Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Triptyque "Des années 70 à nos jours"
Théâtre des Abbesses  (Paris)  septembre 2014

Triptyque mis en scène par Julie Deliquet.

"La Noce" d'après Bertolt Brecht avec Julie André, Gwendal Anglade, Anne Barbot, Olivier Faliez, Pascale Fournier, Jean-Christophe Laurier, Agnès Ramy, Richard Sandra et David Seigneur.

"Derniers remords avant l’oubli" de Jean-Luc Lagarce, avec Julie André, Gwendal Anglade, Éric Charon, Olivier Faliez, Agnès Ramye et Annabelle Simon.

"Nous sommes seuls maintenant", écriture collective du Collectif In Vitro, avec Julie André, Gwendal Anglade, Anne Barbot, Éric Charon, Olivier Faliez, Pascale Fournier, Julie Jacovella, Jean-Christophe Laurier, Agnès Ramy, Richard Sandra, David Seigneur et Annabelle Simon.

En ramassant dans une seule soirée, trois des spectacles qu'elle a mis en scène sous le titre "Triptyque Des années 1970 à nos jours", Julie Deliquet s'évertue à trouver, à l'aide de l'arme théâtrale, le secret de ces soixante-huitards toujours en place, s'accrochant à leur parole censée rebelle pour l'éternité, en se croyant hier comme aujourd'hui "la jeunesse du monde" à l'heure où la vraie jeunesse a tant de mal à pouvoir s'exprimer.

C'est la suite des trois mouvements orchestrés par Julie Deliquet qui va tenter de démontrer s'il s'agit là d'un constat, d'un constat critique ou simplement de la nostalgie d'un temps fugace où l'Utopie a cru dominer le monde occidental.

D'abord, dans "La Noce", adapté d'après "La Noce chez les petits-bourgeois" de Bertold Brecht, elle met en scène la noce tragi-comique de Jacob et Maria, qu'elle a transposé dans les années 1970 avec pantalons pat'd'ef et disques de Janis Joplin giclant sur un électrophone.

Plus que la critique sociale voulue par Brecht, Julie Deliquet s'attache à mettre en place un premier moment de convivialité dans un univers branlant où les meubles s'écroulent. Ici le monde bourgeois finit par connaître le même sort au gré d'une soirée trop arrosée attisant les conflits personnels, mais, liberté sexuelle oblige, les débats houleux seront clôturés par les ébats amoureux des nouveaux mariés.

S'en suit avec "Derniers remords avant l'oubli" de Jean-Luc Lagarce, une toute autre vision des années 1970, cette fois-ci vraiment mises en accusation par le temps qui s'égrène. Lagarce, dans un texte exempt d'indulgence et dont Julie Deliquet sait saisir l'âpreté, a conçu un "Jules et Jim" vingt ans après.

Dans sa version, les amants ne sont pas morts et Hélène et ses deux hommes se retrouvent des années après leur vie commune pour régler une sordide question immobilière. L'Utopie de l'amour à trois a pris une bien triste tournure dont sont témoins les nouveaux protagonistes des uns et des autres

Lagarce a écrit "Derniers remords avant l'oubli" en 1987 et était l'homme idéal pour entamer en pointillé le procès des soixante-huitards qui prétendaient toujours changer le monde et se déchiraient déjà pour des questions "bourgeoises" tout en prenant le contrôle de toutes les institutions, et particulièrement celles du théâtre.

Cette parabole critique teintée d'amertume devant des aînés qui ont trahi, et ne le reconnaîtront jamais, on ne la trouve pas dans le troisième moment, "Nous sommes seuls maintenant".

Création improvisée du Collectif In Vitro, constitué par les acteurs que l'on découvre dans les trois spectacles, cette parodie ambiguë d'un retour à la terre d'un "bobo" parisien reprend le principe de "La Noce" d'un théâtre qui se déroule à "table". Comme attendu, le bon dîner festif et amical dérape en engueulades et règlements de comptes, cette fois-ci sous la forme du "jeu de la vérité" cher à Philippe Lellouche.

Formée, comme Sylvain Creuzevault, au Studio-Théâtre d'Asnières, Julie Deliquet aime elle aussi montrer des scènes de repas. Elle a tendance, comme jadis Maurice Pialat au cinéma, de les traiter sous forme de "plans-séquences" qui s'achèvent sur scène, non pas par manque de pellicule, mais quand les acteurs quittent le plateau.

Exercices compliqués, nécessitant une véritable chorégraphie et une complicité sans failles des "convives", ces scènes révèlent la qualité d'une troupe de comédiens capables de vivre toutes les situations possibles.

Reste que la limite de cette théâtralité, qui dit trivialement que l'époque actuelle revient à des modes traditionnels de vivre-ensemble, est d'enfermer de bons acteurs dans des panoplies un peu stéréotypées. Si la tension est au rendez-vous, l'émotion ne peut jamais vraiment survenir ou très fugacement.

Une des leçons de cette copieuse soirée théâtrale, dont il faut saluer la réelle ambition, est donc qu'il ne faut pas abuser des plaisirs de la table au théâtre, sinon de bons acteurs vont finir par s'engraisser dans de belles mécaniques qui tourneront vite à vide.

L'autre leçon est qu'avec "Derniers remords avant l'oubli" , Jean-Luc Lagarce a saisi, dans l'instant où il y participait, plus de choses sur le continuum raté des années 70 et 80 que ceux qui, avec les meilleures intentions sociologiques du monde et les armes de la nostalgie critique, tentent de comprendre pourquoi, à l'image d'autres périodes plus sombres, ce temps révolu et passé ne passe décidément pas.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=