Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mange tes morts
Jean-Charles Hue  septembre 2014

Réalisé par Jean-Charles Hue. France. Drame. 1h34 (Sortie le 17 septembre 2014). Avec Jason François, Michaël Dauber, Frédéric Dorkel, Moïse Dorkel, Philippe Martin (II) et Christian Milia-Darmezin.

Connaissez-vous les Yéniches ? En un clic sur Wikipédia, vous apprendrez qu'il s'agit d'une ethnie de "gens du voyage" vivant principalement dans les pays du Nord de l'Europe et qu'on trouve en France en Picardie, dans le Nord-Pas-de-Calais et en Alsace. Vous apprendrez que Stéphan Eicher et surtout Yul Brynner sont apparentés à cette communauté.

Mais, bientôt, après avoir vu "Mange tes morts" de Jean-Charles Hue, vous citerez comme célébrités yéniches toute la famille Dorkel.

Depuis dix ans, Jean-Charles Hue a posé sa caméra sur les aires où ces gitans garent leurs caravanes et a commencé avec eux une expérience unique, dont "Mange tes morts" constitue, pour l'heure, l'apogée. Après les avoir filmé dans trois ou quatre courts-métrages, il leur a consacré un premier long, en 2010, "La BM du Seigneur".

Attention ! Il ne s'agit pas de raconter leur vraie vie façon documentaire, même s'il y a du vrai dans son faux, mais de tourner avec eux une authentique fiction.

Ceux qui ont cru voir du naturel dans le récent "Party Girl" n'auront pas de mots pour définir le naturel des Dorkel de Jean-Charles Hue. Les gitans, héros de ce thriller sauvage, paraissent dire leurs mots, vivre leurs passions, se jeter dans la gueule du loup avec leurs cœurs, leurs corps et leurs tripes.

Dans "Mange tes morts", Fred Dorkel n'a pas besoin d'avoir vu un film de Cassavetes pour jouer Fred Dorkel, un Fred assoiffé d'amour et happé par la mort, qui n'est pas totalement lui-même, mais un beau personnage inoubliable, qui écrase le film de sa présence massive, intense, pleine d'une humanité maladroite.

À peine sorti de presque deux décennies de prison, Fred part dans une balade désespérée et y entraîne une dernière fois les siens. Peu à peu, le film se transforme : décrivant avec précision une communauté, ses mœurs et ses usages, il devient quand Fred en prend les rênes de plus en plus abstrait et onirique.

Dans des décors elliptiques de banlieues et de pré-banlieues, au milieu de chemins de nulle part qui aboutissent à des centrales électriques ou des postes d'aiguillage, des routes où l' "Alpina" de Fred dépasse la vitesse existante pour carrément voler vers l'appel du destin, "Mange tes morts" devient un road-movie extrême, rendu encore plus étrange par le sous-titrage de ce français gitan qui va à cent à l'heure.

Cette VF en VO donne au film une singularité indéniable où des gitans blonds qui vivent dans la lumière du Christ se transforment soudain en ombres pourchassés dans un univers déglingué et nocturne.

Vraie surprise pour le cinéma français, se gardant de toute complaisance avec son sujet, "Mange tes morts" de Jean-Charles Hue, qu'on rangera aux côtés des meilleurs films de Martin Scorsese consacrés aux italo-américains, est une épopée imprévue loin des routines, des paresses et des bonnes intentions qui dominent les écrans nationaux. Totalement imperméable aux sirènes de la bonne conscience, le film se refuse ainsi à jouer la carte du peuple persécuté aux temps de Monsieur Valls.

Ni victimes, ni héros, les Yéniches décrits et transformés en personnages par Jean-Charles Hue auront simplement prouvé qu'ils sont des êtres humains à part entière et cette démonstration convaincante sera leur plus belle victoire contre les a-priori et les préjugés qui leur collent toujours à la peau.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=