Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Ting Tings
Super Critical  (Finca Records)  novembre 2014

Tiens tiens, revoilà les Ting Tings. Depuis le hit planétaire de 2008 "Shut up and let me go" (extrait de l’inaugural We started nothing, numéro un en Angleterre et vendu à près de deux millions d’exemplaires), c’est pourtant précisément ce qu’on leur demandait. Quatre autres petits tubes d’électro-pop eighties et de dance-rock et puis s’en vont… après autant de millions de singles vendus ("Great DJ", "That’s not my name", "Be the one", "We walk").

La faute aux Sounds from Nowheresville, un titre qui résume moins la vacuité de leur inspiration au moment de franchir le cap fatidique du second effort, que leur volonté de faire table rase d’un passé devenu trop lourd à porter. À en juger par la pochette, le duo indie pop mancunien était mort ou presque, zombifié par leur label (Columbia) et son appétit de bis repetita. Une pression à laquelle Jules De Martino et Katie White avaient répondu par un pied de nez, ou plutôt un grand écart entre R’n’B et techno cheap (le morceau "Hands" produit par Calvin Harris), aussi maladroit que douloureux pour nos oreilles. Un échec critique et commercial.

Revenus de nulle part, ces sauvageons adeptes du Do it yourself et de l’autodérision sont allés voir ailleurs en gardant pour seul fil conducteur, le dancefloor. Mais avec le disco-funk éculé de Super Critical, The Ting Tings tend la barre de lap-dance pour se faire battre. Un énième virage musical négocié en six mois depuis Ibiza avec la complicité d’Andy Taylor, guitariste de Duran Duran, qui comporte toutes les caractéristiques du Reflex, stéréotypes, rapidité (neuf titres seulement), sans le côté involontaire. Comment ne pas voir dans ceux que l’on croyait jadis frondeurs, les nouveaux suiveurs opportunistes d’un style dont Daft Punk est légataire universel depuis 2013 ?

Soit une paire de sous "Get Lucky" ("Daughter", "Do it again"), lorsqu’il ne s’agit pas d’une tentative de plagiat ("Wrong Club") pillant au passage la légende du Phoenix (les gimmicks synthétiques de "Communication" et "Failure" empruntés au "Too young" des versaillais). Au cours de cet infortuneux hold-up, le groupe nous rend néanmoins la monnaie de notre pièce avec "Only love", seul billet doux susceptible de raviver la flamme des premiers émois.

Ensoleillé à défaut d’être original, cet album de vacances n’est finalement qu’une façon de prolonger l’été, ce qui n’est pas forcément désagréable. Mais nous ne sommes pas tombés de la dernière pluie.

En concert à la Flèche d’Or le 21 novembre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
The Ting Tings en concert au Festival La Route du Rock 2008
The Ting Tings en concert au Festival International Benicàssim 2008
The Ting Tings en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
The Ting Tings en concert à Paléo Festival #34 (2009)
The Ting Tings en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)

En savoir plus :
Le site officiel de The Ting Tings
Le Soundcloud de The Ting Tings
Le Myspace de The Ting Tings
Le Facebook de The Ting Tings


Christophe Gatschiné         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=