Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Leviathan
Andreï Zviaguintsev  septembre 2014

Réalisé par Andreï Zviaguintsev. Russie. Drame. 2h21 (Sortie le 24 septembre 2014). Avec Alexeï Serebriakov, Elena Liadova, Vladimir Vdovitchenkov, Roman Madianov, Anne Oukolova, Alexeï Rozine, Sergueï Pokhodaev et Lesya Kudryashova.

Le "grand" cinéaste n'est pas une denrée que l'on trouve sur tous les marchés cinématographiques. Avec Andréï Zviaguintsev, les Russes ont un produit qui risque de prendre de plus en plus de valeur, son "Prix du Scénario" à Cannes pour "Léviathan" n'étant qu'un début.

Cette nouvelle n'est peut-être pas une des meilleures pour l'ami Vladimir puisque, une nouvelle fois, "Léviathan", après "Elena", est une plongée critique dans sa nouvelle Russie.

Cette fois-ci, il ne s'agit pas de découvrir par quels moyens légaux ou pas le "petit peuple" s'en sort à l'heure où règnent les hiérarques et les mafieux, mais plutôt comment il ne s'en sort pas. Dans "Léviathan", les "intérêts supérieurs" des puissants vont venir à bout de Kolia, le garagiste, et de sa petite famille et cela en n'hésitant pas à les spolier et à anéantir leur vie.

Kolia, homme bon mais porté sur la bouteille, a la malchance d'avoir construit son petit monde sur un terrain que convoite un potentat local. Et pourtant, le décor est presque sauvage, dans cette presque-île près de la mer où s'échouent symboliquement les grands cétacés dont il ne reste plus avec le temps que les carcasses d'os blanchis.

Ce qui adviendra de cet endroit une fois réduit en cendres le petit royaume de Kolia est d'une logique imparable dans un monde où tout s'érige sur un terreau de souffrances et d'injustices.

Évidemment, Andreï Zviaguintsev bâtit un récit bourré de métaphores et Kolia, ami des petits policiers du coin dont les femmes travaillent à la conserverie de la bourgade, est le prototype de ces Russes d'après le communisme qui ont construit de briques et de broc un univers à eux en croyant qu'on les y laisserait désormais tranquilles.

Mais le temps de la domination capitaliste est arrivé, avec son cortège de pratiques pas plus sympathiques, voire plus cruelles, que celles du communisme amolli par des décennies d'existence.

Pour la première fois, quelqu'un ose dire l'essence du pouvoir poutinien : l'association de l'Église orthodoxe et des post-communistes. Ce duo ne présage rien de bon, sinon une vraie restauration de cette chape de plomb datant de l'ère tsariste, synonyme d'oppression infinie dont la fatalité ne pouvait s'oublier que dans l'excès de boisson.

"Leviathan" d'Andreï Zviaguintsev ne doit pas être réduit à sa dénonciation ni à un exercice théorique. C'est un film incarné par de vrais personnages, parsemé de scènes édifiantes et inattendues, comme cette fausse exécution de l'avocat de Kolia.

Hymne à la rudesse des hommes contraints de vivre dans une nature pas forcément généreuse et parmi des compatriotes pas forcément bien disposés, "Leviathan" est aussi l'occasion pour Andrei Zviaguintsev et son co-scénariste Oleg Naguine de dessiner une galerie de personnages forts.

Outre Kolia, sa femme Lilia, jeune beauté lumineuse égarée dans cet univers sobre, on retiendra le portrait de l'ami avocat de Kolia, connu dans la fraternité de l'armée russe, et combattant ambigu contre la corruption. Si les méchants sont le pope et le maire - que Zviaguintsev ne ménage pas -, le peuple russe, qui traverse ce récit dans lequel chaque plan est à la fois beau et signifiant, reste l'espoir du cinéaste.

Mais quand cessera-t-il de se contenter de subir en buvant et en geignant ? Laissera-t-il s'éroder toutes ses réserves de solidarité dans la boisson et les geignements ou trouvera-t-il enfin le chemin vers son impossible liberté ?

"Léviathan" d'Andreï Zviaguinstev a le parfum des grandes œuvres que l'on ne veut pas écraser en leur accolant le terme de "chef-d'oeuvre" tant galvaudé par les flatteurs et les publicitaires.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=