôtel de tourisme troglodyte, espace confiné et exigu qui fait office de tchekhovienne maison polysémique et pompeusement baptisé Othello, qu'il occupe avec sa jeune épouse et sa soeur récemment divorcée.

Bel homme au visage buriné qui se veut lion solitaire magnifiquement campé par Haluk Bilginer, il passe son temps reclus dans son bureau à écrire des éditoriaux vaguement polémiques pour une gazette locale et à rassembler la documentation pour son projet de grand oeuvre, une histoire du théâtre turc.

Imbu de sa position de notable et d'intellectuel et vaniteux à l'obséquieuse densité monolithique, Aydin règne sur son petit monde ("Mon royaume est petit mais j'y suis roi") sans se rendre compte que son orgueil et son attitude de suffisance sont ressentis comme des marques de mépris et ses actes de générosité humaniste vécus comme des humiliations.

Pendant les frimas et la neige de l'hiver anatolien propices à l'engourdissement, deux événements vont troubler son magistère de manière radicale : la farouche détermination d'un garçonnet au regard terrible (Emirhan Doruktutan) qui se venge de la honte ressentie par son père à la suite d'une saisie pour loyers impayés et l'activisme d'un instituteur (Nadir Sanbacak) bien en cour auprès de son épouse qui milite auprès des nantis locaux pour pallier l'incurie des pouvoirs publics.

Confronté au statut d'exploiteur du prolétariat, Aydin est également pris à partie par sa jeune épouse et sa soeur dont les frustrations sont exacerbées par la désillusion consommée combinée avec l'irrésolution, l'ennui et le désoeuvrement.

Et il doit se confronter avec le rêve déçu des deux femmes qui l'ont aimé : "Idéaliser un homme en faire un Dieu pour, ensuite, lui en vouloir". Véritable bataille rangée avec sa soeur, interprétée avec justesse par Demet Akbag, malheureuse après l'échec de son couple et culpabilisée par le divorce qu'elle a initié, de surcroît amère et aigrie par l'âge.

Version féminine de "Oncle Vania", elle reporte sur lui l'acrimonie inhérente à la jeunesse enfuie ("Le monde nous appartenait, la vie semblait sans fin", aux illusions perdues ("Tu faisais notre admiration. Nous pensions tant que tu ferais de grandes choses") et aux vies ratées.

Avec sa jeune et jolie épouse, belle incarnation de Melisa Sozen en figure douloureuse, qui telle l'épouse du vieux professeur dans "Oncle Vania", s'est abusée elle-même en étant éblouie par le personnage de Aydin, et lui reproche de l'avoir étouffée, le choc est rude. Comme Irina la plus jeune des "Trois soeurs", elle cherche à donner un sens à vie, en l'occurrence par une action caritative de "philanthrope patentée" en faveur des pauvres et des démunis, n'en a pas fini avec les désillusions.

Et après, renoncement ou renouveau ? Aydin cite Shakespeare : "L'implacable destin est la désillusion de toutes nos entreprises".

De facture classique mais non académique, porté par une interprétation incarnée, ce film est magistral au fond, avec une intelligente immersion dans l'âme humaine et une remarquable maîtrise des différentes problématiques, comme en la forme, avec des images saisissantes et somptueuses dans une chromatique subtile de blanc et de gris, la justesse expressive de ses cadrages, Nuri Bilge Ceylan a un oeil avisé et un excellent directeur de la photographie, Gokhan Tiryaki.

Trois heures qui passent comme un songe... comme la vie.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=