Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mange tes morts
Jean-Charles Hue  septembre 2014

Réalisé par Jean-Charles Hue. France. Drame. 1h34 (Sortie le 17 septembre 2014). Avec Jason François, Michaël Dauber, Frédéric Dorkel, Moïse Dorkel, Philippe Martin (II) et Christian Milia-Darmezin.

Connaissez-vous les Yéniches ? En un clic sur Wikipédia, vous apprendrez qu'il s'agit d'une ethnie de "gens du voyage" vivant principalement dans les pays du Nord de l'Europe et qu'on trouve en France en Picardie, dans le Nord-Pas-de-Calais et en Alsace. Vous apprendrez que Stéphan Eicher et surtout Yul Brynner sont apparentés à cette communauté.

Mais, bientôt, après avoir vu "Mange tes morts" de Jean-Charles Hue, vous citerez comme célébrités yéniches toute la famille Dorkel.

Depuis dix ans, Jean-Charles Hue a posé sa caméra sur les aires où ces gitans garent leurs caravanes et a commencé avec eux une expérience unique, dont "Mange tes morts" constitue, pour l'heure, l'apogée. Après les avoir filmé dans trois ou quatre courts-métrages, il leur a consacré un premier long, en 2010, "La BM du Seigneur".

Attention ! Il ne s'agit pas de raconter leur vraie vie façon documentaire, même s'il y a du vrai dans son faux, mais de tourner avec eux une authentique fiction.

Ceux qui ont cru voir du naturel dans le récent "Party Girl" n'auront pas de mots pour définir le naturel des Dorkel de Jean-Charles Hue. Les gitans, héros de ce thriller sauvage, paraissent dire leurs mots, vivre leurs passions, se jeter dans la gueule du loup avec leurs cœurs, leurs corps et leurs tripes.

Dans "Mange tes morts", Fred Dorkel n'a pas besoin d'avoir vu un film de Cassavetes pour jouer Fred Dorkel, un Fred assoiffé d'amour et happé par la mort, qui n'est pas totalement lui-même, mais un beau personnage inoubliable, qui écrase le film de sa présence massive, intense, pleine d'une humanité maladroite.

À peine sorti de presque deux décennies de prison, Fred part dans une balade désespérée et y entraîne une dernière fois les siens. Peu à peu, le film se transforme : décrivant avec précision une communauté, ses mœurs et ses usages, il devient quand Fred en prend les rênes de plus en plus abstrait et onirique.

Dans des décors elliptiques de banlieues et de pré-banlieues, au milieu de chemins de nulle part qui aboutissent à des centrales électriques ou des postes d'aiguillage, des routes où l' "Alpina" de Fred dépasse la vitesse existante pour carrément voler vers l'appel du destin, "Mange tes morts" devient un road-movie extrême, rendu encore plus étrange par le sous-titrage de ce français gitan qui va à cent à l'heure.

Cette VF en VO donne au film une singularité indéniable où des gitans blonds qui vivent dans la lumière du Christ se transforment soudain en ombres pourchassés dans un univers déglingué et nocturne.

Vraie surprise pour le cinéma français, se gardant de toute complaisance avec son sujet, "Mange tes morts" de Jean-Charles Hue, qu'on rangera aux côtés des meilleurs films de Martin Scorsese consacrés aux italo-américains, est une épopée imprévue loin des routines, des paresses et des bonnes intentions qui dominent les écrans nationaux. Totalement imperméable aux sirènes de la bonne conscience, le film se refuse ainsi à jouer la carte du peuple persécuté aux temps de Monsieur Valls.

Ni victimes, ni héros, les Yéniches décrits et transformés en personnages par Jean-Charles Hue auront simplement prouvé qu'ils sont des êtres humains à part entière et cette démonstration convaincante sera leur plus belle victoire contre les a-priori et les préjugés qui leur collent toujours à la peau.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=