Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gouttes d'eau sur pierres brûlantes
Théâtre de Belleville  (Paris)  octobre 2014

Comédie dramatique de Rainer Werner Fassbinder, mise en scène de Hugo Bardin, avec Antonin Chalon (en alternance Alexis Gilot), Marie Petiot, Emmanuel Rehbinder et Kameliya Stoeva.

Qui penserait que Fassbinder n'a pas vingt ans quand il écrit "Gouttes d'eau sur pierres brûlantes" en 1963 ?

Dans cette première pièce, qu'il ne montera pourtant jamais, se trouvent tous les thèmes de son œuvre et plus encore cette énergie dans l'excès qui va la caractériser.

Pour réveiller l'Allemagne endormie dans son cauchemar qu'elle prétend oublier à l'Ouest dans le rêve marchand d'un capitalisme mal dénazifié, Rainer Werner Fassbinder va user sa vie à construire en moins de vingt ans une gigantesque somme où tout fait sens et se répond. Ainsi, s'il quitte très vite ses habits d'expérimentateur théâtral pour la tenue de cinéaste néo-classique avide de mélodrames, il ne s'agit pour lui que de faire du théâtre par un autre moyen qui lui garantit un rayonnement universel.

Trente ans après sa disparition, Fassbinder n'est pas un "classique" comme les autres. Car s'il a cassé bien des codes, ce n'était pas par simple nihilisme, mais pour renouveler et transfigurer des genres dont il respectait les formes.<

Propice à bien des contresens, Fassbinder est donc difficile à appréhender aujourd'hui où, à l'image récente de Gwenaël Morin, on le tire vers la dérision, la chose qu'il exécrait le plus.

Cette tentation, Hugo Bardin l'évite de justesse. Partant de la version cinématographique de "Gouttes d'eau sur pierres brûlantes", tournée en 1999 par François Ozon, il revient partiellement sur la lecture ludique et dédramatisée que l'auteur de "Potiche" donnait du texte de Fassbinder.

Certes, ici aussi, on va danser, mais le final ne mime pas une comédie musicale, et si le tango version Piazzolla choisi par Hugo Bardin apporte de l'ironie, il est aussi porteur d'échos mélodramatiques. L'histoire de Franz, garçon perdu assoiffé d'amour et piégé dans le confort bourgeois de Léopold, est donc infiniment plus fassbindérienne que dans la version Ozon. Hugo Bardin penche pour le drame, même si c'est un drame en pointillé.

Ce qui manque ici, c'est sans doute un peu de métier aux comédiens pour suppléer les "faiblesses" d'un texte que son auteur a quand même désavoué en ne le réutilisant pas d'une manière ou d'une autre dans son œuvre protéiforme.

La scène liminaire, celle où Léopold drague "off" Franz, seul présent sur scène, en le soumettant à un feu de questions, est assez théorique, voire artificielle. L'arrivée d'Anna, l'ex-petite amie de Franz, relance l'intrigue, mais pas suffisamment, et Fassbinder est contraint de reprendre le même procédé avec cette fois, l'entrée en scène de Véra, ex-partenaire transsexuel de Léopold.

L'introduction de ce personnage marque la césure entre Fassbinder et Ozon. Dans le film, Anna Thomson fait partire en vrille le récit "trop sage" de Fassbidner. Hugo Jardin rectifie le tir mais a peut-être tort de faire interpréter à sa Véra le "Libertango" d'Astor Piazzolla immortalisé par Grace Jones.

En définitive, Hugo Bardin ne trahit pas les intentions supposées de Fassbinder, et se sort honorablement d'un exercice compliqué consistant à se situer à égale distance entre une pièce imparfaite non jouée et un film brillant mais surjoué.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 décembre 2021 : Ca sent le sapin

C'est bientôt Noël ! ça sent le sapin dans les maisons et les appartements, il ne vous reste plus qu'à vous inspirer de notre sélection culturelle pour y glisser quelques beaux cadeaux dessous. Voici donc notre sélection et bien entendu le replay de la MAG #38

Du côté de la musique :

"Le cirque de consolation" de Léonie Pernet
"Elements" de Thomas Gonzalez Trio
"Pensées rotatives" de Théo Girard
"Ins & outs" de Skalli
"Ilium - Complexe" de Pierre de Bethmann
"Juste derrière toi" de Ottis Coeur
"Jonathan Richman & The Modern Lovers" est le thème de la nouvelle émission de Listen In Bed
"Still moving" de Justin Adams & Mauro Durante
"Last of the fishing days" de Jérôme Piétri
"Concerto pour piano en ré mineur, Sonates pour violon de Brahms" de Geoffroy Couteau et Amaury Coeytaux
"Tuberose" de Amanda Lear
et toujours :
"Voltiges" de Tristan Pfaff
"Tormenta" de Sweet Needles
"Padre padrone" de Nicolas Paugam
"Merci bisou" de Monokini
"En la selva numerica" de Mekanik Kantatik
"Little odetta" de Little Odetta
"Galles / Ecosse" le mix de la semaine de Listen In Bed
"Excuse my french" de Julien Bouchard
"Gottfried von der Goltz - Concerti all'arrabbiata" de Freiburger Barockorchester
"Bardainne Jaumet" de Bardainne Jaumet
Maidavale et Cavale en concert au Fil

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Music-Hall" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Belles Amies" au Théâtre du Roi René
"My dead bird" au Théâtre Les Déchargeurs
"100% Marianne" au Théâttre du Petit Gymnase
"J'ai toujours voulu faire bien" au Théâttre Les Déchargeurs
"Soixante minutes dans la vie d'une forêt" au Théâtre La Reine Blanche
les reprises :
"Là-bas - Chansons d'aller-retour" au Théâtre Le Local
"Les dézingués du vocal" à la Comédie Bastille
"Opérapiécé" au Théâtre Le Lucernaire
et les autres spectacles à l'affiche en décembre

Expositions :

"Alexej von Jawlensky - La promesse du visage" à La Piscine à Roubaix
"Jean-Jacques Henner, dessinateur" au Musée des Beaux-Arts de Mulhouse
et les autres expositions à l'affiche en décembre

Cinéma :

la semaine cinéma en 5 bandes-annonce
en streaming gratuit avec :
"Toni Erdman" de Toni Erdmann
un spécial Espions avec :
"Espions" de Nicolas Saada
"Le Dossier 51" de Michel Deville
"L'espion de la dernière chance" de Werner Klinger
"Mata Hari, Agent H21" de Jean-Louis Richard

Lecture avec :

"3 minutes pour comprendre la 2de guerre mondiale" de Benoit Rondeau
"47 cordes, première partie" de Timothé Le Boucher
"Les détectives sauvages" de Roberto Bolano
et toujours :
"American predator" de Maureen Callahan
"Je suis l'abysse" de Donato Carrisi
"La première guerre mondiale dans le pacifique" de Maxime Reynaud
"Le cabanon à l'étoile" de Hélène Legrais
"Rock'n'roll justice" de Fabrice Epstein

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=