Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Mission
Théâtre de la Colline  (Paris)  novembre 2014

Partition de Heiner Muller, mise en scène de Michael Thalheimer, avec Charlie Nelson, Claude Duparfait, Noémie Develay-Ressiguier, Stefan Konarske et Jean-Baptiste Anoumon.

A proprement parler, "La Mission" n'est pas une pièce de théâtre mais un texte compact d'Heiner Muller, entrecoupé de grandes tirades solennelles des trois personnages centraux, avec parfois quelques dialogues quand deux d'entre eux, par exemple, "singent" Robespierre et Danton.

Heiner Muller, de plus, s'appuie fortement sur la nouvelle d'Anna Seghers, "La lumière sur le gibet", ce qui signifie que "La Mission", texte écrit en 1981, appartient idéologiquement à un temps - maintenant lointain - où la Révolution française avait un sens... révolutionnaire, où un camp progressiste s'opposait à un camp réactionnaire ouvertement contre-révolutionnaire.

Les trois membres de la Convention qui sont envoyés en Jamaïque pour pousser les esclaves à la révolte se retrouvent soudain confrontés au retournement de l'Histoire avec la contre-révolution napoléonienne, et sa première conséquence pour les Colonies : le retour au régime d'avant 1789, c'est-à-dire, le rétablissement de la traite des Noirs et de l'esclavage.

À l'heure où le libéralisme a pénétré les têtes avec comme idéologie principale la confusion des idées, adapter le texte d'Heiner Muller et surtout en garder le sens initial est une gageure.

Michaël Thalheimer s'est donc réfugié dans une machinerie néo-expressionnisme où domine le noir, le gris avec parfois quelques coulées de rouge sang, sans oublier le blanc lumineux de "l'ange du désespoir". Il s'agit bien d'un combat, mais d'un combat plus moral que politique, d'un combat entre le bien et le mal.

Dans une mise en scène qui tient plus de l'opéra que du théâtre, Michaël Thalheimer amplifie la contradiction entre l'universalisme "français" du sujet et l'expressionnisme "allemand" de son traitement.

Derrière les personnages qui dissertent de la Révolution et de sa dilution, il y a une espèce de roue qui pourrait provenir de "Métropolis", dont l'essentiel est sous la scène et dont on ne distingue que des "marteaux" qui apparaissent d'un côté de la scène et disparaissent lentement de l'autre, symbolisant le retour inexorable des temps anciens...

Ce dispositif sera un instant anéanti par l'irruption d'un homme en costume moderne qui se servira de cette roue comme monte-charge : c'est l'épisode "obscur" de "l'homme dans l'ascenseur" annonçant peut-être qu'aux temps de l'oppression succèderont des temps d'une infinie solitude.

En conservant la langue allemande pour ce récit, Michaël Thalheimer en fait une interprétation assez osée puisqu'il pousse son acteur dans une tirade "hitlérienne" plus dans l'éructation que dans la désolation.

Dès lors, on peut légitimement se perdre en conjectures sur le sens à donner au texte très didactique de Heiner Muller, surtout quand il se pare de symboles, comme celui d'un ange très "Ailes du Désir" de Wim Wenders...

D'une beauté formelle indéniable, joué par des acteurs aussi habités que concernés, "La Mission" laisse cependant dubitatif. De Müller et de son texte qui traitait de la tristesse de voir toujours trahie la révolution, il ne reste qu'un beau chant poétique, loin de toute prophétie politique, un constat qui est lui aussi une forme de trahison.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=