Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Idiot !
Théâtre de la Ville  (Paris)  octobre 2014

Spectacle conçu et mis en scène par Vincent Macaigne d'après l'oeuvre de Fedor Dosyoievski, avec Dan Artus, Servane Ducorps, Thibault Lacroix, Pauline Lorillard, Vincent Macaigne, Emmanuel Matte, Rodolphe Poulain, Thomas Rathier et Pascal Reneric.

Grâce au travail de Vincent Macaigne, les plus anciens se sentiront rajeunir en retrouvant sur scène ce qui était le quotidien du théâtre d'avant-garde des années 1970.

Les plus radicaux regretteront cependant que Vincent Macaigne ne reprenne qu'une partie des provocations du théâtre post-soixante-huitard. Car, s'il aime déverser du liquide sur ses personnages, les couvrir de peinture ou de terreau, il n'a jamais aucune tentation pipi-caca. Pas d'excréments, pas d'urine, pas de vomi, même pas le moindre crachat dans ce théâtre terriblement de bon aloi.

S'il aime la mousse et la fumée, il zappe complètement les plaisirs de la table : personne ne s'empiffre d'aliments, a fortiori personne n'en expulse ni ne s'en enduit. La critique de la goinfrerie bourgeoise n'est donc pas de saison dans ce théâtre dont la radicalité est "à géométrie variable".

Ainsi, et les féministes apprécieront plus que les voyeurs, si les acteurs peuvent rester de longs moments dans le plus simple appareil et laisser apprécier aux connaisseurs leurs parties dites génitales, les comédiennes auront les seins toujours couverts et ni fesses ni petites culottes ne seront de sortie.

Quid, dans cette machinerie compliquée, dans ce bric-à-brac poubellistique, où le sublime est supposé sortir du sordide, de Dostoievski et du héros de "L'Idiot", le prince Mychkine ? Il faut mettre au crédit de Vincent Macaigne qu'il suit grosso modo l'intrigue du roman et tente d'en garder l'esprit russe sans commettre d'anachronismes.

Car, si, durant un long moment, un téléviseur déverse le débat Hollande-Sarkozy précédant l'élection du 6 mai 2012, Macaigne se garde d'évoquer la Russie de Vladimir Poutine et maintient son propos dans une dialectique abstraite entre la Russie "tsaro-communiste" et le libéralisme occidental. Commencé dans le corps du texte de Dostoïevski, la pièce a tendance à s'en éloigner après l'entracte, pendant lequel Macaigne et ses acteurs poursuivent de vains échanges dans le hall du théâtre.

Ce prologue à la seconde partie de "Idiot !" n'est pas vraiment utile, pas plus que leur parade initiale devant le théâtre à l'heure de l'arrivée des spectateurs de clowns felliniens croyant jouer Vladimir et Estragon et faisant plutôt penser à des baladins de Beaubourg.

D'autant plus qu'en entrant dans la salle, on est saisi par une musique tonitruante qui met en condition, et qu'on peut affronter à l'aide des boules Quies opportunément distribuées par le personnel du théâtre. C'est d'ailleurs le seul moment révolutionnaire de la soirée, puisqu'on pourra y entendre les Choeurs de l'Armée Rouge.

Ce qui permettra à un spectateur encravaté d'avoir ce joli mot d'enfant en passant devant l'avant-scène déjà encombré de spectateurs raptés dans la salle pour "faire plus interactif", qu'excitait au mégaphone la troupe des hirsutes macaignien  : "Ce sont des intermittents ?"

Non. C'étaient des permanents, de solides et remarquables permanents capables de gueuler comme des camelots pendant plus de trois heures et trente minutes, tout en recevant moult choses sur la tête et force claques de la part de leurs partenaires.

Théâtre physique, n'accordant aucun répit aux acteurs sauf pour qu'ils puissent savourer les gros morceaux de bravoure souvent réussis que leur impose leur mentor , "Idiot !" au sous-titre poétique "Parce que nous aurions dû nous aimer", est un bazar qui contient des trésors parmi beaucoup de babioles sans valeur.

On aimerait donc que le cinéaste du viscéral "Ce qu'il restera de nous", ce vrai court moment de beauté anarchiste, se discipline un peu, évite la complaisance du faux "jeunisme", s'astreigne à la discipline de ne pas répéter plusieurs fois les mêmes dispositifs.

En clair, ramassé en deux heures, son spectacle gagnerait en intensité, éviterait bien des potacheries et pourrait gagner en émotion, alors que dans cette version longue, tout se perd dans un brouhaha inutilement destroy et finalement très niais.

Et puis, une version plus courte lui permettrait de rassembler ses idées, et accessoirement celles de Dostoievski, et surtout de ne pas finir sur "Avec le temps", le plus cucul des poncifs consensuels, que le théâtre le plus bêtement "bourgeois" n'oserait plus proposer et que Léo Ferré lui-même, à la fin de sa vie d'éternel jeune lion rugissant, se maudissait d'avoir osé écrire pour tirer des larmes à Margot.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 février 2024 : Au soleil ou sous la pluie

Que ce soit en terme de météo ou de géopolitique, on ne sait plus sur quel pied danser. Mais quand même continuons de danser parce que si que restera-t-il ? Voici notre sélection hebdomadaire pour se changer les idées.

Du côté de la musique:

"La lune sera bleue" de Aline
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest
"Tindersticks, les reprises" nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
et toujours :
Akira & Le Sabbat, Les Vulves Assassines en live au Cargö de Caen
"Ferel" de Fuzeta
quoi de neuf du côté de Gad Zukes - Sweet Needles - Johnnie Carwash - Chasing Daisy
"Colère" de Lox
"Colors" de Royal Pantone
"Part time believer" de The Strumbellas
et toujours :
quoi de neuf du côté des clips ? avec Down To The Wire - Karkara - 20 Seconds Falling Man - Little Odetta
"Le cap" de For The Hackers
"For the hive" de Last Quarter
rencontre avec Nicolas Jules lors de son passage au Poly'Sons de Montbrison
"Hell, fire and damnation" de Saxon
"La société de préservation du roseau" de The Reed Conservation Society

et toujours :
"Time whispers" de Back and Forth
"Distances" de Bertille
"Ce que la nuit" de Kloé Lang
"Première nuit" de Lucas Lombard
"Big Sigh" de Marika Hackman
"Credo" de Pierre de Bethmann
"Relapse" de Venus Worship

Au théâtre

les nouveautés de la semaine :

"Holyshit !" au Théâtre de La Reine Blanche
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" au Théâtre de La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec le film de la semaine "Universal Theory" de Timm Kroger
et toujours:
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=