Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Enemy
Denis Villeneuve  août 2014

Réalisé par Denis Villeneuve. Canada/Espagne. Thriller. 1h30 (Sortie le 27 août 2014). Avec Jake Gyllenhaal, Mélanie Laurent, Sarah Gadon, Isabella Rossellini, Stephen R. Hart, Jane Moffat, Joshua Peace et Tim Post.

Décidément, Denis Villeneuve n'est jamais là où on l'attend. Après "Incendies", adapté de la pièce très dense de Wajdi Mouarad, et "Prisoners", parfait thriller à l'américaine, il chasse aujourd'hui sur les terres de son grand aîné canadien, David Cronenberg, dans un récit fantastique tiré d'un roman portugais, "L'autre comme moi", de José Saramago, prix Nobel de littérature...

Second film avec Jake Gyllenhaal, "Enemy" confirme la volonté de Denis Villeneuve de passer à la dimension internationale. Plus qu'un récit linéaire, "Enemy" est un puzzle qui fait tâtonner le spectateur qui doit lui-même tenter d'imbriquer les pièces que Villeneuve soumet à sa sagacité.

Prof d'université sans histoire, amant peu émérite, fils d'une mère manipulatrice et possessive, Adam découvre en visionnant par hasard un DVD qu'il est le sosie parfait d'un acteur sans carrière, Anthony. Mais la proposition de base est elle-même discutable : est-il un sosie ou un double ? Est-il le même ou un autre ?

Et pourquoi ne pas évoquer l’hypothèse d'un jumeau, à l'instar de Jeremy Avons dans "Dead Ringers" (Faux-Semblants) de David Cronenberg, la grande ombre tutélaire et fraternelle qui plane au-dessus de Villeneuve ?

Peu à peu, on va entrer dans les deux univers des deux doubles. Mais là aussi, le principe d'incertitude règne : les premières scènes du film, avant qu'Adam soit nommé et décrit dans son quotidien, étaient-elles interprétées par Jake Gyllenhaal en Anthony ou en Adam ?

"Je est un autre" disait Rimbaud, mais ici il peut aussi être un "même"... Il suffit de regarder les petites amies des deux Jake Gyllenhaal, pareillement blondes à croquer, quoi qu'on envie plus Anthony d'être avec Sara Gardon, possible nouvelle Scarlett Johansson, plutôt que ce pauvre Adam en ménage avec Mélanie Laurent, pas trop servie par un scénario qui cantonne son jeu à quelques mimiques du visage et quelques mouvements du postérieur.

Mais, attention... "Enemy" est un piège, plus précisément une toile d'araignée. Et ce qu'on croit commencer comme une simple histoire de sosie-double prend une forme plus fantastique, plus horrifique. Quand Anthony et Adam "s'échangent"» leurs vies, il n'est plus question de rire et cela vire vraiment au cauchemar, avec un dernier plan, ou plutôt un dernier photogramme, aussi surprenant que terrifiant.

Le scénario apparemment épuré d' "Enemy", à la limite du lénifiant, s'avère peu à peu d'une grande complexité, à moins qu'il ne s'agisse que de fausses-pistes. Que dire, par exemple, du personnage d'Isabella Rossellini dont on se demande s'il n'a pas une dimension référentielle quelque peu "lynchienne" ?

Que penser de cette mystérieuse organisation dont les membres participent à des "cérémonies secrètes" pour fétichistes des arachnides et qui plonge à quelques reprises le film dans une ambiance kubrickienne à la "Eye Wide Shut" ?

Mystère, mystère...

En une vision, "Enemy" de Denis Villeneuve est un film qui soulève bien plus de questions qu'il n'en résout. Faut-il tenter de le revoir ? Au risque de l'explication, au risque de la déception ?

Là aussi, autre mystère...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=