Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce National Gallery
Frederick Wiseman  octobre 2014

Réalisé par Frederick Wiseman. France/Etats-Unis/Grande Bretagne. Documentaire. 2h53 (Sortie le 8 octobre 2014).

Écrire que Fred Wiseman est sans doute le plus grand documentariste actuel ne devrait pas susciter beaucoup de contestation.

Depuis "Titicut Follies" en 1967, il a "tout" filmé de sa caméra experte et vagabonde, méticuleuse et à l'affût de tout détail signifiant.

"Tout", cela veut dire... tout ! De la prison au Crazy Horse, de Berkeley à Central Park, de la Comédie Française à une salle de boxe, du ballet de l'Opéra aux logements sociaux ou aux abattoirs.

D'abord préoccupé par les grandes institutions américaines, qu'il disséquait dans des films fleuves, Fred Wiseman, le temps passant, est devenu plus impressionniste dans son filmage et dans ses sujets.

Aujourd'hui, le voilà arrivé au musée... et quel musée !

En sortant de cette promenade de presque trois heures dans le grand musée londonien qu'est la National Gallery, on a tout de suite envie de filer au Louvre tant le travail de Fred Wiseman a pour première vertu de redonner le goût de voir les grandes toiles des grands maîtres.

C'est d'ailleurs, l'un des intérêts du film : il permet de voir, en creux, les différences entre la conception anglo-saxonne des musées et la manière française de montrer des tableaux.

A Londres, Wiseman filme des conférenciers cherchant à tenir en haleine le public, à lui apprendre quelque chose qu'il doit retenir de chaque tableau commenté. Pédagogie et vulgarisation sont de mises et les conférenciers de la National Gallery ne cherchent pas à prouver systématiquement, à l'inverse de leurs homologues parisiens, qu'ils sont diplômés en histoire de l'art.

Pour un cinéaste, une balade au musée c'est aussi une manière de voir le regard des spectateurs, ce regard qu'on ne peut filmer dans une salle obscure.

Wiseman aime regarder les regardeurs et en profite pour donner aux yeux de ses spectateurs des merveilles divinement éclairées. Rembrandt, Turner, Le Caravage occupent le cadre cinématographique et, pour une fois, l'oeil peut coller au tableau sans passer pour un hérétique et sans se faire réprimander par un gardien.

Les esprits chagrins trouveront peut-être que Fred Wiseman se la "coule douce" et ne série pas tous les problèmes inhérents à un musée. Ils pourront s'amuser à comparer avec "La Ville Louvre" de Nicolas Philibert, film plus rythmé, film plus enclin à recenser les choses marquantes et les petits faits inattendus qui ponctuaient les journées passées par le cinéaste au Louvre.

Au contraire, Fred Wiseman cherche à saisir des moments sans enjeux qui se répètent depuis toujours à la National Gallery. Il conçoit le musée comme un lieu préservé du monde extérieur, une espèce de pré-paradis non dit. Qu'il ait attendu d'avoir 84 ans pour filmer un musée doit avoir un sens, même s'il prétend qu'il s'agit d'un pur hasard.

S'attarder devant des tableaux considérés comme des chefs-d'oeuvre de l'humanité, les contempler dans la sérénité et le calme du musée, à l'heure où le monde s'enlaidit, n'est-ce pas pour un vieil homme qui a tout filmé une espèce de point final à un demi-siècle d'observation du genre humain ?

"National Gallery" de Fred Wiseman est un film élégant qui fait passer trois belles heures ailleurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=