Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lili Rose
Bruno Ballouard  octobre 2014

Réalisé par Bruno Ballouard. France. Comédie. 1h30 (Sortie le 22 octobre 2014). Avec Salomé Stévenin, Mehdi Dehbi, Bruno Clairefond, Thomas Chabrol, Xavier Robic et Catherine Jacob.

Enfin un film indépendant français sans Vincent Macaigne ! Ouf ! Bruno Ballouard, pour son premier long-métrage, ne s'est pas laissé vampiriser par le barbu le plus célèbre dans le microcosme du jeune cinéma officiel.

Pour le grand retour du "road-movie" à la française, il a préféré une triplette d'acteurs "frais" et "dispos" avec à leur tête, non pas un néo-brechtien qui se gratte ses cheveux sales, mais un type rigolard, moustachu, avec quelque chose de l'insolence ahurie de Patrick Dewaere et un petit rien du jeune Giraudeau de "Viens chez moi, j'habite chez une copine".

Il s'appelle Bruno Clairefond et a, en plus, déjà le début du nez de Seymour Cassel, ce qui suppose qu'à l'instar de Xavier, son personnage, il ne suce pas que de la glace, et qu'il y a en lui aussi un soupçon de proximité avec l'univers de John Cassavetes.

Bruno Ballouard sera évidemment content que son film sympa, ni trépidant ni languissant, suggère autant de références. Il doit aussi s'attendre à un rapprochement, par forcément juste, avec le Bertrand Blier du début, alors que "Lili Rose" fait plus penser au premier film de Xavier Durringer, "La nage indienne", le souci de l'écriture qui s'écoute en moins.

Car "Lili Rose" est avant tout un film libre où glander est érigé en doctrine sans discours, en art de vivre au jour le jour, une bière dans une main, le volant d'une caisse pourrie, mais sympathique, promue quatrième personnage du trio, dans l'autre. Mine de rien, Bruno Ballouard fait cohabiter un instant dans un joli périple vers la mer deux manières de filer vers la trentaine.

Salomé Stévenin, jeune cadresse promise aux postes de décision, se rallie l'espace d'une virée au mode de vie de l'étudiant en rupture d'études et de son copain beur bien assimilé dans la société française puisqu'il se permet le luxe de la marginalité tranquille.

Sur leur route, ils croiseront Thomas Chabrol en personnage de clochard céleste directement issu de tout un autre cinéma de la paresse heureuse auquel Ballouard rend également hommage sans trop en faire... On pense alors à Joël Séria, Claude Faraldo et au papa de Salomé Stévenin, Jean-François, et l'on inscrit illico cettre tranche cinématographique joyeuse et dénuée de toute prétention aux côtés de "Deux Lions au soleil" ou de "Double messieurs".

Avec "Lili Rose" de Bruno Ballouard, l'anarchisme au cinoche reprend des couleurs. À l'inverse de ses devanciers cités, il n'a pas besoin d'être provocateur, mais simplement évocateur.

Deux gars et une fille, depuis le sentencieux François Truffaut on sait ce qu'il en advient. Le petit plus "moderne" de Ballouard sur Truffaut ou Faraldo est de ne pas en faire ni un drame ni un vaudeville.

Ici, le triolisme n'est pas une figure décidée, pensée, théorisée, mais un appel irrésistible de la sensualité dans des circonstances exceptionnelles où la liberté l'emporte sur la raison et l'appartenance sociale...

Salomé Stévenin est parfaite quand elle se lâche et Ballouard évite le scabreux, on pourrait presque dire avec élégance.

Qu'adviendra-t-il de lui après "Lili Rose" ? Saura-t-il aller ailleurs ou se condamne-t-il à la même marginalité que tous ceux qui se sont aventurés trop loin hors des chemins trop rebattus du cinéma français ?

Tout cela est une autre histoire. Pour l'instant, il faut refuser le cinéma climatisé qui règne et venir savourer "Lili Rose" de Bruno Ballouard et commencer à retenir le nom de Bruno Clairefond. On lui prédit un grand destin qui, fatalement lui fera bientôt croiser la route de Vincent Macaigne...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras

Cet été indien qui s'annonce n'est pas désagréable et apporte un peu de joie dans cette année bien triste. Plus modestement, voici notre sélection culturelle de la semaine pour vous réjouir, espérons-le, avec évidemment le traditionnel replay de la Mare Aux Grenouilles #10 toute fraiche

Du côté de la musique :

"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre
et toujours :
"Comme un ours" de Alexis HK
"Love songs" de Inflatable Dead Horse
"Charango" de Lisza
"Woman Soldier" de Morgane Ji
"Beethoven : Waldstrein & Hammerklavier" de Théo Fouchenneret

Au théâtre :

les nouveautés :
"Bananas (and the kings)" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le Nez" au Théâtre 13/Jardin
"Un conte de Noël" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Un Ennemi du peuple" au Théâtre de Belleville
les reprises :
"Edmond" au Théâtre du Palais Royal
"Une Ombre dans la nuit" au Théâtre du Guichet-Montparnasse

"Derniers coups de ciseaux" au Théâtre des Mathurins
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Mon dîner avec Winston" au Théâtre du Rond Point
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Grand Point Virgule

"Alexandra Pizzagali - C'est dans la tête" au Théâtre du Marais
"Olivia Moore - Egoïste" à la Comédie de Paris
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

"Yves Klein, l'infini du bleu" à l'Atelier des lumières
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Les Choses qu'on dit, les choses qu'on fait" d'Emmanuel Mouret
"Adolescentes" de Sébastien Lifshitz
at home :
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'ete" de Lina Wertmüller
"Volt" de Tarek Ehlail
"Les Héritiers" de Marie-Castille Mention-Schaar
"Les Guichets du Louvre" de Michel Mitrani
"Chambre 666" de Wim Wenders
et des curiosités:
"Impressions de la Haute Mongolie (Hommage à Raymond Roussel)" de Salvador Dali
"The Confessions of Robert Crumb" de Terry Zwigoff
"L'Homme à la camréa" de Dziga Vertov

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen
et toujours :
"Churchill" de Andrew Roberts
"Des vies à découvert" de Babara Kingslover
"La chasse aux âmes" de Sophie Blandinières
"La discrétion" de Faiza Guene
"La grâce" de Thibault de Montaigu
"La préhistoire, vérités et légendes" de Eric Pincas
"Le lièvre d'Amérique" de Mireille Gagné
"Le monde du vivant" de Florent Marchet
"Qui sème le vent" de Marieke Lucas Rijneveld

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=