Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Naguima
Janna Issabayeva  novembre 2014

Réalisé par Janna Issabayeva. Kazakhstan. Drame. 1h17 (Sortie le 26 novembre 2014). Avec Dina Tukubaeva, Galina Pianova, Maria Nejentseva et Aidar Mukhametzhanov.

Ceux qui n'aiment pas le "mélo bressonien" ne prendront pas le train "Naguima".

Il faut d'emblée écarter l'argument gros comme une maison qui peut être employé contre le film de Janna Issabaeva : un film quasi-muet et quasi sans mouvements d'appareil, très découpé, à l'histoire univoque et à l'argument mince comme le destin joué d'avance d'une orpheline, est un vieux procédé, souvent employé, qui impressionne sur la pellicule toujours le même film. Un film qui ressemble peu ou prou à "Mouchette", ce double chef-d'oeuvre de Bernanos et de Bresson.

Ceux qui n'aiment pas diront qu'après "Mouchette" c'est bien inutile d'en revenir à ce paquet d'infini malheur. Et c'est là qu'ils auront tort : "Naguima" n'est pas "Mouchette" et surtout pas une "Mouchette" kazakhe.

Certes, le destin de cette orpheline est aussi affreux que celui de sa soeur en souffrances française, mais Janna Issabaeva le démultiplie en trois, le situe dans les faubourgs d'un Tiers-monde mondialisé, et le mal qui s'y lit n'a pas derrière lui deux mille de paysannerie mal christianisée.

Dans "Naguima", tout remonte à quelques décennies d'après communisme, on parle russe et les orphelines ne rêvent pas d'un autre monde où règnent les anges. Ici, Dieu n'ose même pas proposer ses services et l'indifférence humaine est partout présente, tempérée par quelques gestes désordonnés de fraternité inutile entre les plus pauvres.

"Naguima" de Janna Issabaeva accumule les destins qui viennent se briser contre des déterminismes trop forts. Faute de soins parce que faute de papiers, on peut mourir en couches. Faute d'argent, on peut se prostituer avec un grand cœur pur. Faute d'une vie facile, on peut rejeter l'enfant qu'on n'a pas désiré et le guider vers le précipice.

Janna Issabaeva a construit un bloc de dureté où l'amour ne pourra jamais pénétrer et la scène entre Naguima et sa mère retrouvée atteint des sommets sur l'échelle de la cruauté psychologique. Alors, quand un bébé surgit dans cet océan de noirceur n'est-il pas condamné à une vie gâchée comme les générations de vie dont il est issu ?

"Naguima" de Janna Issabaeva est un film qui va inexorablement vers une fin insupportable. Ceux qui parlent de mélo n'auront rien compris. Ceux qui n'en ont pas parlé encore moins.

Devant ces images finales qu'on voudrait nier et que l'on pourra reprocher à Janna Issabaeva d'autant plus qu'elle est une femme, il faudra admettre que l'on est devant quelque chose d'une force indéniable, d'une force dépassant l'effroi cinématographique.

Un mélo bressonien, n'en déplaise...

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 novembre 2020 : Culture Globale

Ca y est vous n'avez plus d'excuse pour ne pas vous rendre dans les librairies, disquaires et autres lieux de culture chers à nos coeurs, alors FONCEZ ! si vous avez besoin d'un prétexte : On n'a jamais été aussi proche de Noël !

Du côté de la musique :

"I know that you know" de Eau Rouge
"In town" de Switch Trio
"May our chambers be full" de Emma Ruth Rundle & Thou
"The messenger" de Hélène Grimaud
"Songs" de Patrick Messina & Fabrizio Chiovetta
"Star feminine band" de Star Feminine Band
"Signs" de Vaiteani
"Stay" de Valerie June
"Grand plongeoir" de Yves Marie Bellot
"Selectorama" Le nouveau mix (S2M4) de Listen In Bed
"De là" de Clarys
et toujours :
"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Les Géants de la montagne" de Luigi Pirandello
"Très chère Mathilde" de Israel Horovitz
"Une des dernières soirées de carnaval" de Carlo Goldoni
"Un amour de jeunesse" de Ivan Calbérac
"La Vérité" de Florian Zeller
"Ils se sont aimés" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"La croisière ça use" de Emmanuelle Hamett
"Cyrano m'était conté" de Sotha
et un air d'opéra avec "Miranda" d'après Shakespeare et Purcell

Expositions :

en virtuel :
"Gabrielle Chanel - Manifeste de mode" au Palais Galliera
"Cristo et Jeanne Claude" au Centre Pompidou
"Jim Dine - A day longer" à la Galerie Templon

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris
"Pierre Soulages" à l'espace culturel départemental Lympia à Nice
"La "Collection Emil Bührle" au Musée Maillol
"Paris Romantique 1815-1848" au Petit Palais
"Léonard de Vinci" au Musée du Louvre
"La vitrine Gallé" au Musée des Arts et Métiers
et les collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Caché" de Michael Haneke
"Au loin s'en vont les nuages" de Aki Kaurismaki
"Une valse dans les allées" de Thomas Stuber
"La Lune de Jupiter" de Kornel Mundruczo
"L'enfant d'en-haut" de Ursula Meier
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval

Lecture avec :

"L'intériorité dans la peinture" de Pierre Soulages & Anne-Camille Charliat
"Coco de Paris" de France de Griessen
"Considérations sur le homard tome 2" de David Foster Wallace
"Intuitions" de Paul Cleave
"Les aveux" de John Wainwright
"Les ratés de l'aventure" de Titayna
"Un été de neige et de cendres" de Guinevere Glasfurd
et toujours :
"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=