Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Old-Fashioned prostitutes - L’idiot savant
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  septembre 2014

Comédies dramatiques de Richard Foreman, mise en scène de Bernard Sobel avec Jérôme Cochet, Daniel Léocadie, Clémence Longy, Frédéric Losseroy, Manon Payelleville, Zelda Perez, Noémie Rimbert et Théophile Sclavis.

Né en 1937, Richard Foreman, auteur d'avant-garde étasunien, fondateur en 1968 de "L'Ontological-Hysteric Theater", n'est pas le plus connu des dramaturges new-yorkais.

Ce touche-à-tout, à la fois metteur en scène d'opéras, réalisateur de films, écrivain et librettiste de comédies musicales, a suscité l'intérêt de Bernard Sobel quand il s'occupait du Théâtre de Gennevilliers.

Pour sa Carte Blanche aux Déchargeurs, celui-ci se souvient de sa proximité avec Foreman en présentant, en collaboration avec Michèle Raoul-Davis, deux courtes pièces : "Old Fashioned Prostitutes" (son dernier texte à ce jour) et "L'idiot savant".

Dès que la lumière se fait, l'univers de Foreman, réglé plutôt sur l'incertitude que sur une réalité pérenne, laissera un moment le spectateur dubitatif.

Dans "Old Fashioned Prostitutes", un personnage assis dans un fauteuil, dans un décor d'appartement dévasté par une fête, où les bouteilles voisinent avec les reliefs de repas, s'apprête à parler. Mais, le spectacle à peine commencé, un autre personnage annonce presque aussitôt : "Fin de la pièce"...

Il va falloir s'habituer à une réalité friable, susceptible d'accommodements avec le réel. Est-on dans la tête d'Alfredo assis dans son fauteuil qui monopolise la plupart du temps la parole ou bien sur une vraie scène où les autres entités apparemment humaines agissent pour leur compte propre ?

Sans commencement ni fin, "Old Fashioned Prostitutes" laissera de glace ceux qui n'auront pas accepté, aux premiers indices, qu'il s'agissait d'un délire ludique sur ce que vivre veut dire, un travail sur lui-même d'un homme d'expérience qui, pour mieux cacher la leçon de vie qu'il donne subrepticement, a pris les traits d'un jeune fêtard assez vain.

Plus clairement fantaisiste, "L'idiot savant" commence comme une discussion apparemment sensée entre un homme en simil-saharienne et une femme, Marie, dans une tenue voisine mais avec en plus un casque colonial.

Mais, très vite, l'homme se précipite contre des plaques de métal qui habillent le fond de la scène et cachent partiellement un grand tableau plein d'équations... et apparaît Olga, le pendant "sexy" de Marie. Dès lors, pas de doute : on a l'impression que l'idiot savant pourrait être un avatar de Groucho Marx, coincé entre ses femmes et ses délires verbaux.

L'impression prend tournure quand un grand canard géant vient à son tour pointer son bec. Bernard Sobel n'a sans doute pas oublié que Foreman est aussi un homme de cinéma. Après Groucho Marx, voilà donc une référence à ce que les cinéphiles, avant de se taire définitivement, qualifiaient d'"helzapoppinesque".

Si le spectateur sait laisser sa logique au vestiaire, il s'amusera fort de tout ce bazar incongru qui peuple peu à peu la scène, rira franchement et saluera l'écriture originale de Foreman dans laquelle l'imaginaire est au pouvoir et les acteurs heureux d'être en roue libre.

Un univers à découvrir, un univers qui ne donne pas toutes ses clés mais dont la richesse permet d'oublier ses zones d'ombres opaques.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=