Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Apôtre
Cheyenne Carron  octobre 2014

Réalisé par Cheyenne Carron. France. Drame. 1h57 (Sortie le 1er octobre 2014). Avec Faycal Safi, Brahim Tekfa, Sarah Zaher, Salah Sassi, Norah Krief, Yannick Guérin et Touffik Kerwaz.

Avec son film-choc, "La Fille publique", Cheyenne Carron avait déposé, sans s'épargner, beaucoup de sa vie sur un écran et avait donné à ses spectateurs des torrents d'amour comme ils n'en avaient jamais reçus.

Elle revient avec "L'Apôtre" avec la même énergie, la même science du contre-pied et de l'inattendu pour un beau film libre.

Bien entendu, les institutions publiques et les producteurs privés ne se sont pas précipités pour l'aider à mettre en scène l'histoire d'un jeune musulman conquis par le catholicisme au point de se convertir.

Dès qu'il y a Islam sous roche et Arabes sur l'écran, on sait que le cinéma français ne fait pas preuve de subtilité et que les poncifs vont s'enchaîner, pour ne pas dire les clichés racistes. Il faut l'inconscience de la bien pensance pour ne pas voir, par exemple, tout le "sous-texte" nauséeux du "Prophète" de Jacques Audiard, dans lequel un Arabe intelligent - formule considérée comme un oxymore même par les plus à gauche des filmeurs établis - devient forcément un "caïd" du crime.

Tout ça pour écrire que Cheyenne Carron ne collectionnera hélas pas les Césars pour "L'Apôtre" comme le fils du dialoguiste célinien, mais qu'elle aura réalisé le film le plus vrai, le plus authentique sur la vie dans une petite banlieue tranquille d'une famille d'origine maghrébine. Et pour ne pas être en reste, elle aura montré à la fois avec compréhension et précision le fonctionnement de la communauté des croyants d'un lieu de prière musulman.

Chez elle, pas de double discours, pas de sous-entendus quand elle montre un imam, l'oncle d'Akim, le jeune homme qui va se convertir au catholicisme, animer la prière, aborder des points théologiques, répondre à des questions.

Comme dans "La Fille publique", on est sidéré par la manière qu'elle a de rendre évidentes des choses jamais filmées ou jamais dites. Ainsi, elle décrit avec beaucoup de naturel, l'amitié naissante de deux jeunes adultes de confession différente et crédibilise le passage d'une religion à l'autre de la part d'un garçon curieux, assoiffé de transcendance, et qui, par le hasard d'une rencontre, découvre le message de Jésus Christ.

Si l'on précise que Cheyenne Carron n'hésite pas à enregistrer les discussions théologiques entre le curé de la paroisse et le jeune musulman, et, qu'à l'inverse d'un Godard découvrant Dieu avec une grammaire biblique affectée et cryptée, elle sait retranscrire sans ennui ce qui se passe entre eux avec la grâce de la simplicité, on pourra tirer son chapeau d'évêque à cette jeune femme et à son culot caméra au poing.

Elle franchit encore un cap quand elle montre le peu montré : l'existence de musulmans devenus chrétiens et, par la force des choses, condamnés à de nouvelles catacombes.

Des risques qu'ils encourent et des représailles qu'ils endurent, elle ne fait pas l'impasse, mais son film, impeccable, contenant encore une fois de gros morceaux d'autobiographie, s'achève dans un beau message d'amour et de fraternité.

"L'Apôtre" de Cheyenne Carron confirme que cette franc-tireuse va remuer longtemps le ronron du cinéma dominant. Elle s'intéresse aux "gens" et aime les filmer. Qu'ils soient comédiens ou simples figurants, tous existent et ne sont jamais simplement esquissés ou caricaturés. Au passage, il faut espérer revoir Fayçal Safi, qui joue Akim à belles dents.

Puisse Cheyenne Carron obtenir au plus vite la reconnaissance de ses pairs et d'un large public. Pour l'heure, qu'elle tienne bon et ne se décourage jamais : son cinéma est juste et beau.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=