Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce National Gallery
Frederick Wiseman  octobre 2014

Réalisé par Frederick Wiseman. France/Etats-Unis/Grande Bretagne. Documentaire. 2h53 (Sortie le 8 octobre 2014).

Écrire que Fred Wiseman est sans doute le plus grand documentariste actuel ne devrait pas susciter beaucoup de contestation.

Depuis "Titicut Follies" en 1967, il a "tout" filmé de sa caméra experte et vagabonde, méticuleuse et à l'affût de tout détail signifiant.

"Tout", cela veut dire... tout ! De la prison au Crazy Horse, de Berkeley à Central Park, de la Comédie Française à une salle de boxe, du ballet de l'Opéra aux logements sociaux ou aux abattoirs.

D'abord préoccupé par les grandes institutions américaines, qu'il disséquait dans des films fleuves, Fred Wiseman, le temps passant, est devenu plus impressionniste dans son filmage et dans ses sujets.

Aujourd'hui, le voilà arrivé au musée... et quel musée !

En sortant de cette promenade de presque trois heures dans le grand musée londonien qu'est la National Gallery, on a tout de suite envie de filer au Louvre tant le travail de Fred Wiseman a pour première vertu de redonner le goût de voir les grandes toiles des grands maîtres.

C'est d'ailleurs, l'un des intérêts du film : il permet de voir, en creux, les différences entre la conception anglo-saxonne des musées et la manière française de montrer des tableaux.

A Londres, Wiseman filme des conférenciers cherchant à tenir en haleine le public, à lui apprendre quelque chose qu'il doit retenir de chaque tableau commenté. Pédagogie et vulgarisation sont de mises et les conférenciers de la National Gallery ne cherchent pas à prouver systématiquement, à l'inverse de leurs homologues parisiens, qu'ils sont diplômés en histoire de l'art.

Pour un cinéaste, une balade au musée c'est aussi une manière de voir le regard des spectateurs, ce regard qu'on ne peut filmer dans une salle obscure.

Wiseman aime regarder les regardeurs et en profite pour donner aux yeux de ses spectateurs des merveilles divinement éclairées. Rembrandt, Turner, Le Caravage occupent le cadre cinématographique et, pour une fois, l'oeil peut coller au tableau sans passer pour un hérétique et sans se faire réprimander par un gardien.

Les esprits chagrins trouveront peut-être que Fred Wiseman se la "coule douce" et ne série pas tous les problèmes inhérents à un musée. Ils pourront s'amuser à comparer avec "La Ville Louvre" de Nicolas Philibert, film plus rythmé, film plus enclin à recenser les choses marquantes et les petits faits inattendus qui ponctuaient les journées passées par le cinéaste au Louvre.

Au contraire, Fred Wiseman cherche à saisir des moments sans enjeux qui se répètent depuis toujours à la National Gallery. Il conçoit le musée comme un lieu préservé du monde extérieur, une espèce de pré-paradis non dit. Qu'il ait attendu d'avoir 84 ans pour filmer un musée doit avoir un sens, même s'il prétend qu'il s'agit d'un pur hasard.

S'attarder devant des tableaux considérés comme des chefs-d'oeuvre de l'humanité, les contempler dans la sérénité et le calme du musée, à l'heure où le monde s'enlaidit, n'est-ce pas pour un vieil homme qui a tout filmé une espèce de point final à un demi-siècle d'observation du genre humain ?

"National Gallery" de Fred Wiseman est un film élégant qui fait passer trois belles heures ailleurs.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=