Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cycle Astrid Adverbe à découvert - Fantômes du passé
Cinéma Saint-André des Arts  Du 20 août au 30 septembre 2014

Ce ne sera pas faire offense à Astrid Adverbe de dire que son patronyme, pourtant bien identifiable, n'était pas sur toutes les lèvres avant cette rétrospective que lui consacre, après le Festival Côté Court de Pantin, le cinéma Saint-André-des-Arts.

Astrid Adverbe ! Quel nom imparable ! Si imparable qu'il faut tout de suite révéler qu'il s'agit d'un pseudonyme. Les spectateurs qui iront voir "Me damné" connaîtront très vite le vrai nom d'Astrid, qui lui allait très bien aussi, mais qui était davantage seyant pour un héros de cape et d'épée dans la lignée de Cyrano et d'Artagnan.

En tout cas, de ces deux fameux bretteurs, Astrid a l'audace. Pleine d'aplomb et de détermination, elle questionne et se questionne : d'où vient-elle ? Qu'est-ce qui la détermine ? Comment les autres la perçoivent-ils?

Toujours aux aguets, toujours sur la route, on pourrait résumer sa démarche selon la formule lelouchienne "Partir, revenir" : partir en Camargue dans "Prendre l'air", en quête de ses racines familiales dans "Le Temps qu'il fait" ; revenir à Paris dans "Le Temps qu'il fait" et sur une amitié perdue dans "Ma fleur maladive".

Si "Le temps qu'il fait" (1999), peut-être considéré comme un galop d'essai juvénile dans lequel on a plaisir à retrouver Lou Castel et Marie Rivière dans un Paris d'avant le portable et les bobos, et dans lequel Astrid est un ludion dynamique, pleine d'entrain malgré le peu d'entrain des autres à son égard, on prendra plus au sérieux le second film de Nicolas Leclère, "Prendre l'air" (2009), dans lequel Astrid fuit Saint-Anne pour se jeter dans une folie plus radicale : celle des hommes prêts à tout par amour.

Il y aura celui qui l'aide à s'évader, celui qui aura pris la soutane par dépit amoureux et, enfin, celui prêt à l'accompagner dans ses vagabondages.

"Prendre l'air" est une proposition sensible où l'on sent que Nicolas Leclère et son égérie s'approchent de leur film idéal.

Dans les films de Nicolas Leclère, elle est une femme alerte à la recherche d'elle-même. Dans ses propres films, elle est à l'écoute des autres, plus fragile, plus tentée par les larmes que par le rire.

Ainsi Astrid se dévoile dans "Mé damné-Que Dieu me damne" (2007), film touchant où elle approfondit sa relation avec son vieil oncle, qu'elle a connu tardivement parce qu'il était le "rebelle" de sa famille.

Militant PSU, très tôt en rupture avec ses origines aristocratiques, l'oncle François n'a pas suivi le chemin de son père, un temps ministre de l'État Français.

On imagine qu'avant de fréquenter ce personnage iconoclaste, rigoureux dans ses choix de vie et rayonnant d'humanité, sa nièce, actrice et cinéaste, avait bien du mal à se coltiner avec l'héritage pétainiste de son grand-père et à comprendre son propre père solidaire, plus par conformisme que par conviction, avec les autres membres réactionnaires de sa fratrie.

Dans "Ma fleur maladive" (2013), c'est sur elle-même qu'Astrid se penche. Dans cet essai très original, elle tente de comprendre pourquoi Laetitia, qu'elle considérait comme sa meilleure amie, a rompu les amarres avec elle il y a une dizaine d'années. Du coup, elle interroge ses autres amies pour enfin comprendre ce qui s'est passé.

Quand elles papotent, Astrid et ses copines ne sont pas loin des héroïnes d'Éric Rohmer et l'on aurait presque envie de la définir ainsi : "Astrid Adverbe, une vomérienne qui n'a pas connu Rohmer". Sans douter faudrait-il l'interroger pour savoir pourquoi la rencontre n'a pas eu lieu ou, si elle a eu lieu - on le pressent - elle n'a pas débouché sur une collaboration.

On espère surtout qu'il y aura d'autres "Ma fleur maladive" et qu'Astrid approfondira ce cinéma de l'intime dans lequel elle rassemble déjà avec bonheur les éléments de son puzzle personnel éparpillés dans les trois autres films présentés.

On encourage donc Astrid Adverbe à vaincre l'adversité et à poursuivre vaillamment sa route cinématographique qui devrait cesser d'être chaotique et toucher bientôt un plus large public.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=