Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Capital et son Singe
Théâtre de la Colline  (Paris)  septembre 2014

Comédie satirique d'après l'oeuvre de Karl Marx, mise en scène de Sylvain Creuzevault, avec Vincent Arot, Benoit Carré, Antoine Cegarra, Pierre Devérines, Lionel Dray, Arthur Igual, Clémence Jeanguillaume, Léo-Antonin Lutinier, Frédéric Noaille, Amandine Pudlo, Sylvain Sounier, Julien Villa et Noémie Zurletti.

Pour son retour, Karl Marx ne recule devant rien ! D'abord, il n'a aucun respect pour une salle mythique comme la grande salle de la Colline. Sans se soucier de l'intendance, qui suivra comme disent les militaires, il en revient aux bons vieux gradins populaires.

De part et d'autre de la scène qui doit géographiquement être ailleurs que l'habituelle, deux escaliers de gradins se font face et, égalité oblige, les spectateurs s'assoient où ils le veulent ou le peuvent. Une fois tout le monde mal installé, s'ensuit un long préambule rigolo un peu café-théâtre où l'acteur qui jouera bientôt Blanqui s'amuse à faire dialoguer tout seul comme un grand Sigmund Freud, Brecht et Michel Foucault.

Marx attendra donc encore un peu.. et même plus qu'un peu puisque la bonne douzaine d'acteurs qui surgit alors est composée des socialistes de toutes obédiences qui viennent de faire la Révolution de 1848. En écoutant leurs discussions animées, on constate déjà que les modérés et une partie d'eux-mêmes sont en train de passer à la moulinette la "sociale", la révolution du peuple.

Assis sur des tables pour manger des plats de lentilles avec un bon morceau de cochon, l'appétit des révolutionnaires est aiguisé et l'on suivra avec intérêt les propos de Blanqui, Raspail, Barbès... c'est-à-dire que l'on assistera à une vraie comédie de boulevards (parisiens) ! Et cela sous l'oeil de Friedrich Engels, l'alter ego de Karl.

La quinzaine d'acteurs qui participe aux débats est bien affûtée et leurs discussions se suivent avec intérêt et constituent bien une belle proposition théâtrale, perturbée par des numéros incongrus, notamment ceux d'un personnage qui visiblement récite des textes post-modernes et pas très marxistes...

Une fois installés trop confortablement dans la Révolution de 1848, le spectateur mal assis est soumis à un nouveau trauma : les acteurs changent de peau et de pays. Même si Marx n'est pas encore au rendez-vous, voilà Berlin en 1919, dans un repas de noces avec encore des socialistes (mais allemands) qui bavardent puis s'étripent au moment même où l'on enterre Rosa Luxembourg...

On restera longtemps dans cette configuration propice à bien des événements, avant que dans une dernière partie, on n'en revienne, mais pas que, aux procès des révolutionnaires futurs boulevards qui étaient les protagonistes de la première partie sont jugés par la "République" de Louis Napoléon Bonaparte.

Raconter autant de choses en 2 heures 45, c'est en soi une prouesse dont il faut féliciter Sylvain Creuzevault. Cette matière en fusion théâtrale brasse beaucoup de choses saisissantes et fournit de quoi alimenter de beaux moments de bravoure que l'on suit sans ennui.

Dans le même temps, elle pose une nouvelle fois la question de la "confusion". Raconter le monde comme une somme d'éléments hétéroclites qui se heurtent dans une dialectique chaotique, n'est-ce pas s'éviter le "vrai" travail d'un créateur, c'est-à-dire dépasser le constat pour donner à voir un peu de clarté et ne pas se contenter d'exposer le brouhaha pour se risquer à sa propre opinion ?

On pourrait d'abord reprocher à Sylvain Creuzevault de ne pas tenir sa promesse : même si à un moment quelques acteurs osent réciter quelques pages de "Das Kapital" sur la "valeur travail" qui ne les rendent pas plus limpides qu'à la lecture, on est ici dans l'adaptation de "La Lutte des classes en France en 1848" et du "Coup d'état de Louis-Napoléon", livres politiques de Marx.

On pourrait surtout lui reprocher de ne pas encore canaliser son énergie débordante et de trop vouloir en dire et en montrer. La partie "allemande" de "Le Capital et son singe" est-elle vraiment nécessaire ? Pourquoi transformer le procès des révolutionnaires en sketchs qu'achèterait sans problème Canal Plus ?

Reste une sacrée bande d'acteurs, un metteur en scène doué qui, s'il n'est pas mangé par la vaine gloire du moment, et s'il ne croit pas que ce qu'il répète en collant à la "Godard" des propos divers et variés a un sens, politique et philosophique, peut éviter l'habileté d'un grand faiseur.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=