Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Misanthrope
Théâtre de la Bastille  (Paris)  novembre 2014

Comédie de Molière, mise en scène de Thibault Perrenoud, avec Marc Arnaud, Mathieu Boisliveau, Chloé Chevalier, Caroline Gonin, Eric Jakobiak, Guillaume Motte, et Aurore Paris.

Y a-t-il une "police" du théâtre qui a pour mission de contrôler que les metteurs en scène respectent un "cahier des charges" bien précis ? C'est ce qu'on pourrait croire à la vue de la version du "Misanthrope" de la Compagnie Kobal't, mise en scène par Thibault Perrenoud.

D'abord, comme souvent cette saison, les spectateurs entourent la scène réduite à un espace rectangulaire avec quelques buffets où les acteurs pourront se fournir en eau ou en vodka, sans oublier les chamallows qu'ils n'hésiteront pas à lancer ou à recracher sur leurs camarades.

En outre, ces bouteilles ou ces chips auront une fonction "macaignienne" et pourront valdinguer quand les personnages seront colère. On précisera également que les protagonistes s'accorderont quelques privautés avec le public parmi lequel ils viendront se réfugier ou à qui ils lanceront quelques objets, un bouquet de fleurs notamment.

Doivent aussi être présentes, sous peine peut-être de ne pas répondre aux normes conventionnelles, des "platines" ou des ordinateurs qui déverseront une musique un peu postérieure à celle de Lully, en l'occurrence des chansons de Michael Jackson et de Madonna.

Enfin, et surtout, le héros devra montrer sa "quéquette", dixit Alceste qui s'acquitte lui-même et longuement de cette figure de style désormais obligatoire au théâtre : aligner des tirades sans forcément faire les liaisons ou respecter la métrique des vers mais forcément à poil.

Parsemé de ces tics d'époque, et, en prime, de quelques facéties vénielles, comme une imitation de Jacques Chirac par Marc Arnaud-Alceste, "Le Misanthrope" ne portera pourtant pas plainte pour "violences aggravées à chef-d'oeuvre".

Car, contrairement à des versions récentes, comme celle de Jean-François Sivadier, il n'y a pas une relecture abusive de la pièce. Alceste est bien un homme qui paie sa franchise et Célimène une vingtenaire encore immature, ce qui donne deux êtres passablement inadaptées à la société de cour où règne le paraître et le mensonge, dans un monde constamment sur ses gardes.

Dits par sept acteurs de grande qualité, les vers de Molière ne pourront guère se plaindre. Il en résulte que, malgré les incongruités décrites, et parfois aussi grâce à elles, le grand plus du travail de Thibault Perrenoud est de rendre très clair le texte de Molière et de permettre ainsi de comprendre facilement les enjeux de la pièce.

Rythmée, cette adaptation "bobo", où l'on voit Arsinoé cadenasser son mini-vélo, montre paradoxalement tout l'intérêt du "Misanthrope", pièce prenant pour héros des aristocrates et non des bourgeois, et décrivant elliptiquement comment la classe aristocratique vit la mise en place de l'absolutisme royal.

Il suggère aussi que "Le Misanthrope" est une grande pièce d'amour, peut-être d'un amour provisoirement impossible que le hors-champ de la pièce va transformer en définitivement impossible.

Marc Arnaud et Aurore Paris forment un couple "maudit" parfait. Ce n'est pas tous les jours que l'amour supposé purement platonique entre Alceste-Célimène est montré comme sensuel et gourmand et décrypté comme la victime d'intrigues de cour.

En espérant que les petits cochons et leurs effets faciles ne le mangeront pas, et qu'il saura canaliser son aisance au service des textes plus que du contexte, il faut féliciter Thibault Perrenoud pour son "Misanthrope". En l'agrémentant d'éléments vains de modernité, il cache pudiquement qu'il a conçu et réussi une œuvre plus classique qu'il n'y paraît.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=