Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Party Girl
Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis  août 2014

Réalisé par Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis. France. Comédie. 1h35. (Sortie le 27 août 2014). Avec Angélique Litzenburger, Joseph Bour, Mario Theis, Samuel Theis, Séverine Litzenburger, Cynthia Litzenburger, Chantal Dechuet, Alyssia Litzenburger, Meresia Litzenburger et Sebastien Roussel.

Co-signé par Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis dont c'est le premierr long métrage, "Party Girl", doublement récompensé à Cannes par a Caméra d'or et le Prix d'ensemble du Festival Un certain regard. à Cannes, s'inscrit, sans novation, dans le genre cinématographique du docu-fiction.

Par son sujet, une trajectoire de vie singulière dépourvue d'historicité, une réalisation minimaliste, un style naturaliste, des dialogues improvisés pouvant être considérés comme pris sur le vif et un casting composé d'acteurs non professionnels, dont la fratrie Theis-Litzenburger et l'extraordinaire Joseph Bour, qui jouent des personnages éponymes, il évoque "le magazine qui déshabille la société" intitulé "Strip-tease", émission de télévision documentaire belge devenue culte et précurseur de la controversée "télé du réel".

En effet, il brosse le portrait "autofictionnalisé" d'une femme en situation de confrontation avec le réel à travers une exploration lagarcienne de la mythologie familiale de Samuel Theis - comédien et metteur en scène qui a reçu le Prix Jeunes metteurs en scène 2011 du Théâtre 13 avec "Juste la fin du monde" de Jean-Luc Lagarce, dramaturge dont l'intime familial constitue une thématique récurrente - qui a été initiée en 2008 sous la même forme, dans le court métrage "Forbach" réalisé par Claire Burger et monté par Marie Amachoukeli et dont il était le principal protagoniste.

Dans "Party Girl" dont Samuel Theis est l'instigateur et afin d'exploiter un matériau intime qu'il estimait riche et pour, indique-t-il, se réconcilier avec une histoire qui fut douloureuse, la figure principale est celle de la mère qui n'est toutefois pas une figure maternelle.

Vivant en Moselle frontalière et prolétaire, ce tout près de chez nous et pourtant quasiment exotique avec son dialecte francique, Angélique, campée par Angélique Litzenburger plus vraie que nature et haute en couleurs, se présente comme une "fille de cabaret", au demeurant plutôt une mamie car elle a la soixantaine bien "tapée"; Ex-danseuse-stripteaseuse reconvertie en hôtesse de bar rémunérée "au bouchon", elle travaille dans un des cheap Pink Paradise forbachois qui sont au cabaret sexy et glam ce que la baraque à frites est à la gastronomie.

Elle s'enorgueillit d'être une femme libre et une inconditionnelle "fêtarde". Mais la fête est plutôt triste, glauque et artificielle car elle dort le jour et passe la nuit à fumer, boire et s'étourdir avec les clients pour aller jusqu'au bout de la nuit glauque, la prolonger à l'infini avant de regagner une méchante petite chambre ornée d'angelots, de poupées de porcelaine et de photos du beau temps de sa "splendeur".

Elle n'a ni vie sociale, ni vie personnelle, ni même de vie familiale alors qu'elle a quatre enfants, dont une mineure est encore en foyer d'accueil, dont elle ne s'est pas occupé mais dit-elle elle ne les a pas abandonné, on lui a enlevé.

Et puis, voilà qu'un des clients du cabaret lui propose le mariage. Un mariage qui convient à tout le monde : au prétendant, un brave homme amoureux, mineur retraité qui aime cultiver le jardin de son petit pavillon et boire des bières avec ses copains de ball-trap, aux copines de cabaret qui trouvent que c'est une belle manière de prendre sa retraite, à la gérante qui voit l'opportunité de rajeunir sa troupe et à ses enfants, le fils "parisien" qui s'est sorti de ce milieu rappelant à ses frère et soeurs qu'il s'agit d'une occasion à ne pas rater de "caser" leur mère pour éviter de "se la cogner".

