Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Apôtre
Cheyenne Carron  octobre 2014

Réalisé par Cheyenne Carron. France. Drame. 1h57 (Sortie le 1er octobre 2014). Avec Faycal Safi, Brahim Tekfa, Sarah Zaher, Salah Sassi, Norah Krief, Yannick Guérin et Touffik Kerwaz.

Avec son film-choc, "La Fille publique", Cheyenne Carron avait déposé, sans s'épargner, beaucoup de sa vie sur un écran et avait donné à ses spectateurs des torrents d'amour comme ils n'en avaient jamais reçus.

Elle revient avec "L'Apôtre" avec la même énergie, la même science du contre-pied et de l'inattendu pour un beau film libre.

Bien entendu, les institutions publiques et les producteurs privés ne se sont pas précipités pour l'aider à mettre en scène l'histoire d'un jeune musulman conquis par le catholicisme au point de se convertir.

Dès qu'il y a Islam sous roche et Arabes sur l'écran, on sait que le cinéma français ne fait pas preuve de subtilité et que les poncifs vont s'enchaîner, pour ne pas dire les clichés racistes. Il faut l'inconscience de la bien pensance pour ne pas voir, par exemple, tout le "sous-texte" nauséeux du "Prophète" de Jacques Audiard, dans lequel un Arabe intelligent - formule considérée comme un oxymore même par les plus à gauche des filmeurs établis - devient forcément un "caïd" du crime.

Tout ça pour écrire que Cheyenne Carron ne collectionnera hélas pas les Césars pour "L'Apôtre" comme le fils du dialoguiste célinien, mais qu'elle aura réalisé le film le plus vrai, le plus authentique sur la vie dans une petite banlieue tranquille d'une famille d'origine maghrébine. Et pour ne pas être en reste, elle aura montré à la fois avec compréhension et précision le fonctionnement de la communauté des croyants d'un lieu de prière musulman.

Chez elle, pas de double discours, pas de sous-entendus quand elle montre un imam, l'oncle d'Akim, le jeune homme qui va se convertir au catholicisme, animer la prière, aborder des points théologiques, répondre à des questions.

Comme dans "La Fille publique", on est sidéré par la manière qu'elle a de rendre évidentes des choses jamais filmées ou jamais dites. Ainsi, elle décrit avec beaucoup de naturel, l'amitié naissante de deux jeunes adultes de confession différente et crédibilise le passage d'une religion à l'autre de la part d'un garçon curieux, assoiffé de transcendance, et qui, par le hasard d'une rencontre, découvre le message de Jésus Christ.

Si l'on précise que Cheyenne Carron n'hésite pas à enregistrer les discussions théologiques entre le curé de la paroisse et le jeune musulman, et, qu'à l'inverse d'un Godard découvrant Dieu avec une grammaire biblique affectée et cryptée, elle sait retranscrire sans ennui ce qui se passe entre eux avec la grâce de la simplicité, on pourra tirer son chapeau d'évêque à cette jeune femme et à son culot caméra au poing.

Elle franchit encore un cap quand elle montre le peu montré : l'existence de musulmans devenus chrétiens et, par la force des choses, condamnés à de nouvelles catacombes.

Des risques qu'ils encourent et des représailles qu'ils endurent, elle ne fait pas l'impasse, mais son film, impeccable, contenant encore une fois de gros morceaux d'autobiographie, s'achève dans un beau message d'amour et de fraternité.

"L'Apôtre" de Cheyenne Carron confirme que cette franc-tireuse va remuer longtemps le ronron du cinéma dominant. Elle s'intéresse aux "gens" et aime les filmer. Qu'ils soient comédiens ou simples figurants, tous existent et ne sont jamais simplement esquissés ou caricaturés. Au passage, il faut espérer revoir Fayçal Safi, qui joue Akim à belles dents.

Puisse Cheyenne Carron obtenir au plus vite la reconnaissance de ses pairs et d'un large public. Pour l'heure, qu'elle tienne bon et ne se décourage jamais : son cinéma est juste et beau.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 mai 2022 : En mai cultive toi comme il te plaît

Après une belle soirée en compagnie de KATEL vendredi, le replay est ici, c'est reparti pour une semaine d'actualité culturelle vue par nos chroniqueurs en attendant la déjà 48eme Mare aux Grenouilles en direct samedi !

Du côté de la musique :

"Godowsky - Bach" de Dimitri Papadopoulos
"Being alive" le nouveau mix à écouter de Listen In Bed
Rencontre avec Lofofora
"Des corps dans le décor" de Mauvais Sang
"Litz - once upon a time"
"Misia" de Revue Blanche
"Murmures et rumeurs" de Tom Bourgeois
et toujours :
"J'ai horreur de l'amour" de Bertrand Betsch
"Caroline" de Caroline
"Revenant" de Cascadeur
"Hell stairs" de CDSM
"Unica" de DeLaurentis
"Polar star" de Initiative H
"Fear of the dawn" de Jack White
"The line is a curve" de Kae Tempest
"Zadie Smith" 16ème émission de la saison 3 de Listen In Bed à écouter
"Bassoon steppes" de Lola Descours & Paloma Kouider
"Oan Kim & the Dirty Jazz" de Oan Kim
"Gabril Fauré : Horizons II" de Simon Zaoui, Pierre Fouchenneret, Raphaël Merlin, Parie Chilemme & Quatuor Strada
"Keep on falling" de The Boo Radleys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Odyssée - Une histoire pour Hollywood" au Théâtre de la Colline
"Nous, l'Europe, banquet des peuples" au Théâtre de l'Atelier
"Penthésilé.e.s amazonomachie" au Théâtre de la Tempête
"Skylight" au Théâtre du Rond-Point
"Encore plus, tout le temps, partout" au Théâtre de la Bastille
"L'Epopée d'un buveur d'eau" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"La Maladie de la Famille M." au Théâtre de la Reine Blanche
"Montaigne - Les Essais" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Scum Rodéo" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Frustrées" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Guy Carlier" au Théâtre des Mathurins
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"HEY ! Le dessin" à la Halle Saint-Pierre
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit avec :
"La femme de mon frère" de Monia Chokri

"Mutum" de Sandra Kogut
"Party Girl" de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis
"Naissance des pieuvres" de Céline Sciamma
"Tu mérites un amour" de Hafsia Herzi
et dans la série Oldies but goodies :
"La Passante du Sans-Souci" de Jacques Rouffio
"Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy

Lecture avec :

"De la guerre, Mook 2" de Jean Lopez
"Les routes oubliées" de S.A. Cosby
et toujours :
"Amnistie" de Aravind Adiga
"Le réalisme magique du cinéma chinois" de Hendy Bicaise
"Nobles de coeur" de Marc Alexandre Oho Bambe & Fred Ebami
"Le silence est ma langue natale" de Sulaiman Addonia

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=