Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gouttes d'eau sur pierres brûlantes
Théâtre de Belleville  (Paris)  octobre 2014

Comédie dramatique de Rainer Werner Fassbinder, mise en scène de Hugo Bardin, avec Antonin Chalon (en alternance Alexis Gilot), Marie Petiot, Emmanuel Rehbinder et Kameliya Stoeva.

Qui penserait que Fassbinder n'a pas vingt ans quand il écrit "Gouttes d'eau sur pierres brûlantes" en 1963 ?

Dans cette première pièce, qu'il ne montera pourtant jamais, se trouvent tous les thèmes de son œuvre et plus encore cette énergie dans l'excès qui va la caractériser.

Pour réveiller l'Allemagne endormie dans son cauchemar qu'elle prétend oublier à l'Ouest dans le rêve marchand d'un capitalisme mal dénazifié, Rainer Werner Fassbinder va user sa vie à construire en moins de vingt ans une gigantesque somme où tout fait sens et se répond. Ainsi, s'il quitte très vite ses habits d'expérimentateur théâtral pour la tenue de cinéaste néo-classique avide de mélodrames, il ne s'agit pour lui que de faire du théâtre par un autre moyen qui lui garantit un rayonnement universel.

Trente ans après sa disparition, Fassbinder n'est pas un "classique" comme les autres. Car s'il a cassé bien des codes, ce n'était pas par simple nihilisme, mais pour renouveler et transfigurer des genres dont il respectait les formes.<

Propice à bien des contresens, Fassbinder est donc difficile à appréhender aujourd'hui où, à l'image récente de Gwenaël Morin, on le tire vers la dérision, la chose qu'il exécrait le plus.

Cette tentation, Hugo Bardin l'évite de justesse. Partant de la version cinématographique de "Gouttes d'eau sur pierres brûlantes", tournée en 1999 par François Ozon, il revient partiellement sur la lecture ludique et dédramatisée que l'auteur de "Potiche" donnait du texte de Fassbinder.

Certes, ici aussi, on va danser, mais le final ne mime pas une comédie musicale, et si le tango version Piazzolla choisi par Hugo Bardin apporte de l'ironie, il est aussi porteur d'échos mélodramatiques. L'histoire de Franz, garçon perdu assoiffé d'amour et piégé dans le confort bourgeois de Léopold, est donc infiniment plus fassbindérienne que dans la version Ozon. Hugo Bardin penche pour le drame, même si c'est un drame en pointillé.

Ce qui manque ici, c'est sans doute un peu de métier aux comédiens pour suppléer les "faiblesses" d'un texte que son auteur a quand même désavoué en ne le réutilisant pas d'une manière ou d'une autre dans son œuvre protéiforme.

La scène liminaire, celle où Léopold drague "off" Franz, seul présent sur scène, en le soumettant à un feu de questions, est assez théorique, voire artificielle. L'arrivée d'Anna, l'ex-petite amie de Franz, relance l'intrigue, mais pas suffisamment, et Fassbinder est contraint de reprendre le même procédé avec cette fois, l'entrée en scène de Véra, ex-partenaire transsexuel de Léopold.

L'introduction de ce personnage marque la césure entre Fassbinder et Ozon. Dans le film, Anna Thomson fait partire en vrille le récit "trop sage" de Fassbidner. Hugo Jardin rectifie le tir mais a peut-être tort de faire interpréter à sa Véra le "Libertango" d'Astor Piazzolla immortalisé par Grace Jones.

En définitive, Hugo Bardin ne trahit pas les intentions supposées de Fassbinder, et se sort honorablement d'un exercice compliqué consistant à se situer à égale distance entre une pièce imparfaite non jouée et un film brillant mais surjoué.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 octobre 2020 : Tous aux abris

Couvre feu encore plus contraint, nouveau confinement, tout est possible et tout est à craindre pour la culture. Restons groupés comme dirait Bernard Lenoir. Nous continuons évidemment de vous proposer chaque semaine notre sélection culturelle. Et bien entendu, découvrez le replay de La Mare Aux Grenouilles #13 de ce samedi 24 octobre

Du côté de la musique :

"Labyrinth" de Khatia Buniatishvili
"Contrasts", la 3eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Dreamer" de Rosaway
"No future" de Samarabalouf
"Verdure" de The Hyènes
"Got the manchu" de We Hate You Please Die
et toujours :
"Armand-Louis Couperin : pièces de clavecin" de Christophe Rousset
"Ce qui suit" de Mondo Cane
"Awaiting ship" de Dominique Fillon Augmented Trio
"Soné ka-la 2 odyssey" de Jacques Schwarz Bart
"Killing Eve + Australie" nouveau mix de Listen in Bed
"LP2" de Pointe Du Lac
"Jorn" de Box Bigerri

Au théâtre :

une nouveauté :
"Tout Dostoievski" au Théâtre Le Lucernaire
des comédies pour rire et sourire :
"On purge bébé" au Théâtre de l'Atelier
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Dernier coup de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"De quoi j'me mêle" au Théâtre d'Edgar
"Mon meilleur copain" au Palais des Glaces
les reprises :
"Françoise par Sagan" au Théâtre L'Archipel
"Caroline Loeb - Chiche !" au Théâtre L'Archipel
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Vous pouvez ne pas embrasser la mariée" à la Comédie des 3 Bornes
"Des Femmes" au Lavoir Moderne Parisien
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Voyage sur la route du Kikosaido - De Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernushi
"Pierre Dac - Du côté d'ailleurs" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa

Cinéma :

en salle :
"Une vie secrète" de Aitor Arregi, Jon Garano et José Mari Goenaga
"L'Avventura" de Michelangelo Antonioni
at home :
"India Song" de Marguerite Duras
"Au bout du conte" de Agnès Jaoui
"L'effet aquatique" de Solveig Anspach
"Pourquoi tu pleures ?" de Katia Lewkowicz
"Henri" de Yolande Moreau
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert

Lecture avec :

"Le dérèglement joyeux de la métrique amoureuse" de Mathias Malzieu & Daria Nelson
"Le proche orient" de Catherine Saliou
"Mondes en guerre - tome 3 : Guerres mondiales et impériales, 1870-1945" de André Loez
et toujours :
"L'ange rouge" de François Médéline
"Le prix de la vengeance" de Don Wislow
"De Gaulle, stratège au long cours" de François Kersaudy
"Georges Clemenceau, lettres d'amérique" de Patrick Weil et Thomas Macé
"Justice de rue" de Kris Nelscott
"Plus fort qu'elle" de Jacques Expert

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=