Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Triptyque "Des années 70 à nos jours"
Théâtre des Abbesses  (Paris)  septembre 2014

Triptyque mis en scène par Julie Deliquet.

"La Noce" d'après Bertolt Brecht avec Julie André, Gwendal Anglade, Anne Barbot, Olivier Faliez, Pascale Fournier, Jean-Christophe Laurier, Agnès Ramy, Richard Sandra et David Seigneur.

"Derniers remords avant l’oubli" de Jean-Luc Lagarce, avec Julie André, Gwendal Anglade, Éric Charon, Olivier Faliez, Agnès Ramye et Annabelle Simon.

"Nous sommes seuls maintenant", écriture collective du Collectif In Vitro, avec Julie André, Gwendal Anglade, Anne Barbot, Éric Charon, Olivier Faliez, Pascale Fournier, Julie Jacovella, Jean-Christophe Laurier, Agnès Ramy, Richard Sandra, David Seigneur et Annabelle Simon.

En ramassant dans une seule soirée, trois des spectacles qu'elle a mis en scène sous le titre "Triptyque Des années 1970 à nos jours", Julie Deliquet s'évertue à trouver, à l'aide de l'arme théâtrale, le secret de ces soixante-huitards toujours en place, s'accrochant à leur parole censée rebelle pour l'éternité, en se croyant hier comme aujourd'hui "la jeunesse du monde" à l'heure où la vraie jeunesse a tant de mal à pouvoir s'exprimer.

C'est la suite des trois mouvements orchestrés par Julie Deliquet qui va tenter de démontrer s'il s'agit là d'un constat, d'un constat critique ou simplement de la nostalgie d'un temps fugace où l'Utopie a cru dominer le monde occidental.

D'abord, dans "La Noce", adapté d'après "La Noce chez les petits-bourgeois" de Bertold Brecht, elle met en scène la noce tragi-comique de Jacob et Maria, qu'elle a transposé dans les années 1970 avec pantalons pat'd'ef et disques de Janis Joplin giclant sur un électrophone.

Plus que la critique sociale voulue par Brecht, Julie Deliquet s'attache à mettre en place un premier moment de convivialité dans un univers branlant où les meubles s'écroulent. Ici le monde bourgeois finit par connaître le même sort au gré d'une soirée trop arrosée attisant les conflits personnels, mais, liberté sexuelle oblige, les débats houleux seront clôturés par les ébats amoureux des nouveaux mariés.

S'en suit avec "Derniers remords avant l'oubli" de Jean-Luc Lagarce, une toute autre vision des années 1970, cette fois-ci vraiment mises en accusation par le temps qui s'égrène. Lagarce, dans un texte exempt d'indulgence et dont Julie Deliquet sait saisir l'âpreté, a conçu un "Jules et Jim" vingt ans après.

Dans sa version, les amants ne sont pas morts et Hélène et ses deux hommes se retrouvent des années après leur vie commune pour régler une sordide question immobilière. L'Utopie de l'amour à trois a pris une bien triste tournure dont sont témoins les nouveaux protagonistes des uns et des autres

Lagarce a écrit "Derniers remords avant l'oubli" en 1987 et était l'homme idéal pour entamer en pointillé le procès des soixante-huitards qui prétendaient toujours changer le monde et se déchiraient déjà pour des questions "bourgeoises" tout en prenant le contrôle de toutes les institutions, et particulièrement celles du théâtre.

Cette parabole critique teintée d'amertume devant des aînés qui ont trahi, et ne le reconnaîtront jamais, on ne la trouve pas dans le troisième moment, "Nous sommes seuls maintenant".

Création improvisée du Collectif In Vitro, constitué par les acteurs que l'on découvre dans les trois spectacles, cette parodie ambiguë d'un retour à la terre d'un "bobo" parisien reprend le principe de "La Noce" d'un théâtre qui se déroule à "table". Comme attendu, le bon dîner festif et amical dérape en engueulades et règlements de comptes, cette fois-ci sous la forme du "jeu de la vérité" cher à Philippe Lellouche.

Formée, comme Sylvain Creuzevault, au Studio-Théâtre d'Asnières, Julie Deliquet aime elle aussi montrer des scènes de repas. Elle a tendance, comme jadis Maurice Pialat au cinéma, de les traiter sous forme de "plans-séquences" qui s'achèvent sur scène, non pas par manque de pellicule, mais quand les acteurs quittent le plateau.

Exercices compliqués, nécessitant une véritable chorégraphie et une complicité sans failles des "convives", ces scènes révèlent la qualité d'une troupe de comédiens capables de vivre toutes les situations possibles.

Reste que la limite de cette théâtralité, qui dit trivialement que l'époque actuelle revient à des modes traditionnels de vivre-ensemble, est d'enfermer de bons acteurs dans des panoplies un peu stéréotypées. Si la tension est au rendez-vous, l'émotion ne peut jamais vraiment survenir ou très fugacement.

Une des leçons de cette copieuse soirée théâtrale, dont il faut saluer la réelle ambition, est donc qu'il ne faut pas abuser des plaisirs de la table au théâtre, sinon de bons acteurs vont finir par s'engraisser dans de belles mécaniques qui tourneront vite à vide.

L'autre leçon est qu'avec "Derniers remords avant l'oubli" , Jean-Luc Lagarce a saisi, dans l'instant où il y participait, plus de choses sur le continuum raté des années 70 et 80 que ceux qui, avec les meilleures intentions sociologiques du monde et les armes de la nostalgie critique, tentent de comprendre pourquoi, à l'image d'autres périodes plus sombres, ce temps révolu et passé ne passe décidément pas.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=