Mais Angélique au barbecue du dimanche, à la fête du village avec fanfare et majorettes ou aux occupations ménagères est comme un poisson hors de son bocal. La vie diurne et domestique n'est pas son univers. La vie avec un retraité bedonnant non plus alors que, midinette, elle rêve d'un amour fusionnel avec un prince charmant, jeune, beau et musclé.

Car elle vit hors de cette réalité normative. Tout comme elle n'est pas dans la réalité de son âge, bien marqué par une peau tannée par l'excès de tabac et d'alcool, bloquée dans les années 1970 avec ses yeux charbonneux et sa perruque chignon coiffé-décoiffé à la mode flower power façon Brigitte Bardot sur le retour.

Même attifée teen-ager, boudinée en Tshirt et legging, avec, en sus, un "total look" imprimé animal, sauvage bien évidemment, manifestement un "must" local que partagent sa fille et sa petite fille, abusant des bijoux en toc clinquant, elle ne donne plus le change même si, et malgré une scène violente avec un client qui lui rappelle sans ménagement sa condition, elle se voit toujours comme une séductrice.

Tout n'est pas montré et demeurent des zones d'ombre : la "party girl" est-elle une rebelle ou une victime ? Destin ou libre choix ? Plus pathétique que tragique, le personnage ne suscite pas l'empathie et l'émotion nait fugitivement tant du désarroi que de l'amour qui se lit dans les yeux de ses enfants.

Au spectateur de se faire son cinéma comme il lui appartient d'apprécier l'analyse de Nicole Garcia, présidente du jury de la Caméra d'or qui, lors de la cérémonie de remise du prix a déclaré qu'il s'agissait d'un "film sauvage, généreux et mal élevé".

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 octobre 2020 : Le grand incendie

Plutôt que de subir ce nouveau couvre feu, faisons feu de tout bois et sortons, chacun avec nos moyens, la culture de ce marasme actuel. Voici donc le programme de la semaine sans plus attendre.

Du côté de la musique :

"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri
et toujours :
"Glover's mistake" de Mickaël Mottet
"Chanson d'amour" de Alexandre Tharaud et Sabine Devieilhe
"Deux mezzos sinon rien" de Karine Deshayes
"Visible(s)" de La Phaze
"Seven Inch" 2eme émission de la 2eme saison de LISTEN IN BED
"Introsessions EP" de Minshai
"Faune" de Raphaël Pannier Quartet
"Shaken soda" de Shaken Soda
"Y" de The Yokel
"L'ancien soleil" de Yvan Marc

Au théâtre :

les nouveautés :
"L'Art de conserver la santé" au Théâtre de la Bastille
"Don Juan" au Théâtre national de Chaillot
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Saccage" à la Manufacture des Abbesses
"Le Dernier jour d'un condamné" au Théâtre Essaion
"Jeanne d'Arc" au Théâtr de la Contrescarpe
"Here & Now" au Centre Culturel Suisse
"Virginie Hocq ou presque" au Théâtre Tristan Bernard
"Le destin moyen d'un mec fabuleux" au Studio Hébertot
les reprises :
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Swinging Poules - Chansons synchronisées" au Théâtre L'Archipel
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'art etd'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home avec :
"India Song" de Marguerite Duras
"De beaux lendemains" de Atom Egoyan
"La légende du piano sur l"océan" de Giuseppe Tornatore
"Une femme mélancolique" de Susanne Heinrich
"Atanarjuat, la légende de l'homme rapide" de Zacharias Kunuk

Lecture avec :

"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

et toujours :
"Etouffer la révolte" de Jonathan M. Metzl
"Infographie de la Rome antique" de John Scheid, Nicolas Guillerat & Milan Melocco
"L'accident de chasse" de David L. Carlson & Landis Blair
"Le voleur de plumes" de Kirk Wallace Johnson
"Mon père et ma mère" de Aharon Appelfeld
"Réparer les femmes : un combat contre la barbarie" de Denis Mukwege & Guy-Bernard Cadière
"Un coeur en sourdine" de Alexandra Pasquer

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=