Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Indolore
Interview  (Paris)  mardi 23 septembre 2014

Découvert chez Froggy 's Delight en 2004 au sein du groupe Shine, Guillaume Simon nous revient avec un nouveau projet. Plus personnel, Indolore se présente avec la délicatesse d'un premier amour et la sagesse d'un puits sans fond. Insondable, mystérieux et poétique, son premier EP intitulé Positive Girls, charme à l'aide d'une simple guitare et d'une faconde passionnée. L’homme nous a invité chez lui pour une session intimiste et s’est plié à nos questions. Rencontre.

Peux-tu nous conter la genèse de Indolore ?

Guillaume Simon : C’est né au bout d’une transition dans ma vie, une séparation, un nouvel équilibre à atteindre en même temps que la fin de Shine. Des portes se sont ouvertes et d’autres se sont fermées. Indolore est venu de là, avec l’envie de raconter des émotions en chanson.

Il y a une volonté expiatoire derrière Indolore ?

Guillaume Simon : Surtout une volonté de se faire du bien.

Comment s’est passée ta transition de musique pop à folk, sachant que la musique jazz était ton premier amour ?

Guillaume Simon : J’avais un quartet de jazz, j’ai été à fond dedans, vers mes 20 ans, j’adore cette musique mais c’est plus du tout ma façon de m’exprimer maintenant. J’ai voulu vraiment m’exprimer de façon plus simple. Ma musique est devenue très épurée, avec mes limites à la guitare ou à la voix, quelque chose de vraiment plus proche de moi.

Donc, le jazz, ton premier amour, n’est plus assez proche de toi ?

Guillaume Simon : Je me cherche encore, mais j’ai l’impression qu’Indolore – au moment auquel j’ai enregistré – est ce qui est le plus en phase avec moi. Peut-être parce que je peux le jouer tout seul, je n’ai pas besoin des autres.

Tu as parlé de tes limites, tu as joué longtemps dans un groupe (NDLR : Shine), est-ce que tu as aussi plus de liberté maintenant, ne serait-ce qu’au niveau artistique ?

Guillaume Simon : Plus de liberté, mais aussi plus de responsabilité ! Sur scène, on est seul, c’est un gros changement pour moi.

Tu as commencé à écrire avec Shine, est-ce qu’écrire pour soi seul est plus dur ?

Guillaume Simon : C’est moins facile, avant je pouvais écrire avec une fréquence plus importante. Pourtant avec Indolore, sur cet EP ce sont sûrement mes meilleures chansons sur quatre ans, celles que j’ai encore l’envie de jouer. C’est pareil pour l’orchestration, j’ai voulu garder les choses simples.

Justement, Positive Girl est un EP à l’instrumentalisation simple, pourtant on devine sur certains titres, comme "The Way She Let Her Hair Down" sur lequel il y a un passage sombre et qui n’est pas du tout joué à la guitare.

Guillaume Simon : Si je suis parti de la base guitare / voix, j’ai eu tendance à construire dessus. Ensuite il y a plusieurs passages, des variations sur lequel je me suis permis de complexifier un minimum. Mais chacun des titres possèdent une part d’ombre et de lumière, j’aime bien les nuances et peut-être sont-elles issues de mes limites en guitare et voix.

Sur cet EP tu as aussi un titre qui arrive en clôture, comme une petite surprise, "Je rêve d’é".

Guillaume Simon : A chaque fois que j’ai fait un disque, même avec Shine, on a toujours eu un ou deux titres en français. C’est né d’une envie de me défier dans mon identité francophile. A la base, ce titre je l’ai imaginé dans un yaourt portugais et au final les paroles me sont venues en français très rapidement. Et même si les paroles sont très naïves, ce sont sans doute mes préférées.

Est-ce que ce ne serait pas le français qui induit cette naïveté ?

Guillaume Simon : Je ne sais pas, avec cette langue on peut vraiment se permettre de changer le sens de la phrase entre le début et la fin de celle-ci. C’est quelque chose que je ne peux pas faire en anglais.

Surtout que sur ce titre, tu joues énormément à chaque syllabe.

Guillaume Simon : Oui c’est quelque chose que tu peux te permettre seulement avec ta langue maternelle, même si je parle bien anglais. L’anglais est une langue plus explicite.

Tu as des formats assez courts sur l’EP, à l’exception de "Brighton Pier", titre sur lequel tu as une faconde assez imposante, c’est parce que tu t’y es amusé comme un petit fou ? (NDLR : Brighton Pier est un parc d’attraction portuaire en Grande Bretagne)

Guillaume Simon : J’y suis allé deux fois ! J’adore ce type de jetée que l’on trouve en Angleterre et en Californie parfois. Sauf qu’en Angleterre il n’y fait pas toujours beau, il y fait froid, c’est sombre et assez vieux. C’est une atmosphère assez particulière. Les anglais y sont très attachés, c’est très romantique. C’est aussi ça mon inspiration, une avancée, une jetée, aller au bout et sentir l’espace. C’est quelque chose que je n’aurai pas pu restituer en guitare / voix. C’est pour ça qu’on a d’abord la guitare puis basse batterie et orgues !

Les gens ont parfois tendances à voir la musique folk, comme un peu "veillotte", même si pour moi un bon titre en 1995 le sera toujours en 2014, est-ce que le fait que ta musique soit quand même un minimum sophistiquée, t'a permis d’offrir à ton EP une forme plus intemporelle ?

Guillaume Simon : Je suis plus dans l’esthétique folk qu’un chanteur folk qui raconte des histoires. J’ai été très inspiré par Nick Drake, et sa sophistication poétique très torturée. Mon disque est plus inspiré par le folk britannique que par celui américain, je n’ai pas la mentalité pour.

Retrouvez Indolore
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album After the rain de Indolore

En savoir plus :
Le site officiel de Indolore
Le Bandcamp de Indolore
Le Soundcloud de Indolore
Le Facebook de Indolore

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Indolore (23 septembre 2014)


# 21 juillet 2024 : La culture en forme Olympique

Avignon se termine et on fait le plein de spectacles formidables que nous avons découverts au festival OFF. Un peu de musique, des festivals, de quoi passer un bon été, sportif ou non ! Et pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

Festival des Vieilles Charrues #32 et toutes les photos sur Taste Of Indie
retour sur le Hellfest #17 avec Green Lung, Houle, Satyricon et beaucoup d'autres
Festival Chauffer dans la Noirceur #32 :
le vendredi avec Mike Love, Gogol Bordello, Psychotic Monks et d'autres
le samedi avec TTrruuces, Faada Freddy, Slift et quelques autres
"In the sky wirh" Gérard Loussine
"Summer sampler #11" de Howlin' Banana Bands
"Mesdames" de Mesdames
2 petites découvertes : Alfs et Harun
et toujours :
"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Toutes les choses géniales" au Théâtre La Condition des Soies
"Agathe Royale" au Théâtre des Gémeaux
"Comme on brûle encore" au Théâtre du Cabestan
"Entrée des artistes" au Théâtre des Halles
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corp" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chappelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :
"Gondola" de Veit Helmer
"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini
un DVD avec "Berlin boys" de David Wnendt
"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé
"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat
"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=