Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Trap Street
Vivian Qu  août 2014

Réalisé par Vivian Qu. Chine. Drame. 1h33 (Sortie le 13 août 2014). Avec Lu Yulai, He Wenchao He, Yong Hou, Zhao Xiaofei, Xiang Qun et Liu Tiejian.

Vivian Qu, productrice de films importants comme "Black Coal", est une fer-de-lance du cinéma indépendant chinois. "Trap Street" en sera une nouvelle preuve.

Commencé dans l'insouciance, se promenant au gré des déambulations cartographiques de son jeune héros dans Nankin, le film fournit un portrait impressionniste d'une grande ville chinoise où l'on sent que le bruissement de la modernité fait face à l'inertie, voire la résistance, du monde d'avant, celui d'un système D communiste dans lequel les habitants avaient fini par trouver un point d'équilibre, celui qui rend les choses vivables.

Mais Liu Qiuming va découvrir qu'il y a un envers du décor et "Trap Street" cessera vite d'être une balade fantaisiste pour devenir un véritable "thriller", un film angoissant où tout ce qui lui paraissait des certitudes s’évanouit, où la réalité devient mouvante et cauchemardesque, où l'insouciance fait place à une méfiance paranoïaque.

Fini le temps du zoo et des auto-tamponneuses pour un jeune homme amoureux : désormais, il faut traquer les hypothétique micros ou caméras dans la chambre d'hôtel où l'on emmène sa "petite amie"...

En anglais, "Trap Street" signifie "rue piège". L'expression désigne une rue qui n'existe pas qui est inventée pour piéger des délinquants virtuels. Ici, c'est tout le contraire : le jeune homme, cartographe avide de GPS, découvre une rue qui existe mais qui n'est pas répertoriée. Quel secret cache-t-elle ? Pourquoi a-t-il fallu qu'il tombe amoureux d'une inconnue qui travaille dans cette rue et qu'il cherche à rencontrer "par hasard" comme dans une comédie romantique ?

Dans la Chine de Vivian Qu, où les revues féminines sont rédigées exclusivement par des hommes, l'amour est incompréhensible. Comment expliquer à un policier qu'on ne fait pas de l'espionnage mais qu'on guette la sortie de celle qu'on aime ?

"Trap Street" est le récit d'une innocence perdue. Comme Liu Quiuming, bien des jeunes Chinois nés après le maoïsme s'imaginent que le "monde nouveau", avec ces promoteurs qui n'ont aucune pitié pour les vieux quartiers de Nankin, a déjà fait s'effondrer l'ancien. Mais, si on peut installer des systèmes de sécurité privés partout, utiliser des clés USB, jouer à des jeux vidéos ou "chater" sur internet, cela ne signifie pas que la "liberté" a gagné.

Parabole pessimiste, avec son filmage "antonionien", "Trap Street" de Vivian Qu n'est pas encore sorti en Chine. La réaction des autorités sera intéressante : n'y verront-ils qu'un "thriller", un suspense bien mené avec un jeune acteur, Lu Yulai, bon exemple du jeu chinois à la fois très rentré et très expressif, ou une attaque en règle contre l'ambivalence du pouvoir politique qui n'entend pas perdre le contrôle de sa société ?

Reste qu'après "Touch of Sin", "Black Coal", "People Mountan People Sea", "Les Trois sœurs du Yunnan" sans parler des films à grand spectacle comme "Detective Dee", "Trap Street" démontre que, dans le domaine cinématographique aussi, la Chine s'installe peu à peu à la première place mondiale.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=