Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Still the water
Naomi Kawase  octobre 2014

Réalisé par Naomi Kawase. France/Japon/Espagne. Comédie. 1h40 (Sortie le 1er octobre 2014). Avec Nijirô Murakami, Jun Yoshinaga, Miyuki Matsuda, Tetta Sugimoto, Makiko Watanabe, Jun Murakami, Fujio Tokita et Hideo Sakaki.

"Still the water" aurait mérité mieux qu'un titre en anglais. Un banal titre en anglais qui n'en fait qu'un film de plus peu identifiable dans sa spécificité japonaise, malgré ce qu'il possède de plus qu'un film de plus.

Peut-être aurait-il mérité de garder son titre nippon et donc un peu de son mystère aux yeux des Occidentaux qui croient toujours tout comprendre...

Cette arrogance d'un regard qui comprend tout et qui n'aime que comprendre tout, même si c'est au détriment de la complexité de la vérité de l'autre et grâce à l'adoption par celui-ci des codes du récit occidental, Naomi Kawase n'en veut pas.

Pour raconter la mort et l'amour, elle emprunte un chemin qui n'implique qu'une petite dose de péripéties. Un cadavre échoué sur la plage, une femme cancéreuse aux portes de la mort, des jeunes gens en passe de devenir adultes et de s'ouvrir à la sensualité et à la sexualité, des humains face à la vie des éléments naturels, voici ce qui va traverser "Still the water", hymne à l'essence des choses.

Naomi Kawase place son cinéma dans un cadre où "la nature est un temple", où le mystère de la vie surgit en correspondance avec la sagesse d'un arbre, la colère de la mer et parfois sa bonté. Cette animisme presque bachelardien emplit chaque image, chaque plan et l'on est saisi par ses bribes de beauté sereine.

Aux confins du poétique et de l'esthétique, Naomi Kawase conçoit un cinéma nourrissant, habité, plein de vide, délié et tendu, nageant dans les contradictions du quotidien.

On pense, inévitablement à "Oncle Boonmee" d'Apichatpong Weerasethakul pour cette manière de rendre simple la présence de ce divin qui est partout. Sans doute, Naomi Kawase n'a pas la distance "humoristique" du maître thaïlandais. Comme son compatriote Kohei Oguri, notamment dans "L'homme qui dort", chef d'oeuvre méconnu dont elle s'inspire beaucoup, Naomi Kawase est plus dans la retenue. Elle montre le moins possible ses sentiments pour que, paradoxalement, l'émotion jaillisse davantage.

Dans cette boucle parfaite, ce cycle de la vie qu'est "Still the Water", elle touche les cœurs avec une économie de moyens qui frise quelquefois la froideur. Mais, si l'on ressent l'extrême tension intérieure des beaux personnages qu'elle esquisse, à commencer par la mère qui va mourir et le père qui contient son désespoir dans un tumulte d'angoisse, on dépassera cette réticence et l'on appréciera cette pudeur que la cinéaste sait insuffler à ces moments ultimes épurés de tout pathos.

"Still the water" de Naomi Kawase est une expérience intérieure rarement proposée sur un écran. Mieux qu'avec la 3D, le spectateur pourra s'y délecter de dimensions spirituelles qu'il n'avait jusqu'à présent jamais imaginées et, a fortiori, entrevues.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=