Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Double
Richard Ayoade  août 2014

Réalisé par Richard Ayoade. Grande Bretagne. Comédie dramatique. 1h33 (Sortie le 13 août 2014). Avec Jesse Eisenberg, Mia Wasikowska, Wallace Shawn, Noah Taylor, Yasmin Paige, Cathy Moriarty, Phyllis Somerville et James Fox.

Libre adaptation d'un roman éponyme de Dostoievski, débarrassée de surcroît de toute connotation anecdotique ou pittoresque notamment quant à son ancrage dans la Russie du 19ème siècle, "The Double" relate l'étrange aventure survenue à un jeune homme timide, inhibé, terne, maladroit et timoré.

La première scène est à cet égard révélatrice : assis dans un wagon vide, il obtempère quand un voyageur, qui tient un journal dont un gros titre est "collapse", lui demande de se lever car il occupe "sa"place.

De plus, souffrant de dysphorie. Il est angoissé par sa transparence sociale et sa non-existence (il se ressent comme Pinocchio avant son humanisation). Modeste employé souvent moqué et injustement traité, amoureux transi de la jeune fille affectée au service de la photocopie qui occupe un studio en face du sien, il mène une vie solitaire, dépourvue tant de reconnaissance que d'amour (sa mère qui végète dans un hospice le méprise).

Sa vie est soudainement bouleversée par l'arrivée d'un jeune homme, son homonyme inversé, qu'il perçoit comme son sosie et son double en miroir même si les autres ne perçoivent qu'une simple ressemblance. Physique identique mais caractère opposé, celui-ci se montre sûr de lui, entreprenant et charismatique et correspond àla personne qu'il aimerait être.

Dans un premier temps, cet intrus gémellaire est providentiel car il lui apporte son aide. Ensuite, intervient un revirement radical de situation où, changeant de comportement, il devient usurpateur.

Si par son titre "The Double" annonce clairement la thématique, son traitement par Richard Ayoade est singulière dans la mesure où le parti pris du réalisateur britannique est justement de n'avoir pas pris parti pour un des genres qu'elle nourrit, le romantisme noir et le fantastique en passant par la psychose.

En effet, placé sous le signe de la déréalisation et immergé dans un univers à l'ancrage spatio-temporel singulier - bureaucratisme soviétique mâtiné "brocante" à la Jean-Pierre Jeunet, ère pré-informatique des années 1950 et cités-dortoirs concentrationnaires - qui contribue à l'instauration d'une inquiétante étrangeté propice tant au suspense qu'à la déstabilisation, le film composé d'un mélange de registres se déroule, comme le parcours d'un funambule, sur le fil du rasoir en laissant toujours ouvert le champ des possibles laissé à l'appréciation du spectateur et ce jusqu'au dénouement qui est loin d'être conclusif.

Dans sa déclinaison syncrétique déjà foisonnante de la thématique du double, dualité janusienne exacerbée, manifestation onirique ou hallucination autoscopique, qui oscille entre film noir, tragi-comédie loufoque et cauchemar teinté d'humour noir à la Topor, Richard Ayoade injecte d'autres thématiques telles, entre autres, celle du regard (l'anti-héros est un voyeur qui épie sa bien-aimée) et de la représentation de la réalité dans son acception surréaliste de trahison des images (le dessin qui reproduit au féminin le tableau "La reproduction interdite" de Magritte).

La partition, riche et complexe, se déroule dans un monde rendu glauque par le filmage sous filtre jaune, de nuit dans la semi-obscurité, de jour sous l'éclairage artificiel des néons blafards d'une entreprise-bunker souterraine, et un univers sonore constitué de sons bizarres et anachroniques.Les effets spéciaux et effets visuels ne visant ni le spectaculaire ni le démonstratif et le montage émérite renforcent l'incertitude.

Par ailleurs, elle bénéficie d'une excellente bande-son composée par Andrew Hewitt ponctuée de chansons, au caractère insolite en l'espèce, puisées parmi les hits de la pop japonaise et le pop rock scandinave des années 1960 saupoudrée de rock psychedelic coréen des années 1970.

A l'affiche, deux acteurs de la jeune génération hollywoodienne qui monte : Mia Wasikowska, visage de blonde hitchkockienne, pour un personnage séduit dans son rôle d'ange introverti pouvant se révéler cruelle et Jesse Eisenberg prête son physique d'adolescent au personnage central et campe de manière crédible tant le névrosé vulnérable et fuyant que son double arrogant.

Remarqué pour son premier opus "Submarine", Richard Ayoade signe un deuxième film de genre très personnel qui le place au rang des réalisateurs à suivre.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=