Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gouttes d'eau sur pierres brûlantes
Théâtre de Belleville  (Paris)  octobre 2014

Comédie dramatique de Rainer Werner Fassbinder, mise en scène de Hugo Bardin, avec Antonin Chalon (en alternance Alexis Gilot), Marie Petiot, Emmanuel Rehbinder et Kameliya Stoeva.

Qui penserait que Fassbinder n'a pas vingt ans quand il écrit "Gouttes d'eau sur pierres brûlantes" en 1963 ?

Dans cette première pièce, qu'il ne montera pourtant jamais, se trouvent tous les thèmes de son œuvre et plus encore cette énergie dans l'excès qui va la caractériser.

Pour réveiller l'Allemagne endormie dans son cauchemar qu'elle prétend oublier à l'Ouest dans le rêve marchand d'un capitalisme mal dénazifié, Rainer Werner Fassbinder va user sa vie à construire en moins de vingt ans une gigantesque somme où tout fait sens et se répond. Ainsi, s'il quitte très vite ses habits d'expérimentateur théâtral pour la tenue de cinéaste néo-classique avide de mélodrames, il ne s'agit pour lui que de faire du théâtre par un autre moyen qui lui garantit un rayonnement universel.

Trente ans après sa disparition, Fassbinder n'est pas un "classique" comme les autres. Car s'il a cassé bien des codes, ce n'était pas par simple nihilisme, mais pour renouveler et transfigurer des genres dont il respectait les formes.<

Propice à bien des contresens, Fassbinder est donc difficile à appréhender aujourd'hui où, à l'image récente de Gwenaël Morin, on le tire vers la dérision, la chose qu'il exécrait le plus.

Cette tentation, Hugo Bardin l'évite de justesse. Partant de la version cinématographique de "Gouttes d'eau sur pierres brûlantes", tournée en 1999 par François Ozon, il revient partiellement sur la lecture ludique et dédramatisée que l'auteur de "Potiche" donnait du texte de Fassbinder.

Certes, ici aussi, on va danser, mais le final ne mime pas une comédie musicale, et si le tango version Piazzolla choisi par Hugo Bardin apporte de l'ironie, il est aussi porteur d'échos mélodramatiques. L'histoire de Franz, garçon perdu assoiffé d'amour et piégé dans le confort bourgeois de Léopold, est donc infiniment plus fassbindérienne que dans la version Ozon. Hugo Bardin penche pour le drame, même si c'est un drame en pointillé.

Ce qui manque ici, c'est sans doute un peu de métier aux comédiens pour suppléer les "faiblesses" d'un texte que son auteur a quand même désavoué en ne le réutilisant pas d'une manière ou d'une autre dans son œuvre protéiforme.

La scène liminaire, celle où Léopold drague "off" Franz, seul présent sur scène, en le soumettant à un feu de questions, est assez théorique, voire artificielle. L'arrivée d'Anna, l'ex-petite amie de Franz, relance l'intrigue, mais pas suffisamment, et Fassbinder est contraint de reprendre le même procédé avec cette fois, l'entrée en scène de Véra, ex-partenaire transsexuel de Léopold.

L'introduction de ce personnage marque la césure entre Fassbinder et Ozon. Dans le film, Anna Thomson fait partire en vrille le récit "trop sage" de Fassbidner. Hugo Jardin rectifie le tir mais a peut-être tort de faire interpréter à sa Véra le "Libertango" d'Astor Piazzolla immortalisé par Grace Jones.

En définitive, Hugo Bardin ne trahit pas les intentions supposées de Fassbinder, et se sort honorablement d'un exercice compliqué consistant à se situer à égale distance entre une pièce imparfaite non jouée et un film brillant mais surjoué.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=