Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Leviathan
Andreï Zviaguintsev  septembre 2014

Réalisé par Andreï Zviaguintsev. Russie. Drame. 2h21 (Sortie le 24 septembre 2014). Avec Alexeï Serebriakov, Elena Liadova, Vladimir Vdovitchenkov, Roman Madianov, Anne Oukolova, Alexeï Rozine, Sergueï Pokhodaev et Lesya Kudryashova.

Le "grand" cinéaste n'est pas une denrée que l'on trouve sur tous les marchés cinématographiques. Avec Andréï Zviaguintsev, les Russes ont un produit qui risque de prendre de plus en plus de valeur, son "Prix du Scénario" à Cannes pour "Léviathan" n'étant qu'un début.

Cette nouvelle n'est peut-être pas une des meilleures pour l'ami Vladimir puisque, une nouvelle fois, "Léviathan", après "Elena", est une plongée critique dans sa nouvelle Russie.

Cette fois-ci, il ne s'agit pas de découvrir par quels moyens légaux ou pas le "petit peuple" s'en sort à l'heure où règnent les hiérarques et les mafieux, mais plutôt comment il ne s'en sort pas. Dans "Léviathan", les "intérêts supérieurs" des puissants vont venir à bout de Kolia, le garagiste, et de sa petite famille et cela en n'hésitant pas à les spolier et à anéantir leur vie.

Kolia, homme bon mais porté sur la bouteille, a la malchance d'avoir construit son petit monde sur un terrain que convoite un potentat local. Et pourtant, le décor est presque sauvage, dans cette presque-île près de la mer où s'échouent symboliquement les grands cétacés dont il ne reste plus avec le temps que les carcasses d'os blanchis.

Ce qui adviendra de cet endroit une fois réduit en cendres le petit royaume de Kolia est d'une logique imparable dans un monde où tout s'érige sur un terreau de souffrances et d'injustices.

Évidemment, Andreï Zviaguintsev bâtit un récit bourré de métaphores et Kolia, ami des petits policiers du coin dont les femmes travaillent à la conserverie de la bourgade, est le prototype de ces Russes d'après le communisme qui ont construit de briques et de broc un univers à eux en croyant qu'on les y laisserait désormais tranquilles.

Mais le temps de la domination capitaliste est arrivé, avec son cortège de pratiques pas plus sympathiques, voire plus cruelles, que celles du communisme amolli par des décennies d'existence.

Pour la première fois, quelqu'un ose dire l'essence du pouvoir poutinien : l'association de l'Église orthodoxe et des post-communistes. Ce duo ne présage rien de bon, sinon une vraie restauration de cette chape de plomb datant de l'ère tsariste, synonyme d'oppression infinie dont la fatalité ne pouvait s'oublier que dans l'excès de boisson.

"Leviathan" d'Andreï Zviaguintsev ne doit pas être réduit à sa dénonciation ni à un exercice théorique. C'est un film incarné par de vrais personnages, parsemé de scènes édifiantes et inattendues, comme cette fausse exécution de l'avocat de Kolia.

Hymne à la rudesse des hommes contraints de vivre dans une nature pas forcément généreuse et parmi des compatriotes pas forcément bien disposés, "Leviathan" est aussi l'occasion pour Andrei Zviaguintsev et son co-scénariste Oleg Naguine de dessiner une galerie de personnages forts.

Outre Kolia, sa femme Lilia, jeune beauté lumineuse égarée dans cet univers sobre, on retiendra le portrait de l'ami avocat de Kolia, connu dans la fraternité de l'armée russe, et combattant ambigu contre la corruption. Si les méchants sont le pope et le maire - que Zviaguintsev ne ménage pas -, le peuple russe, qui traverse ce récit dans lequel chaque plan est à la fois beau et signifiant, reste l'espoir du cinéaste.

Mais quand cessera-t-il de se contenter de subir en buvant et en geignant ? Laissera-t-il s'éroder toutes ses réserves de solidarité dans la boisson et les geignements ou trouvera-t-il enfin le chemin vers son impossible liberté ?

"Léviathan" d'Andreï Zviaguinstev a le parfum des grandes œuvres que l'on ne veut pas écraser en leur accolant le terme de "chef-d'oeuvre" tant galvaudé par les flatteurs et les publicitaires.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 avril 2021 : En avril ne te cultive pas d'un fil

Pas de nouvelle bonne nouvelle... pas sûr. En attendant de pouvoir aller à nouveau vers la culture, faisons la venir vers nous. Voici notre sélection de tout un tas de choses à écouter, lire, voir et (re)découvrir. On commence évidemment avec le replay de la MAG #25 ! et oui déjà, en on n'est pas peu fier !

Du côté de la musique :

"Djourou" de Ballaké Sissoko
"A live full of farewells" de The Apartments
"Racine carrée de vos utopies" de Les Marteaux Pikettes
"Detectorists" le 19ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Bach en miroir" de Marie-Andrée Joerger
"Drot og Marsk" de Peter Heise
"Bye bye baby" de Requin Chagrin
"Good for you" de Slim Paul
et toujours :
"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La Collection" d'Harold Pinter
"Le Cabinet horrifique" de Valérie Lesort
"Vêtir ceux qui sont nus" de Luigi Pirandello
'Féminines" de Pauline Bureau
"Noire" de Tania de Montaigne
"Love & Politics" de Dan Turden
"NinaLisa" de Thomas Pédour
"Le Bœuf-musical Boris Vian" au Hall de la Chanson
"Hippolyte et Aricie" de Rameau

Expositions :

en virtuel :
"Trésors Nabis" du Musée d'Orsay
"Bonnard, Le Cannet, une évidence" au Musée Bonnard au Cannet
"Yan Pei-Ming - Au nom du père" au Musée Unterlinden à Colmar
"Crinolines et chapeaux, la mode au temps des impressionnistes" au Musée de la Corderie Valois en Normandie
"Camille Moreau-Nélaton, Une femme céramiste au temps des impressionnistes" au Musée de la céramique à Rouen
"Jean Ranc, un montpelliérain à la Cour des rois" au Musée Fabre à Montpellier

Cinéma :

at home :
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"La course navette" de Maxime Aubert
des films cultes :
"Au revoir les enfants" de Louis Malle

"Little Odessa" de James Gray
"37°2 le matin" de Jean-Jacques Beyneix
"C'est arrivé près de chez vous" de Rémy Belvaux et André Bonzel
"La Balance" de Bob Swaim
et un court métrage "La pince à ongles" de Jean-Claude Carrière

Lecture avec :

"C'est quoi ton genre ?" de Agnès Vannouvong
"La petite ville des grands rêves" de Fredrik Backman
"Les somnambules" de Chuck Wending
"Mondes en guerre : tome IV, guerre sans frontières" de Louis Gautier
"Séquences mortelles" de Michael Connely
et toujours :
"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood

Du côté des jeux vidéos :

Retrouvez les jeux vidéos en live sur la TV de Froggy's Delight chaque soir de la semaine à partir de 21H

 

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=